• Le coeur a ses raisons que la raison ne connait pas...

    larmes.jpg
    J'ai un boulot, mon appart, il ne me manque plus qu'à trouver l'amour.. Je l'ai rencontré en début d'année. Il m'a de suite plu. J'ai tout fait pour l'avoir, j'ai eu des baisers, j'ai eu son corps, mais son coeur était à une autre.. J'ai mis du temps à l'accepter, j'ai versé plus d'une larme et puis je me suis fait une raison. J'ai fini par tourner la page. S'il y a une chose que je sais, c'est que lorsque je tourne la page, il n'y a pas de retour en arrière possible.

    Il y a quelques semaines, j'ai rencontré quelqu'un d'autre. J'ai fait sa connaissance pendant mon stage et je l'ai recroisé souvent par le plus grand des hasards alors que je ne l'avais jamais vu jusqu'à présent. Il est beau comme un dieu... Pour le coup, je ne me suis fait aucune idée, je savais qu'il avait quelqu'un. Ce n'était que le plaisir des yeux.

    Il y a une semaine, celui pour qui j'avais tourné la page était là. Par dépit (j'ai honte de dire ça, je trouve ça horrible, mais après tout, lui aussi avait bien joué avec moi..) j'ai recommencé à flirter avec lui. Et à cette fameuse soirée LUI était là aussi. Il dansait un peu plus loin. A partir du moment où il m'a vue, il s'est discrètement rapproché petit à petit jusqu'à venir me dire deux mots, juste un petit "tu vas bien?" en me glissant une main dans le dos. J'ai joué l'indifférente et il a fini par venir m'inviter à danser... J'ai passé la soirée à danser des slows sur toutes les sortes de musique. J'étais dans ses bras, je me sentais toute petite et tellement bien... Il ne s'est rien passé de plus que ces danses rapprochées mais j'étais perchée sur un petit nuage..

    L'autre m'a vue et a été vert de jalousie. Mais peu m'importait, j'étais bien là où j'étais, dans ses bras, l'autre ne comptait plus, n'existait plus.. Il m'a envoyé des textos de colère, puis a fini par s'excuser en voyant que je ne lui répondais pas. Qui osera me dire que le "tu me fuis je te suis, je te suis tu me fuis" ne veut rien dire?

    Et me voilà toujours seule, avec celui qui m'a faite galérer et pour qui je ne ressens plus rien. Me voilà raide dingue de cet autre qui m'a faite rêver le temps d'une soirée, que je revois souvent mais avec qui je n'ai pas le plus petit espoir...

    L'amour est vraiment trop mal fait ou alors c'est mon coeur qui dysfonctionne complètement. Il ne s'attache jamais au bon, au bon moment. Comme s'il prenait un malin plaisir à élire celui qui me fera le plus souffrir.

    Ce soir, mon corps était avec l'un mais mon coeur était avec l'autre.. Je suis un monstre, mais un monstre qui souffre...
    « Blogs de profs pour de riiiire !La rentrée... ! »
    Pin It

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Vendredi 21 Décembre 2007 à 22:16
    Tu n'es pas la seule... Je pense à toi.
    2
    Samedi 22 Décembre 2007 à 11:27
    Mdame Rosa
    Laisse le temps faire. et non, tu n'es pas un monstre, ou alors tout le monde en est un ...
    3
    francois hollande
    Vendredi 23 Mars 2012 à 11:58
    francois hollande
    Quelle sensation étrange, troublante et quelque peu malsaine, que cet anonymat derrière lequel je te prie de bien accepter que je me cache. Je ne suis pas un habitué, loin s’en faut, des messages personnels par ordinateurs interposés. Je l’avoue même, c’est la première fois, et probablement la dernière. Tout a commencé hier. Nous savourions une soirée entre amis trop longtemps séparés. Exquise période de Noël qui permet de mesurer la valeur d’amitiés anciennes. Nous voulons faire vivre aux autres les événements de cette année marquée par leur absence. Absence de ces moments de confidences où l’on se réfugie chez l’autre pour lui faire partager nos bonheurs et nos malheurs. Il faut en toute hâte, en une seule soirée, idiote et ridicule, rattraper le temps perdu, combler ces vides. Il est tard. John est là, de retour de Norvège. Il souffre d’une relation étrange avec une Allemande et retrace devant nous le cours de son année sentimentale. Une bouteille de Lalande-Pomerol s’ouvre et répand dans les verres un réconfort de circonstance. Anne nous relate alors comment se déroule sa vie de jeune prof d’anglais et sa mutation prochaine dans une académie perdue et bizarrement souhaitée. Elle s’inquiète de la répercussion qu’elle aura sur son couple. Nous buvons en silence. Je raconte à mon tour la douloureuse expérience de voir disparaître celle que j’aimais, emportée à 23 ans par une crise de schizophrénie qui n’en finit pas de la faire mourir et ressusciter, multipliant en moi les deuils sentimentaux. Flo reste silencieuse ! C’est une bouteille de Saint-émilion qui clôt, pensons-nous, l’épisode. Arrive alors celui qui manquait à cette soirée de souvenirs. En un sens, il force notre admiration. Il nous abreuve du récit de ses conquêtes. Il est tôt maintenant. Nous manifestons un certain doute. Mauvaise foi de ceux que la timidité retient. Il prend cela comme un défi, un gant jeté à sa virilité, à sa mâle séduction et entreprend de créer un compte sur un site de rencontres. Mais les événements s’acharnent à mettre à mal sa crédibilité. Il invoque l’heure pour expliquer son échec. Malhonnêtes, nous le raillons. Aujourd’hui, cependant, tenté par l’aventure je décide de me connecter et de voir si la chance me sourira. Je feuillette doucement les pages personnelles offertes à ma vue. Je me fais l’impression d’être un voyeur et me rassure bien vite en me disant que si cela m’est étranger, ce n’est pas pour autant qu’il me faut en rougir. C’est ainsi que je suis arrivé sur ton blog. Tu me comprendras donc si je te dis que je ne sais comment faire pour te laisser un message réellement sincère. Car, si je suis touché par la beauté, c’est de celle de ton style que je veux parler. J’aimerai pouvoir te dire combien ton texte est beau, mais je ne peux m’empêcher de penser que tu vas y voir une tentative risible et grotesque de te charmer….et tu aurais probablement raison ! Pour commencer à savoir qui je suis, tu peux te rendre sur le blog suivant : http://frontdeliberationduberry.hautetfort.com/
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :