• Ecole publique vs. école privée

    ecole_priv_public1.jpg

    Ce midi, à l'heure du casse-croûte, mon collègue du cycle 3 feuillette le journal syndical : "Tiens, vous avez vu que Fillon va couper 4 millions d'euros dans notre budget pour le refiler à l'enseignement privé ?"

     

    Autant vous dire que ma tomate cerise a failli passer dans le mauvais trou ! Je lui chipe l'article en question, n'en croyant pas mes z'oreilles :

     

    "Le sénateur Carle, "ange gardien" de l'école privée vient pourtant de trouver un allié de taille en la personne de Fillon qui vient d'établir un accord avec l'enseignement privé, prévoyant de céder (Monsieur est trop généreux quand il ne s'agit pas de ses propres deniers) 4 millions d'euros du budget de l'Education nationale à l'enseignement catholique. Ces 4 millions, initialement prévus au budget de l'Education nationale, devraient permettre l'embauche de 200 professeurs de plus pour les écoles privées."

     

    J'ai vraiment l'impression qu'on marche sur la tête... Après nous avoir supprimé 16 000 postes cette année, voilà qu'ils veulent encore réduire le budget de l'Education nationale et tout ça pour quoi ? Pour créer des postes dans le privé !

    Alors je n'ai absolument rien contre les enseignants du privé, j'ai fait quasiment toute ma scolarité dans des établissements privés... Mais là franchement, c'est du grand n'importe quoi ! Que les gens fassent le choix de mettre leurs enfants dans des établissements privés, ça ne me dérange pas, mais qu'on finance des écoles privées avec nos impôts alors que notre école publique a tant besoin de moyens, je ne suis pas d'accord !

     

    L'école publique, laïque et gratuite,  pour tous doit être financée collectivement ! C'est un service public !Il faut arrêter de nous saigner comme ça : on taille dans les postes, on ne forme plus les nouveaux enseignants, on supprime les postes RASED (enseignants spécialisés pour les élèves en difficulté), on nous enlève des postes de remplaçants alors qu'on en manque déjà cruellement (m'enfin, on va bien finir par faire appel à des boîtes d'intérim pour faire les remplacements, ou à des étudiants! Depuis le temps qu'ils nous en parlent, ça nous pend au nez !) Si ça, ce n'est pas la casse du service public de l'Education nationale, je ne sais pas ce que c'est !

     

    Des fois, franchement, je trouve qu'il y a des coups de pied aux fesses qui se perdent !

    « Quand les enfants pleurent...Le mouvement encore et toujours ! »
    Pin It

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Mercredi 8 Juin 2011 à 00:37
    Jacinte

    J'étais dans le privé (un choix de jeunesse, regretté bien des fois mais bon...) et je peux te dire que les suppressions de postes nous atteignent exactement de la même façon (sur les deux instits spé de l'école où j'étais en dernier lieu, un poste a été supprimé l'année dernière et celui qui reste le sera l'an prochain... on les a d'ailleurs "convoqués" à la DDEC pour leur demander comment ils envisageaient leur "recyclage" !!!) nous avions des classes de plus de trente (j'en parle en long et en large dans mon mémoire), pas de remplaçants durant la première semaine, très peu de moyens (je parle aussi des  murs moisis et autres galères des vieilles écoles que j'ai fréquenté) etc...

    il ne faut pas faire le jeu des gouvernants (je vote à gauche-gauche depuis toujours) et se faire la guerre, ils en sont trop heureux !

    je ne veux pas défendre le privé mais je suis pour le choix des parents qui payent tous des impôts...(j'ai mis mes enfants en primaire dans le privé, choix de proximité et ensuite au collège-lycée public ;)

    bonne journée :) cet été, quand tu auras plus de temps, va me lire, tu seras surprise de certaines choses sûrement ;)

    2
    Mercredi 8 Juin 2011 à 22:25
    Jacinte

    Je suis d'accord avec toi bien sûr sur ce que tu penses des restrictions budgétaires du gouvernement, d'ailleurs tout au long du livre que j'écris je parlerai de ces difficultés qu'on rencontre, de plus en plus, hélas...

    bonne soirée :)

    3
    Albert
    Vendredi 23 Mars 2012 à 11:58
    Albert
    Parce que les parents du privé ne payent pas d’impôts eux ?
    Ils payent deux fois !
    et est il normal que le privé qui refuse 40 000 élèves par an faut d'ouverture de classe soit fréiné alors que la liberté scolaire fait partie de de la déclaration des droits de l'homme ??
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :