• Le temps de travail des enseignants, parlons-en !

    Temps de travail des enseignants, et si on annualisait ?

     

    Edit du 30/09/2014 : Petite précision car je vois de nombreux commentaires "précisant" que nous sommes payés 10 mois sur 12. C'est une légende URBAINE :  Nous sommes payés pour 12 mois travaillés ! Et d'ailleurs cette légende urbaine est très vicieuse car elle sous-entend qu'on ne travaille pas autant que dans les autres métiers, mais c'est faux, comme je viens de le démontrer, nous faisons annuellement et officiellement (puisque officieusement c'est bien plus), le même nombre d'heures qu'un temps complet dans un autre métier ! Donc heureusement que nous sommes bien payés pour 12 mois de travail ! Ce qui compte c'est le temps de travail annuel. Que ce temps de travail soit réalisé sur 12 mois, 10 mois ou 6 mois, c'est la même chose ! La seule différence va se trouver au niveau du nombre d'heures par semaine qui sera plus important si on ne travaille que sur 10 mois que si on travaillait sur 12 !

    Autre précision : Cet article n'est pas là pour nous faire plaindre, pour dire que nous sommes les seuls à faire des heures supplémentaires bénévolement (et malheureusement, c'est bien trop souvent le cas dans de nombreux métiers qui comptent sur notre conscience professionnelle ou la peur du licenciement). Il est seulement là pour essayer d'aider les gens à ne plus nous voir comme des fainéants. ^^

    Une fois n'est pas coutume, pas de dessin ou de partage de document ! Aujourd'hui, c'est une réflexion sur notre métier que je partage avec vous.

    J'en suis venue à ça, suite à la demande de mise en place d'une 1/2 journée de consultation sur les nouveaux programmes. Chez nous, c'est le mardi après-midi. Dans mon école, on termine à 15h30 avec les nouveaux rythmes et lorsque la question a été posée, on nous a fait comprendre qu'on n'allait pas chipoter pour 1h.

    Ajoutez à ceci, les réflexions que l'on prend à chaque fois qu'on parle de notre métier :

    - Oh ça va, vous êtes toujours en vacances/en grève (ça dépend des circonstances) !

    - T'es fatiguée ? Ça va quand même, t'es prof, y a pire !

    - Bon allez, la première année, t'as du boulot, mais après tu refais toujours la même chose...

    - Notre hiérarchie flique nos heures de réunions, on nous fait signer des fiches de présence quand on assiste aux animations pédagogiques.

    Bon, c'est vrai qu'on a beaucoup de vacances par rapport aux autres métiers puisque le tout cumulé, on arrive à 16 semaines (52 semaines - 36 semaines avec les enfants)...

    Et puis, je me suis mise à faire des calculs pour voir ce que je faisais réellement comme temps de travail :

    Après des recherches difficiles sur Internet, j'ai enfin trouvé un document (à destination de Professeurs stagiaires) où apparaissait notre nombre d'heures de travail ANNUEL : 1607 heures. Pour comparaison, quelqu'un qui travaille 35h par semaine travaille 1645 heures par an.

    Ce temps de travail est défini dans le Décret n°2000-815 du 25 août 2000. Ce document précise également que ce temps de travail de 1607 heures est réparti en 3 catégories :

    - Le temps d'enseignement (24 heures X 36 semaines = 864 heures),

    - le temps de service obligatoire (3 heures par semaine annualisées, soit 3 X 36 heures = 108 heures : nos réunions entre maitres, nos conseils d'école, nos Activités Pédagogiques Complémentaires, nos réunions avec les parents, nos animations pédagogiques du mercredi après-midi...)

    - et le temps de préparation ( 1607 heures annuelles - 864 heures de temps d'enseignement - 108 heures de service obligatoire = 635 heures dédiées à la préparation matérielle et écrite de la classe, aux formations choisies en dehors du temps de présence des élèves, documentation, recherche...).

    A partir de ce simple constat, on voit déjà que pour le grand public, quasiment la moitié de notre travail est invisible, c'est le travail de l'ombre. Combien de fois nous a-t-on rétorqué que notre métier était tranquille avec 24 heures par semaine ?

    Ensuite, j'ai ramené ces 1607 heures à nos 36 semaines avec les enfants : 1607/36 = 44 heures par semaine. Ceci veut dire que, si l'on ne fait STRICTEMENT RIEN concernant l'école pendant les vacances, il nous reste 44 heures à faire pendant les 36 semaines de classe.

    Voici, pour ma part, le calcul de mon temps de travail par semaine :

    Le lundi, j'arrive au plus tard à 8h30 à l'école (l'école ne commence qu'à 9 h). Étant à 30 km de chez moi, je reste à l'école entre 12h et 13h30. Je ne prends que 15 minutes pour manger, le plus souvent, je travaille en même temps. J'utilise ce temps pour corriger les cahiers, faire des photocopies, m'occuper de la direction, ranger la classe des activités du matin et préparer le matériel pour l'après-midi, enregistrer les livres de la bibliothèque... Il y a toujours quelque chose à faire. Le soir, je termine la classe à 16h30, mais le temps de ranger la classe/l'école, refaire quelques corrections, préparer ce dont je vais avoir besoin à la maison pour travailler (manuels, fichiers, cahiers...), je ne pars jamais avant 17h30. Je suis donc le lundi à 9 heures de travail minimum.

    Le mardi, le jeudi et le vendredi, c'est la même chose mais je termine à 15h30 avec les nouveaux rythmes. Toujours pour raisons de rangement, discussion avec des parents, préparation de documents à emporter à la maison, je ne pars pas avant 16h30, ce qui fait des journées de 8 heures.

    Le mercredi, j'arrive toujours à 8h30 et je ne repars pas avant 12h30 (parents en retard pour récupérer les enfants à 12h pile, ce n'est pas un reproche, un simple constat, rangement de l'école et préparation de ce que je dois emporter à la maison). Le mercredi je suis donc à 4 heures de travail.

    Petit point dans mon calcul, en temps de présence sur mon lieu de travail, l'école, j'en suis donc à 9 heures (le lundi) + 3 X 8 heures (les mardi, jeudi et vendredi) + 4 heures (le mercredi) = 37 heures par semaine. (et ce temps est un minimum, c'est bien souvent que je reste beaucoup plus tard à l'école)

    Lorsque nous sommes passés à la semaine de 4 jours, nous avons "perdu" 3 heures de travail devant les enfants. Bien entendu, si les enfants ne font plus ces 3 heures, nous, nous les faisons, ce sont les 108 heures annualisées. Dans ce cadre, le mardi après-midi de 15h30 à 16h30, je fais toute l'année 1 heure d'Activités Pédagogiques Complémentaires. J'en suis donc à 38 heures par semaine.

    Il me reste donc 6 heures par semaine pour préparer la classe. Le calcul est vite fait, ça me laisse 1 heure de travail par jour à faire à la maison (et donc 1 heure dans TOUT le weekend ! Mouahahahaha, je me marre).

    Donc, d'après ces simples calculs, voilà mes conclusions :

    - Je n'ai plus d'heures à consacrer : aux réunions avec les collègues, aux animations pédagogiques, aux conseils d'école, à la mairie, aux parents soit : 108 heures - 36 heures (le temps des Activités Pédagogiques Complémentaires que je fais 1 heure par semaine) : 72 heures.

    - Je ne devrais absolument JAMAIS travailler pendant mes 16 semaines de "congés", mon temps de travail annuel étant déjà effectué.

    - J'explose les 6 heures de préparation à la maison, il m'arrive très souvent de faire ces 6 heures rien que sur mon dimanche ! Et bien entendu, tous les soirs, en rentrant de l'école, je continue de travailler et régulièrement jusqu'à tard dans la soirée.

    Les deux derniers points sont les plus injustes puisque personne à part nos conjoints ne nous voit travailler quand nous sommes chez nous, et pourtant, ces heures sont bien celles qui sont les plus importantes !

    Je fais donc chaque année, de manière OFFICIELLE, 72 heures supplémentaires qui ne me sont pas payées, c'est en quelque sorte du bénévolat !

    Je fais donc chaque année, de manière OFFICIEUSE, un nombre incalculable d'heures supplémentaires à chaque fois que je prépare quelque chose pour l'école au-delà de 19h30, plus d'1 heure le dimanche, pendant les vacances scolaires.

    Depuis des années, nos dirigeants comptent sur notre conscience professionnelle et l'amour de notre métier (on dit que l'amour rend aveugle, la preuve... Dans quel autre métier accepte-t-on de faire gratuitement des dizaines et des dizaines d'heures supplémentaires ??).

    Et pourtant, on continue de nous fliquer toujours plus, de nous demander toujours plus d'heures comme si nous devions justifier notre salaire (qui finalement est bien en dessous de ce qu'on devrait nous verser) ! Nos salaires sont gelés depuis plusieurs années maintenant. Le grand public et les médias nous renvoient une image méprisante de notre profession. On nous fait sans cesse passer pour des fainéants, payés à ne rien faire, toujours en vacances ou en grève.

    On réduit notre travail à de l'animation voire à de la simple garderie.

    Notre métier nous l'aimons, c'est certain, et c'est peut être ça que nous envient finalement beaucoup de gens (bien plus que les vacances selon moi). Cela justifie-t-il le mépris que l'on nous porte ? Cela justifie-t-il qu'on nous en demande toujours plus pour toujours moins ? Je ne crois pas. J'espère que ce message que je partage avec vous fera peut-être revoir à certains leur vision de notre métier... Même si, après seulement 6 ans dans le métier, je n'ai déjà plus trop d'illusions de ce côté là...

     

     

    « Cycle 1 - Atelier motricité fine : le découpageStorytelling - The stone soup »
    Pin It

    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Samedi 27 Septembre 2014 à 15:20

    Bravo ! 

    2
    Samedi 27 Septembre 2014 à 15:27

    Tout à fait un tableau réaliste de la situation, notre métier qui pâtit de la mauvaise image concoctée par les médias sous informés et cela depuis de nombreuses années mais là, c'est pire car effectivement on nous flique un maximum !!!. Je vais bientôt partir en retraite et je souhaite bon courage aux jeunes diplômés... c'est de pire en pire !

    3
    chris83
    Samedi 27 Septembre 2014 à 15:30

    c'est exactement çà!...


    on en parlait encore hier midi avec une collègue, son mari disait justement qu'on était toujours en train de faire quelque chose pour notre boulot, et qu'on était vraiment le seul métier où on faisait beaucoup d'heures supplémentaires sans être payés...


    Et çà ne s'arrange pas avec le temps, çà fait 7 ans que j'ai la même classe( bon maintenant avec un double niveau) mais je change toujours quelques chose, améliore ci, çà...


    J'aime mon métier c'est sûr,mais le prochain qui se plaint, il n'a qu'à passer le concours ;)

    4
    mer
    Samedi 27 Septembre 2014 à 15:43

    merci.


    sans compter toutes les fois que mon salaire me sert à acheter du matériel pour ma classe étant donné le budget extrêmement faible octroyé si généreusement par la mairie!!!

    5
    sassyle
    Samedi 27 Septembre 2014 à 16:03

    merci de dire cela tout haut et il y a en plus les réunions pour rencontrer les intervenants de tes projets .....


     

    6
    Chachou
    Samedi 27 Septembre 2014 à 16:07

    Bravo pour cet article qui à mon sens résume très bien la situation (et la vision erronée des gens).

    Et je rejoins le commentaire d'avant sur l'argent perso dépensé pour l'école !

    Entre les heures sup non payées et les dépenses pour la classe sur l'argent perso, notre taux de rémunération horaire n'est finalement pas très élevé...

    7
    Samedi 27 Septembre 2014 à 16:18

    Calcul fait tous les ans pour moi, et j'ai une moyenne en général effective de 45h/ semaine, que j'étale sur les vacances et week-ends également.

    http://www.livredesapienta.fr/temps-de-travail-d-une-prof-bien-ordinaire-a4141034
    http://www.livredesapienta.fr/temps-de-travail-2013-2014-a99659677

    8
    Samedi 27 Septembre 2014 à 16:25

    malheureusement pour nous, il y a aussi les planqués de la profession qui ternissent l'image des bosseurs... 

    9
    Samedi 27 Septembre 2014 à 16:40

    Tout a fait d'accord avec toi sur ton analyse. Je me permets de rajouter un add-on en singularisant la situation des directeurs chargés de classe, et là, les heures s'envolent encore un peu plus.

    Bien vu en tout cas.

    10
    Samedi 27 Septembre 2014 à 16:43
    D'accord aussi pour les sous perso dépensés en matériel divers.
    En maternelle depuis 8 ans, je change tous les ans de projet et j'améliore sans cesse ma pratique.
    Il parait qu'en maternelle on fait de la garderie. Allez donc donc lire les programmes!
    Sans parler de l'extrême fatigue physique que l'on ressent le soir après avoir géré 25 à 30 loulous de 3 à 5 ans pdt 6 h. Alors qu'on doit encore préparer la classe, s'occuper de ses propres enfants, de son conjoint et de sa maison...
    11
    flo
    Samedi 27 Septembre 2014 à 16:56
    Tellement bien dit, tellement bien vrai, tellement désolant de faire le plus beau métier du monde et d'être tellement critiqués, rabaissés, traités de fainéants. Sans compter les dépenses pour nos chers élèves.
    Quel dommage que la société, les médias et le gouvernement ne nous soutiennent ni ne nous respectent davantage.
    12
    Samedi 27 Septembre 2014 à 16:57

    bien dit mysti !!

    13
    Samedi 27 Septembre 2014 à 17:06

    Merci de vos retours ! Merci Sagebooker pour les liens vers tes articles qui vont dans le même sens !

    Malheureusement, entre collègues, on sait à quel point c'est la triste vérité... C'est ceux qui nous démontent qui devraient en prendre conscience... Mais ça...

    14
    Mivette
    Samedi 27 Septembre 2014 à 17:09

    Tout à fait d'accord avec tous vos commentaires ! 

    Je suis très tôt à l'école vers 7 h 15 pour travailler, pour préparer les ateliers, faire des photocopies, ranger, afficher, un peu de direction, en général, on est plus tranquille.  etc ... Le midi, repas en 20 mn et correction puis préparation des ateliers de l'après-midi.

    Le soir, je préfère travailler chez moi pour faire le quotidien ( notamment le tri dans les mails et remplir son agenda avec tout ce qui doit être fait pour telle date !!! : vive la direction ) . Mais je ne fais pas de grosse préparation car je suis trop fatiguée .

    La préparation de ma semaine , c'est plutôt le mercredi après-midi et une grosse partie de mon week-end  .

    Et je ne parle pas des vacances ....

    15
    petitesofi
    Samedi 27 Septembre 2014 à 17:18

    Il n'y a rien à rajouter! Tout est dit:-)

    16
    Samedi 27 Septembre 2014 à 17:18

    VOILA ! VOILA ! VOILA !

    - Voilà ce que tous les non enseignants devraient lire ! Presque envie d'envoyer le lien à toutes mes connaissances non enseignantes...mais c'est certain, ils ne liront pas jusqu'au bout !

    - Voilà pourquoi j'en ai des fois raz le bol de ce métier qui me pompe mon temps et celui de ma famille

    - Et voilà pourquoi je pense de plus en plus à changer de travail !

     

    17
    elihah
    Samedi 27 Septembre 2014 à 17:22

    tout pareil.

    j'ai raconté ça au fil d'années de blog (fermé maintenant) et ce métier m'aura pompée jusqu'à la moelle (et non ce n'est pas une métaphore) et c'est pas fini..

    il faut bien voir aussi que la hiérarchie compte  tacitement sur notre conscience morale et professionnelle: ils savent très bien qu'on ne lâchera pas les élèves.

    Enfin l'autocontrôle chronophage et énergétivore (la paperasserie, ce que je nomme le périphérique) n'est aps prêt de s'arrêter et n'a fait que s'accentuer depuis une dizaine d'années (vouais je ne suis pas une récente dans la Maisonmammouth.

    Merci pour ce bilet que je vais faire tourner.

     

    18
    elihah
    Samedi 27 Septembre 2014 à 17:30

    Ha et je lis ceci plus haut:

    "LaClasseDeLaurene

    Il y a 57 min

    malheureusement pour nous, il y a aussi les planqués de la profession qui ternissent l'image des bosseurs... "

    Qui sont moins de 10% d'un métier dans chaque métier.

    Donc pourquoi nous jeter la pierre spécifiquement?

    Parce que notre boulot visible affecte les projections parentales sur leurs enfants ET leur perception du souvenir de leur scolarité, bien sûr, jamais déformé...

    19
    Samedi 27 Septembre 2014 à 17:35

    Ce qui pourrait rendre ce constat intéressant, ça serait de revoir notre mode de grève : il en a déjà été question, mais là vraiment, ça prend tout son sens, et ça permettrait de rendre visible notre travail invisible : la grève du zèle !

    Qu'on lance une grève à durée indéterminée où nous ne ferions pas plus que ce qu'on prétend que nous faisons.

    Peut être que là, les gens verraient la différence ? sarcastic

      • ToT
        Vendredi 22 Avril à 11:18

        Tu sais, je crois que si nous faisions seulement les 1607h que nous devons faire, les gens verraient déjà la différence.

        Je n'imagine même pas  : les séances pas préparées, le matériel pas prêt, les affichages dans les cartons, les cahiers pas corrigés et bien sûr pas de sorties scolaires, de fête de fin d'année, de marché de Noël !

    20
    elihah
    Samedi 27 Septembre 2014 à 17:41

    Non mais les syndicats.. lol quoi.. ils s'agitent pour les salaires alors qu'on sait que jamais ça ne changera surtout pas maintenant, en revanche pour moins d'élèves par classe, des meilleures dotations financières et matérielles, des intervenant·e·s ad hoc, et, en gros, les conditions de travail, y'a plus  personne.

    Mais il est vrai que si l'on s'en tient  à nos heures dues de travail (tiens et les 10 mn ou 20 selon écoles qui sont effectuées mais ne font pas partie du temps de travail rémunéré, comptez le sur 40ans...)  l'école s'écroule.

     

    21
    Samedi 27 Septembre 2014 à 17:44

    Super article Mysticlolly!

    Je réalise que j'aurais pu dresser à peu près le même portrait, ici, malgré l'océan qui nous sépare.

    Mais, avec vous, je me sens moins seule... ^^

    Merci Mysticlolly!

    22
    Samedi 27 Septembre 2014 à 18:03

    exactement ça

    bie gaminezarbie

    une collègue dépitée !

    23
    Samedi 27 Septembre 2014 à 18:07

    tout à fait d'accord et on peut ajouter les heures passées à rencontrer les parents à leurs horaires de liberté, les heures passées en concertation avec la crèche pour les passerelles, le relais des assistantes maternelles pour les mêmes raison, et les CMP, et autres CAMSP pour les élèves en intégration....


    on devrait faire lire ça aux parents ne début d'année!!!


    j'ai lu aussi que selon un décret des années 50 nous sommes payés dix mois sur douze , le tout étant annualisé...

    24
    elihah
    Samedi 27 Septembre 2014 à 18:10

    En effet.. les rv à gogo... pfiou...travail prescrit vs travail réel...

    25
    Vb
    Samedi 27 Septembre 2014 à 18:28
    Vous avez raison je pense sincèrement qu'on devrait plus se préoccuper des profs et de leur temps de travail....moi j'dis ça j'dis rien....
    26
    elihah
    Samedi 27 Septembre 2014 à 18:34

    comme vient de me dire une copine prof de lycée: si on faisait le calcul pour le secondaire, on aurait des résultats similaires mutatis mutandis.

    27
    Samedi 27 Septembre 2014 à 18:41

    Zabelle, l'histoire des 12 mois de salaires calculés sur 10 mois est une légende urbaine. Nous sommes payés pour 12 mois travaillés !

    D'ailleurs cette légende urbaine est très vicieuse car elle sous-entend qu'on ne travaille pas autant que dans les autres métiers, mais c'est faux, comme je viens de le démontrer, nous faisons annuellement et officiellement (puisque officieusement c'est bien plus), le même nombre d'heures !

    Donc heureusement que nous sommes bien payés pour 12 mois de travail !

    Ce qui compte c'est le temps de travail annuel. Que ce temps de travail soit réalisé sur 12 mois, 10 mois ou 6 mois, c'est la même chose ! La seule différence va se trouver au niveau du nombre d'heures par semaine qui sera plus important si on ne travaille que sur 10 mois que si on travaillait sur 12 !

      • ToT
        Vendredi 22 Avril à 11:23

        Je crois que la légende ne concerne pas les heures. En fait, on dit que nos salaires sont calculés sur 10 mois et rapportés à 12 (ce qui fait qu'ils sont plus bas qu'ils ne le devraient).

        Je ne sais pas si c'est une légende, mais ce qui est sûr c'est que le salaire n'est pas si haut que ça si on rapporte aux heures effectuées réeelement !

    28
    elihah
    Samedi 27 Septembre 2014 à 18:46

    ce gimmick sert surtout à faire comprendre aux gens lambda que notre indice mériterait d'être relevé, par rapport à d'autres fonctionnaires.Mais bon  là on peut rêver.

    29
    petitmimoza
    Samedi 27 Septembre 2014 à 18:48

    Merci pour ce calcul.Je débute dans un nouveau niveau , je me couche à des heures pas possible pour que tout soit bien préparer pour les élèves ( merci à tout ceux et celles qui partagent) et j'en entends encore plein dire qu'on ne fait pas grand chose.Il y a même le mari d'une copine qui lui dit que c'est juste une question d'organisation et que l'on n'a pas besoin d'en faire autant. Bref merci pour ce calcul . Je l'imprime et je le donne à tous ceux qui me disent que les instits ne font rien . Je retourne au boulot aprés cette petite pause!!

    30
    Samedi 27 Septembre 2014 à 18:58

    Moi je trouve que tu comptes léger par jour ... je suis au delà sincèrement ! et je ne parle pas de mes mercredis et week-ends et vacances où je n'arrête pas de créer des docs pédagogiques ... En fait je m'arrête quand je pars pour de vrai en vacs à la mer ... quand je pars car pas toujours les moyens financiers d'en profiter de ces vacs si longues et si nombreuses ... moi c'est bizarre j'ai jamais assez de temps pour travailler durant ces vacs ... j'ai tant de projets à préparer pour ma classe ... 

    Cette année sans le mercredi matin c'est l'horreur ! avoir moins de temps pour préparer sa classe me ronge ! lapresm je suis fatiguée et pas bonne à grand chose et encore quand il n'y a pas réunion ... 

    Pfff ! quel métier passionnant ! quand va t on nous voir pour ce qu'on est ? 

    31
    Samedi 27 Septembre 2014 à 19:04

    Séverine, bien entendu, j'ai compté léger ! Mais c'est volontaire, c'est pour montrer que même en faisant le minimum, on explose déjà nos heures annuelles !!

    C'est évident qu'on bosse beaucoup le soir, le mercredi après-midi, les weekends, les vacances ! Mais ça personne n'est là pour le constater.

    Je suis partie de quelque chose de concret pour les gens hors Education Nationale, pour qu'ils voient qu'en faisant juste le minimum (c'est à dire le maximum qu'ils pensent que nous faisons lol), eh bien, on est déjà au-delà de ce qu'on devrait faire !

    32
    Samedi 27 Septembre 2014 à 19:14

    RDV parents ... tiens tiens cela aussi parlons-en !

    Je ne sais pas vous mais moi il est très fréquent que mes rdv durent entre 30 min à 1h ... cette semaine 3 rdv ... dont un mercredi midi de 30 minutes alors que je n'avais qu'une heure à peine pour manger et rattaquer pour réunion pré-rentrée ...

    Chaque semaine au moins un rdv plus ou moins long ... 

    Combien d'heures attribuées à ces rencontres hors temps scolaire ? 24 h ... bon avec 25 élèves par classe ... en 3 mois j'ai déjà explosé mon quota ... je leur dis quoi aux parents ? Non désolée mon temps de travail est écoulé ?

     

    Vous savez pourquoi les rdv parents cette semaine ? surtout pour me dire que leurs enfants sont  trop fatigués pour les devoirs du soir après des TAP trop "électriques" ... or je ne donne jamais de devoirs que des leçons identiques ou presque tous les soirs ... je leur réponds "je m'en doute, je comprends mais qu'y puis-je ?"  Notre gouvernement a soit disant penser à nos enfants ... en suivant soit disant les rapports des pédo psychiatres ... pfff !

    33
    elihah
    Samedi 27 Septembre 2014 à 19:17

    que 25 élèves? wow.. ça ne m'est plus arrivé depuis ma jeunesse en ZEP...

    oui mes rv durent aussi minimum 30 mn le temps de décrypter la demande réelle, le malaise etc, laisser les choses se dérouler et enfin pouvoir dire qqch qui sera entendu au moins au minimum...

    le temps qu'on perd.... si les parents étaient adultes AVANT de se reproduire...

    34
    JM
    Samedi 27 Septembre 2014 à 19:24

    bien sûr, tu as raison :-) Quant à la portée de ton témoignage... Si tu enlèves les conjoint(e)s convaincus, parfois "victimes"....

    Je ne prends plus la peine d'expliquer, de défendre.

    Je passe du temps à l'école mais j'adore ça :-)

    35
    maitre Kube
    Samedi 27 Septembre 2014 à 19:25

    Je n'ai pas tout lu mais as-tu ajouté les heures d'accueil du matin et de l'après-midi ?

    Étant en école rurale, je les fait toutes ! C'est 10 minutes tous les matins et 10 min. en début d'aprèm, ce qui correspond à 90 minutes chaque semaine.

    Soit pour une année : 54 heures de surveillance (d'ailleurs non rémunérées) à ajouter au total.

    36
    Samedi 27 Septembre 2014 à 19:29

    Ca fait du bien de lire ça......Allez, maintenant, tout le monde repart bosser pour préparer la semaine prochaine ;-).... Les vacances c'est dans 3 semaines....on pourra préparer la période 2!!!!!!!

     

    37
    elihah
    Samedi 27 Septembre 2014 à 19:31

     

    35
    maitre Kube:
    toujours fait ça aussi... et en pleine ville :-) (j'en causais plus haut)
    38
    Bri prof
    Samedi 27 Septembre 2014 à 19:34

    Tout à fait d'accord avec cette analyse, même sans tenir compte des horaires officiels, on s'aperçoit aussi que c'est l'amplitude du temps de travail in situ qui a augmentée avec des réunions le soir après la classe , pendant la pause méridienne ...sans parler des animations pédagogiques du mercredi après-midi...Comment être frais et dispo pour nos élèves avec tout ça..?..et en plus pour cette pseudo consultation , on a un bon dossier à ingurgiter... Et encore un compte rendu à remplir ... Comptez le nombre d'écoles par commune, par circo et dites moi comment l'IEN peut il en faire une synthèse...

    39
    Samedi 27 Septembre 2014 à 19:35

    @Maitre Kube : J'ai compté que j'arrivais tous les jours minimum 30 minutes avant le début de l'école et que je travaillais entre 12h et13h30 donc ces 10 minutes sont comptées dedans !

    @Elihah, bien sûr qu'on a des fois des parents très jeunes, parfois dépassés, mais la relation avec les parents fait partie de notre travail et je la trouve très importante, c'est pour ça que j'accorderai toujours autant de temps que nécessaire à des parents qui veulent me rencontrer.

    Alors oui, certains sont gratinés (personnellement, j'avoue être bien lotie), mais de la même façon les parents peuvent dire que certains enseignants le sont. Et c'est pareil dans tous les métiers où on a affaire à de l'humain ! smile

    40
    elihah
    Samedi 27 Septembre 2014 à 19:45

    MAis je ne dis pas le contraire, on est dans l'humzin.

    <<ceci posé en plus de 30 ans j'ai pu constater  à quel point on a des parents non devenus adultes, et je maintiens que nous ne devrions pas avoir à faire psy en plus du reste.

    41
    loulounounou
    Samedi 27 Septembre 2014 à 20:15

     tellement vrai !!!!!!!!!!!!!!!!!...Et oui , ils ont de la chance ...j'adore mon métier moi aussi !!!!!!!!!

    42
    Samedi 27 Septembre 2014 à 20:29

    C'est trèsjuste ce que tu dis Mistyclolly... J'ai passé 3h cet après-midi dans ma classe à corriger 54 fichiers de CP (trop lourds à emporter pour mon dos !) car j'avais pris 2-3 pages de retard à corriger... Par contre, je me refuse à faire quoi que ce soit pendant les vacances d'été !

    43
    akabaz
    Samedi 27 Septembre 2014 à 20:35

    Tellement vrai !!!!!!!!! Merci pour cet article. 

    44
    Samedi 27 Septembre 2014 à 20:35

    Je crois que je vais conserver ton document précieusement... si un jour, quelqu'un me redit que je suis toujours en vacances qu'il faut que j'arrête de râler toussa, je lui sors ton texte !

    Merci Mysti, j'espère que ça fera ouvrir les yeux à beaucoup...

    Je fais mettre le lien de ton article sur mon facebook...

    45
    Samedi 27 Septembre 2014 à 20:48

    Si mon article change la vision d'un infime nombre de personnes, je crois que ça sera déjà énorme :)

    Merci à tous pour les réactions. Je me doutais qu'elles seraient nombreuses, mais à ce point.. Je crois que c'est très révélateur du manque de reconnaissance que nous vivons chacun dans notre métier.

    Quelque part, cet article est aussi là pour nous, les enseignants, car à force de s'entendre rabâcher qu'on est tout le temps en vacances, qu'on n'a pas à se plaindre, on en vient à avoir honte d'être en vacances et de le dire (alors qu'on l'a largement mérité), on en vient à avoir honte de discuter les heures que nous demandent l'administration.

    Je me pose sérieusement la question de faire ou pas la consultation sur le socle commun et les programmes de maternelle, je pense que j'utiliserai ce temps à l'école pour travailler pour mes élèves. Ça ne veut pas dire que je ne lirai pas les programmes, quand ils sortiront, bien sûr que je les étudierai, mais là, j'aurais vraiment l'impression de perdre 3h, car à qui va-t-on faire croire qu'une réelle synthèse des points de vue de tous les enseignants de France sera réalisée et encore plus prise en compte ?

    Là encore on a essayé de nous culpabiliser : "vous allez pas vous plaindre, on ne vous aurez pas consultés, vous auriez râlé aussi" ! De toute façon, le socle commun c'est le SMIC de l'éducation nationale, je ne suis pas fan de l'idée de toute façon...

    Bref, quand je me suis mis à calculer tout ce temps que je consacre à l'école, même si je savais déjà que j'y passais beaucoup de temps, ça m'a fait l'effet d'une claque parce que jusque là, je me disais qu'après tout, avec toutes les vacances que j'avais, c'était normal...

    Prendre conscience que non seulement mes vacances étaient amplement méritées mais que je ne devrais même pas passer une seconde de celles-ci à travailler étant donné que mon temps de travail est déjà largement dépensé le reste de l'année, ça a été un électrochoc et je pense qu'on a vraiment besoin d'en prendre conscience.

    Bien entendu, je ne vais pas me mettre à travailler moins, parce que c'est vrai que je l'aime mon métier, que j'adore préparer des choses pour mes élèves. Mais je vais déculpabiliser de mes vacances, je vais déculpabiliser quand je vais compter les heures stupides que nous réclame l'administration qui nous doit à chacun de l'argent pour toutes ces heures impayées !

      • ToT
        Vendredi 22 Avril à 11:35

        Je n'avais jamais fait ce calcul ; sans doute que je pré-sentais ce que ça allait donner. Pour ma part, avec une direction sans décharge, j'explose le quota temps. Et en plus, comme toi, je culpabilisais... Merci, grâce à toi, c'est fini. Je ne suis pas coupable quand quelquechose n'est pas aussi bien fait que je le voudrais, c'est mon patron qui l'est !

        Mais, copmme toi, j'aime mon métier et je continuerai à préparer ma classe pour mes élèves. Ils sont ma priorité !

    46
    elihah
    Samedi 27 Septembre 2014 à 20:58

    Ne culpabilise pas,  par expé, ces 'consultations' sont  un miroir aux alouettes pour l'électorat (rappel une instit, 60 parents dont pas mal de votants, qui vont croire, pour la majeure partie ce que le jité grande chaîne leur dit à ce sujet), jamais je dis bien jamais je n'ai vu une proposition venue du bas de l'échelle nous revenir comme effective: en clair, on s'est toujours demandé si notre boulot de consultées qui traduisons en volapük EdNat ce qui paraît faisable (genre réduire le nombre d'élèves par classe, on sait par avance que non, alors on ne l'écrit même pas, or ça résoudrait bien des soucis, dont celui de la fameuse personnalisation mythifiée de la pédago) est simplement lu par les instances décidantes... pour rappel dans la commission des progs il n'y a pas une instit.

    Je mets tout au féminin c'est volontaire, notre métier est en majeure partie féminin (d'où les salaires?)

    Quant au socle commun ....c'est en effet une vaste fumisterie, un nivellement par le bas nécessaire au capitalisme: avoir des  individus adaptbles (traduc: corvéables à merci pour faire marcher la production et  acheter les produits...) mais qui le dénoncera à part qqes dinosures comme nous?

    47
    KLN
    Samedi 27 Septembre 2014 à 21:10

    Mille mercis! C'est exactement ça! Et ça fait du bien de l'entendre dire par d'autres!

    48
    Samedi 27 Septembre 2014 à 21:10
    Claire

    Bravo et merci pour ton article ; je l'ai partagé sur Twitter, car c'est tout à fait transposable à la Suisse ! 

    49
    EstelleL
    Samedi 27 Septembre 2014 à 21:23

    Le manque de reconnaissance de la hiérarchie, ah ça, c'est bien vrai! Les heures sup non payées, ouh là, on pourrait écrire un roman! Les repas engloutis en 20 minutes le midi pour aller corriger, écrire au tableau, faire les photocops, c'est du quotidien... le sprint du matin pour avoir le temps de tout faire avant l'arrivée des élèves, le sprint du soir pour avoir le temps de recevoir les parents, de lire les mails (ben oui, si on est Directrice, ce n'est pas fini!!) avant d'aller chercher ses petits à l'école, le sprint du mercredi, et le mercredi ap-midi entre devoirs des petits et préparations... et surtout, surtout, les week ends pourris par les préparations pour s'avancer pour la semaine, car il faut bien le dire, quand on rentre flingué de sa journée et qu'on a encore toutes les tâches administratives à gérer, dur de se remettre à préparer... surtout quand la moitié va se mettre devant la télé et que vous vous restez comme un gland devant votre cahier de prep..... ça me fait chaud au coeur de voir qu'on a tous un ras le bol général... on aime le métier, certes, mais jusqu'où??? Et pour toutes les raisons énumérées dans ce post, et bien d'autres encore, je pense moi aussi à changer de métier, et cette idée revient très (trop) souvent!!!

    50
    CathMuller14
    Samedi 27 Septembre 2014 à 21:26

    Ben voilà!!

    J'ai été gréviste quand les "rythmes scolaires " ont été proposés et pourtant je suis à 200 pour cent pour la refondation de l'école.

    Rien n'est prévu pour manifester notre contrariété devant cette consultation..je vais opter pour une diffusion du texte d'Evelyne Charmeux qui en parle de manière très intelligente.

    51
    Samedi 27 Septembre 2014 à 21:29

    Merci pour ce réquisitoire ! Je partage ! ^^

    52
    Samedi 27 Septembre 2014 à 21:57

    Tout le monde est d'accord sur l'ensemble des points et cela ne changera pas tant que les médias et le monde politique ne donnent pas une image positive de notre travail et surtout de la charge de travail en dehors du temps de présence devant les enfants.

    Un parent, un jour, me demandait s'il pouvait passer durant les vacances scolaires pour inscrire son enfant. En lui répondant que j'étais à l'école encore toute la semaine de juillet qui suivait la fin des cours il était abasourdi ! L'image de l'enseignant qui quitte l'école à 16h et qui n'y est jamais en dehors du temps de présence des enfants et encore fortement encrée dans les mentalités.

    En fait, en début de carrière souvent on ne comprend pas trop les "anciens' qui sont blasés par le métier... et on se rend vite compte que l'on peut aimer autant que l'on veut notre métier il y a des points qui finissent par fâcher très rapidement. Le premier est bien celui de la dépense personnelle ! Dans quel métier a-t-on besoin de payer de sa poche pour avoir des conditions de travail correctes ?! Nul part ! Cela est, bien entendu, du au fait que l'éducation est une profession où nous vivons seulement du subventionnement (Etat, commune...).

    Sur le temps de travail, de nombreuses autres professions à responsabilités vous diront qu'ils emmènent du travail avec à la maison et qu'ils ne sont pas payés pour ces heures. Par contre leur salaire n'est de loin pas le nôtre !

    Dans ton calcul tu oublies les fêtes scolaires ! La préparation nécessite des heures et des heures de présence à l'école en dehors du temps de classe sans parler du week-end si la fête a lieu un samedi... mais cela encore une fois tout le monde fait semblant de ne pas le voir !

    Question salaire, la plupart des personnes extérieures à l'éducation nationale, pensent que nous gagnons beaucoup ! J'ai débuté en 2000 et la première année mon salaire était environ de 1370 € ! Je suis cadre de la fonction publique ! Enfin j'étais puisque dans les classifications INSEE nous ne sommes plus considérés comme "cadre" !

    Cependant, j'ai plusieurs personnes de ma famille qui travaillaient dans le privé et qui sont devenues enseignantes par la suite. Ben entendu, leur salaire ont diminué, parfois a été divisé par trois, mais ce qu'elles me disent toutes c'est que pouvoir passer son temps de vacances à la maison avec ses enfants, cela n'a pas de prix !

    53
    Samedi 27 Septembre 2014 à 22:41

    J'ai twitté et facebooké et 1400 personnes atteintes avec 13 partages ... je crois qu'en effet on partage le même ras le bol !cool

    54
    Armelle
    Samedi 27 Septembre 2014 à 23:15

    Que dirais-tu d'envoyer une copie de ton article, ou un lien vers cette page, aux syndicats enseignants et à notre ministre ?

    55
    Samedi 27 Septembre 2014 à 23:50

    Très bel article qui en plus t'as pris du temps. Je ne peux que m'associer à ton constat avec la direction je crois que c'est exactement pareil. Il y a 2 ans j'avais compté mes heures de réunions ( IEN : obligatoire mais sur ton temps perso, mairie, équipes éducatives, etc.) Bilan Avant Noël j'avais explosé mes 108 heures ! 


    Encore merci pour ce que tu fais, ton partage et tes réflexions ! 

    56
    Alexandra
    Dimanche 28 Septembre 2014 à 00:28
    Je suis une petite salariée dans le privé et voici le détail de mes horaires
    J ai signée un contrat de 35h mais je fais en moyenne 4heures de plus par semaine gratuitement pour ma boîte si on multiplie ces 4h par 47 semaines (52-5 semaines de congés payés ) cela fait 188h de bénévolat en moyenne par an. Je confirme je ne suis pas payée et je n ai pas de rtt pour rattraper les heures sup. je suis notée tout les ans par mon responsable et je suis Potentielement sur un siège éjectable. J aime mon travail et pour rien au monde je voudrais faire le votre Chaque métier est difficile mais pour autant on entend rarement voir jamais les femmes de ménage , caissières ou encore charpentiers se plaindrent de leur quotidien alors ne vous étonnez pas si on ne vous comprend pas
    57
    Gui
    Dimanche 28 Septembre 2014 à 00:32

    Moi j'ai démissionné après 30 ans de métier. Libre et heureux


    Bye Bye

    58
    Mayleb
    Dimanche 28 Septembre 2014 à 04:43

    J'ai cessé depuis quelques années d'expliquer mon métier aux non enseignants. Ils ne veulent pas comprendre. Je me contente de leur dire que l'image qu'ils ont est fausse. Ensuite je les invite à passer une semaine chez moi pour se rendre compte de la réalité.

    Ce qui est amusant c'est que maintenant que mes enfants sont ados ce sont eux qui présentent mon métier de leur point de vue à eux (ex: à table maman n'écoute pas tout ce qu'on lui dit car elle pense à son boulot ou à un élève en particulier, elle dépense son argent en bouquins de pédagogie clé usb et autres, on ne part jamais en week-end, il n'y a pas de jour de la semaine où elle ne travaille pas alors elle n'est jamais complètement disponible, elle est fatiguée et hésite à conduire le week-end donc on sort peu, il y a toujours des trucs pour l'école qui traînent dans la maison ou la voiture, parfois on cherche quelque chose dans la maison mais maman l'a emporté à l'école, on attend souvent devant notre club de sport car maman a été retardée par un parent ou un appel de l'inspecteur ou du médecin scolaire, ...). 

    Mes pauvres enfants !! Et leur père est prof !

    59
    elihah
    Dimanche 28 Septembre 2014 à 05:47

    Pour Alexandra: il ne s'agit pas ici de faire des comparaisons entre métiers radicalement différents, et bien sûr, certains sont moins audibles que d'autres, est-ce notre faute?

    Le métier d'instit est à la fois visible, car tout le monde est passé par la case école et se donne de ce fait le droit de critiquer le métier alors même qu'il n'est pas exercé par elles ou eux, et que les enfants de tout le monde (fort peu ont l"instruction en famille) y passent; et invisible pour une grande part mais chacun se croit  à même d'y porter jugement.

    Qui oserait en faire autant de son toubib ou  de son comptable?

    Les attentes sont énormes à notre égard, et pourtant le sentiment général est que nous serions des rienfouteuses, est-ce la même chose pour les métiers que vous citez?

    Je ne crois pas.

    Donc nous sommes fondés à remettre les pendules à l'heure (c'est le cas de le dire), même si ça fait des lustres qu'on essaie et que tout le monde s'en fout parce que c'est bien pratique de taper sur  nous.

     

    60
    Dimanche 28 Septembre 2014 à 05:54
    Gijou

    Merci pour cet article!


     


    Je travail en zone ECLAIR et depuis quelques années les IEN successifs prennent un malin plaisir à nous expliquer que l'indemnité (ENOORME c'est bien connu) qui nous est versée pour travailler en zone difficile justifie qu'on nous convoque à de multiples réunions qui ne sont comptées dans aucune heures biensûr. A la base c'était fait pour reconnaître la pénibilité du travail dans ce genre de secteur (d'ailleurs cette prime nous est retirée les jours ou nous ne sommes pas en classe pour maladie), mais là encore on compte sur notre soucis de bin faire et on nous en demande toujours plus.

    61
    jfkamj
    Dimanche 28 Septembre 2014 à 06:36

    Merci pour le calcul. J'ai commencé le même la semaine dernière mais je ne suis pas allée au bout... J'ai eu peur !... Allez, on est dimanche, c'est jour de repos... Ah non, pas complètement... Je me mets au boulot pour pouvoir aller tranquillement au baptême de mon neveu. Bon dimanche à tous ! he

    62
    Gribouille38
    Dimanche 28 Septembre 2014 à 06:57

    Un grand merci pour cet article, si juste......

    63
    Soumax
    Dimanche 28 Septembre 2014 à 08:31
    Tout a fait d'accord ! Nos salaires ne concordent pas avec notre temps de travail !
    Par contre, petit commentaire sur les fiches de présence que l'on doit signer lors des animations pédagogiques... Peut être cela sert il a certains IEN pour nous fliquer mais ça n'est pas le cas dans ma circo ils ont énormémeNt d'autres choses a faire et n'ont pas des
    Conditions de travail meilleures que les nôtres sur le terrain. Cela sert avant tout a couvrir les enseignants dans leurs déplacements. En effet, en cas d'accident sur le trajet ou d'accident de travail, c'est le seul document qui "prouve" notre présence ;-)
    64
    lmag
    Dimanche 28 Septembre 2014 à 08:58

    En REP, on nous a ajouté cette année 48 h en plus de concertation sur l'année. Ces concertations devaient avoir lieu sur le temps scolaire mais dans le 21 comme il n'y a pas assez de remplaçants, on nous les met le jeudi soir jusqu'à 18h-19 h tous les 15 jours. 

    65
    Alexandra
    Dimanche 28 Septembre 2014 à 10:38
    @ élihah: pour ma part je ne critique pas pour critiquer mais je n ai jamais entendu un instituteur ou un prof parler des côtes positifs de son métier . Alors en gros vous voulez arrêtez qu on vous prenne pour des feignasses arrêtez de vous plaindre ...
    66
    elihah
    Dimanche 28 Septembre 2014 à 10:44
    alexandra: suffit de lire ce qui est dit, majoritairement, les instits aiment leur métier, et en blogs illes parlent de leurs élèves et leurs activités sans acrimonie.
    Le pbme c'est tout le périphérique autour de ce cœur de métier: c'est de cela que nous nous plaignons surtout, de sa non prise en compte, de son alourdissement exponentiel; ainsi que, pour les anciennes comme je, de cette transfo sociale des individus qui fait des stocks d'élèves destructurés et à éduquer alors que nous devrions les instruire.
    Tous facteurs que nous ne maîtrisons pas.
    67
    isabellebiquette
    Dimanche 28 Septembre 2014 à 11:09
    Et où compter les accueils du matin et midi et le temps fait en plus lors de la moindre sortie parce que nous finissons plus tôt et qu avec le transport en campagne on ne peut être revenus à l'heure?!
    68
    Dimanche 28 Septembre 2014 à 11:18

    Merci pour cet article Mysticlolly ! Je suis fatiguée d'avoir à me justifier sans arrêt.

    Mon directeur, à la réunion de rentrée, devant tous les parents a expliqué que nous étions une super équipe, consciencieuse et travailleuse et que personne ne sautait dans sa voiture à 15h45 le soir ! C'était courageux mais je trouve hallucinant de devoir se justifier comme ça !

    69
    Dimanche 28 Septembre 2014 à 11:18

    On en a causé plus haut: nulle part.
    Tenez la lettre reçue il y a qqes temps si clic sur pseudo

    70
    Dimanche 28 Septembre 2014 à 11:23

    @Alexandra : si vous prenez cet article pour une nouvelle complainte enseignante, je vous invite à le relire avec un autre regard :

    Je ne me plains pas, je dis au contraire que j'aime mon métier. Cependant cet amour du métier (et la sécurité de l'emploi qui va avec) ne mérite pas la haine qu'on nous porte. Et je pèse mes mots quand je parle de haine.

    Au moindre article de presse, il n'y a qu'à lire les commentaires pour voir comment nous sommes vus. Et c'est d'autant plus vécu par les enseignants comme une injustice que justement, nous ne comptons pas nos heures (ni nos sous) pour faire notre métier.

    Vous aussi vous faites des heures supplémentaires que vous ne comptez pas, visiblement car vous aimez votre travail et qu'il ne vous viendrez pas à l'idée d'arrêter parce que votre quota horaire est atteint. Mais vous entendez-vous répétez à chaque discussion que vous êtes fainéante ? Je ne le pense pas.

    Cet article est juste là pour remettre les pendules à l'heure sur le fait que nous faisons autant d'heures que les salariés du privé et que donc, nous ne méritons pas cette haine que l'on reçoit régulièrement en pleine figure :o)

    Je le redis, j'aime mon métier, j'adore mes élèves, ils m'apportent énormément humainement parlant et c'est pour ça que je donne autant de mon temps libre pour eux. Mais je ne veux plus entendre que je suis fainéante, râleuse ou quoi que ce soit d'autre car c'est tout simplement faux.

    71
    maicreeessE
    Dimanche 28 Septembre 2014 à 11:29

    je ne découvre qu'aujourd'hui mais ... partagé aussi (et le carnet de contacts en dehors de fb est conséquent !) - et même aux syndicats :)
    - notre passage au statut de cadre A - non assorti d'une revalorisation de traitement digne, et pour cause - est bien pratique pour justifier tout et n'importe quoi de la part de politiciens de mauvais aloi : sachons nous en souvenir lors des prochaines échéances électorales ...
    - certains syndicats et membres de la hiérarchie intermédiaire (les IEN n'échappent pas aux exigences d'excès de zèle non plus) en sont conscients et tentent de faire bouger les choses... aidons-les ! 
    - nous savons et aimons être pédagogues avec les enfants : même si c'est un peu chronophage au départ, il faut vraiment s'y mettre aussi avec ceux des parents qui ne veulent pas encore voir la part immergée de l'iceberg. Il me semble qu'il y en a de plus en plus qui commencent à en prendre conscience, malgré les rengaines éculées : ceux-là peuvent aider à faire boule de neige...

    Bon dimanche ensoleillé à tous et toutes, et merci à toi, Mysticlolly, de cette belle initiative qui transcrit bien les réactions des cours d'école que je fréquente (je travaille en itinérant), et de tes partages généreux et appréciés, ô combien :)

    72
    Mayleb
    Dimanche 28 Septembre 2014 à 11:40

    Alexandra, je vous invite à passer une semaine chez moi (nord ouest). Vous verrez qu'on ne se plaint pas pour se plaindre mais parce qu'on est fatigué des critiques et fatigué physiquement car on travaille beaucoup.

    Dans les réunions de famille ou d'amis, personne n'oserait "attaquer" une femme de ménage ou un charpentier. Au contraire, dans les conversations on les plaint ou on les valorise, et à juste titre. Nous, dès qu'on dit qu'on est instit les critiques et remarques désagréables/fausses fusent. Et on sait qu'on va y avoir droit à chaque soirée, repas, ...

    73
    Gene
    Dimanche 28 Septembre 2014 à 12:15

    Tout est dit ! Bravo 

    74
    Dimanche 28 Septembre 2014 à 12:30

    Merci pour cet article !

    Je l'ai partagé aux collègues mais aussi, et surtout, sur Twitter, car comme tu le dis, nous le savons mais ce serait bien que les autres s'en rendent compte aussi !

    75
    Tatiana
    Dimanche 28 Septembre 2014 à 13:19

    Complètement d'accord avec toi : Jeune PE et pourtant déjà débordée par tout ce boulot ! peu de répit et peu de temps à consacrer à mon compagnon ! Et moi je n'ai pas d'enfants ! Oyé heureusement j'ai l'amour du métier et le bonheur d'être face à la classe chaque jour sinon bonjour la déprime ! 


    Bon courage mes chers collègues =)

    76
    lemali
    Dimanche 28 Septembre 2014 à 13:23
    Merci pour ton article, il a le mérite de remettre les pendules à l heure ! J ai vu notre ministre sur canal il y a peu....elle parlait de revaloriser les metiers de l enseignement...faut il y croire??? Peut être devrait elle lire ton article...avant de prendre une décision! !
    Allez je retourne à mes préparations!
    77
    elihah
    Dimanche 28 Septembre 2014 à 13:28

    Poufpouf non n'y croyez pas, augmenter les instits sans toucher leur indice revient à augmenter tous les fonctionnaires, c'est donc pas dans l'air du temps.

     

    78
    Dimanche 28 Septembre 2014 à 13:48

    Merci pour cet article, ni trop ni trop peu, en plein dans le mille!

    79
    pauletmireille
    Dimanche 28 Septembre 2014 à 14:06

    Merci merci pour tout ce calcul.

    Lorsqu'on lit les commentaires de chacun, prof ou non, on voit bien qu'il y a un sacré boulot qui reste à faire !

    J'aime aussi énormément mon métier, j'ai une direction en plus qui prend aussi énormément de temps. Mon conjoint me dit que je travaille trop mais comment faire autrement pour préparer sa classe convenablement ? Mes enfants pâtissent de mon manque de temps, je me culpabilise sans arrêt: pas assez opérationnelle en classe (j'aimerai pouvoir en faire encore plus, notamment en me formant en nouvelles pédagogies), pas assez présente auprès de mes enfants, pas assez présente auprès de mon mari, je n'ai pas assez de temps même pour m'occuper de moi et avoir un peu de temps pour faire ce que j'aime. Toujours pressée, les priorités bousculées, bien sûr l'école avant le reste et quand on ose dire, ''vous savez on a aussi une famille, on ne peut pas forcément ce soir là'' on voit le regard des gens se durcir, ne pas comprendre ...

    Et pourtant j'aime ce métier mais comme bcq d'entre vous, je ne sais pas si je tiendrai jusqu'à la fin de ma carrière. J'étais ''fière'' de réussir à boucler l'année dernière sans craquer mais les quelques semaines de grandes vacances n'ont pas suffit à me remettre complétement d'attaque ...

    Merci pour ce calcul, je le met en salle des maîtres dès demain !

    plein de courage à toutes et tous

    80
    Vu de l'extérieur
    Dimanche 28 Septembre 2014 à 14:36

    J'ai lu avec attention vos commentaires qui , je le sais, vivant avec un enseignant, décrivent bien vos conditions de travail.

    je voudrai simplement vous ouvrir un œil sur la vie des autres:

    Ils travaillent 35 à 39h par semaine, sans possibilité d'aménagement du temps de travail. Pour eux, pas question de travailler le Dimanche pour" récupérer " les rendez-vous chez le médecin, emmener les enfants à leurs cours de sport ou de culture.

    Pas question de faire une machine ou lancer le repas en préparant les cours,voire surveiller les devoirs de leurs enfants, à partir de 16H. etc...

    Vous avez raison, défendez vos conditions de travail, en vous appuyant sur vos syndicats, mais ne demandez pas à ceux qui sont encore moins bien lotis de compatir, parce que, de mémoire, vous avez tous réussi un concours pour accéder à ce sacerdoce! Nous ne sommes pas dans le cadre d' un emploi "alimentaire".

    Vous avez donc tout loisir pour démissionner et de rejoindre la masse des gens heureux "8H30/12H30 - 14H/17H30" 205 jours durant!

    81
    Dimanche 28 Septembre 2014 à 14:42

    Tout simplement : merci pour cet article !!!!!!!!!!

    J'aime ce que je fais mais j'ai pourtant toujours entendu des critiques comme quoi je ne bosse jamais et que je suis toujours en vacances et pourtant je ne me plains pas plus que n'importe qui...alors j'avoue que maintenant j'écoute sans rien répondre car ça ne sert à rien quand le dialogue est stérile.

    82
    Stéphanie
    Dimanche 28 Septembre 2014 à 14:47

    200 % d'accord !!!! 

    83
    Titiouchka
    Dimanche 28 Septembre 2014 à 14:51

    Enseignante et directrice sans décharge,  je me sens moins seule et moins culpabilisée à la lecture de ton article et de toutes les réactions qu'il a suscitées. Toutes ces attaques répétées de la part de notre propre famille parfois et des amis ("tu ne dois pas savoir t'y prendre, aucun instit ne travaille autant, ils sont tous partis à la fin de la classe")... des médias, parents et autres, ces heures de travail accumulées le weekend, les veillées, les vacances, cette pressions morale et cette fatigue physique et nerveuse vont finir par avoir raison de mon engagement dans ce très beau métier au bout de 25 ans (école, collège, lycée). Enfin peut-être pas tout à fait parce que je pense retourner dans le secondaire où par expérience, c'est quand même moins fatigant. 'Attention, ce n'est pas une attaque contre les profs ! nous sommes tous dans le même bateau!

    Parfois je me demande s'il y a une vie en dehors de l'école ...

    Il me semble que tout est dit à travers l'article et les commentaires... Cela fait du bien...

    Reste que la culpabilité vis-vis de ses propres enfants ne s'effacera pas et que notre exemple ne leur donne absolument pas envie de s'engager dans l'enseignement!

    Un vif merci à la communauté de partage. Allez je nous souhaite plein de courage et d'énergie à tous ... C'est pas tout, mais je dois travailler (parce qu'on ne peut pas faire subir à nos élèves le poids de tout ça). Bon dimanche

    84
    elihah
    Dimanche 28 Septembre 2014 à 15:07

    Et le comm de "vu de l'extérieur" est typiquement un autre de ces poncifs qu'on nous oppose, avec ceux de alexandra.

    85
    Titiouchka
    Dimanche 28 Septembre 2014 à 15:09

     

    80
    Vu de l'extérieur: Je n'avais pas lu ton article. Quand tu parles d'enseignant tu parles dans le primaire ou du secondaire ?
    Je n'ai fait aucune rentrée de mes enfants à l'école alors que quasiment tous les parents d'élèves étaient eux présents !!! Depuis quand, pouvons-nous aménager nos horaires , c'est nouveau je ne suis pas au courant ! Des parents d'élèves nous accompagnent lors de sortie car ils peuvent prendre des RTT, je n'ai accompagné aucune sortie... Alors peut-être que ce ne sont que mes propres enfants alors ce n'est pas important ! J'aimerai bien ne pas récupérer le dimanche et faire comme tous mes élèves qui me racontent leur weekend qu'ils sont allés à tel ou tel endroit... Préparer les cours en faisant le repas je n'ai pas encore essayé c'est soit l'un soit l'autre. Le travail de direction se fait pour ma part à l'école après la classe et/ou le mercredi ou le weekend. Et les RDV chez le médecin c'est comme pour la plupart des gens le soir tard ou le samedi matin. Je ne pas faire manquer la classe à mes enfants comme le font beaucoup de parents pour aller chez le dentiste, l'ophtalmo ... parce que je suis en classe... mais je ne dois pas être un enseignant lambda... Par ailleurs, jai souvent remarqué plus d'aigreur de la part de parents qui avaient échoué au concours de professeur d'école.
    86
    pauletmireille
    Dimanche 28 Septembre 2014 à 15:51

    Tout à fait d'accord, titouichka.

    Mon homme est dans le privé, ne peut pas avoir de journée enfant malade ... son patron lui transforme ses RTT en vacances 'obligatoires', pas d'heures sup', des déplacements avec obligation de rester dormir dans un hotel minable parce que trop loin pour revenir et repartir le lendemain .... je ne sais que trop ce que peut être le travail dans le privé.

    'Vu de l'extérieur' et 'Alexandra' venez faire une de nos semaines 'tranquilles', pas celles de rentrée ou de fin de période, ou celles où on a les élections des représentants à préparer, ou les AG, ou rendre les cahiers de progrès de nos élèves en recevant chaque parent individuellement, non, juste une semaine où il n'y a pas de conférence péda le mercredi après midi, ni conseil de cycle ou des maîtres, ou autre réunion avec un quelconque intervenant ou avec la mairie pour faire le point sur les nouveaux rythmes, ou les commissions restauration ou les réunions de l'amicale Laïque, ou les rendez-vous téléphonique avec le CMP, les équipes de suivie ou les équipes éducatives, ou le conseil école-collège ...., ou ....

    Comme tous les collègues, mes enfants n'ont droit aux visites médicales que lors des vacances et les visites urgentes se font aussi tard le soir et souvent ils sont allés à l'école comme font les 'mauvais parents' avec un dolipr... pour que la fièvre ne se voit pas parce qu'il n'y a pas de remplaçant et une journée enfant malade c’était pas cool pour les collègues et mes élèves ...

    Pas de rentrée ni d'accompagnement aux sorties ...

    Les mentalités seront longues à changer ...

    87
    cécé
    Dimanche 28 Septembre 2014 à 16:03

    on ne se plaint pas du tout ! on adore notre métier, mais qu'on arrête de nous critiquer!!!! et oui : il y a de mauvais enseignants fainéants, comme il y en a dans tous les métiers...


    C'est quand même dommage qu'on n'ose plus parler de notre vie à l'école avec les amis, de peur de se prendre des réflexions comme celles d'Alexandra ou de vu de l'extérieur!


    navrant! 


     


    heureusement, il y a plus de parents ou d'amis qui nous considèrent à notre juste valeur, sans être désobligeants et ce sont eux qu'il faut écouter!


     


    continuons à être motivés pour enchanter nos journées avec les élèves!... même le week end et les vacances ;)


     


    allez je m'y remets...

    88
    Dimanche 28 Septembre 2014 à 16:20

    Un petit bijou ton article Mysti ! Enorme merci ! 

     

    89
    sirlidjey
    Dimanche 28 Septembre 2014 à 16:35

    c'est quand même tout un art de compter la pause du midi comme du travail ...........

    90
    Dimanche 28 Septembre 2014 à 16:44

    Sarcasme, sarcasme, merci sirlidjey ! Donc vous appelez cela une PAUSE quand on corrige les cahiers en mangeant un sandwich ? he

    91
    syljero
    Dimanche 28 Septembre 2014 à 17:06

    Tout est dit, il n'y a rien à rajouter. Bravo!!!

    92
    la lune verte
    Dimanche 28 Septembre 2014 à 17:58

    Bon alors, si je comprends bien, ce n'est pas parce que je suis très mal organisée que je passe tant d'heures à bosser ? happy Contente de le savoir ...

    Merci pour cette mise au point, ça fait du bien même s'il vaudrait mieux que ça passe à l'extérieur !

     

    93
    Dimanche 28 Septembre 2014 à 18:22

    Merci à Mysticlolly. Merci mes chers collègues que je ne connais pas mais je connais votre vie car vous vivez la même que la mienne !

    Merci à tous ces bloggeurs qui nous simplifient la tâche !!

    Ces heures d'administrations dites obligatoires me fatiguent plus que le temps de préparation. Les animations péda le mercredi après midi me font vomir ! Dans notre école, les tap ne sont pas encore mises en place, alors on bosse : 8h30-11h30 / 13h45-16h00. Alors les jours  d'anim péda, on fera une semaine non stop ! Mais c'est pas grave bien sûr, nos enfants à faire garder, c'est pas grave ! Nos vies personnelles, c'est pas grave !

    Ce qui me peine le plus, c'est effectivement le sentiment de mes enfants qui me disent : Tu ne viens pas au parc avec nous ? Tu ne viens pas au ciné avec nous ? Et le regard de mon mari, qui sait très bien que je dois préparer mais qui chaque année me reproche d'en faire trop ! Trop ? On est dimanche, et je n'ai pas encore fini !

    MArre d'entendre les mêmes poncifs sur les vacances ! Qui a encore les moyens de profiter de toutes ces semaines avec les salaires qu'on nous verse !! On fait partie de la classe moyenne qui commence à lâcher ! Combien êtes vous, comme moi, à faire des études et des cantines pour payer les activités péri scolaires de vos enfants ? Et plus déductibles des impôts en plus !!

    Oui tous mes chers collègues de partout en France, ce sentiment de ras-le-bol est présent et s'accentue. Heureusement nous sommes tous des passionnés et convaincus mais jusqu'à quand ?

    Bonne fin de week-end à tous ...je dois finir de préparer ma semaine !

    94
    Dimanche 28 Septembre 2014 à 19:27

    Chouette article qui résume bien notre situation et notre quotidien. Concernant ces heures invisibles, elles pourraient peut-être devenir un jour visible. On ne serait pas loin de pointer mais au moins on ne vivrait pas ce cruel dilemme: une partie de notre volume horaire scrupuleusement comptée par l'administration et une partie totalement et volontairement floutée. Une redéfinition de notre travail et de ses conditions mériterait d'être mis en place.

    A ce volume horaire, on peut peut-être ajouté le futur jeu tactique avec la réunion syndicale qui redevient sur temps scolaire (1 sur 3) et aussi la mise en place du DIF qui est à géométrie variable et tient du parcours d'Astérix dans les 12 travaux ;) Et du coup, à quand de véritables formations, solides et diversifiées?

    Allez, je termine en te posant une question: connais-tu le texte officiel qui cite les 1607 heures?

    Bon en même temps, je ne me plains pas trop car j'adore ce métier, l'opinion  dans les médias est rude mais celui de nos élèves et de la plupart de leurs parents sont de bons moteurs.

    95
    Dimanche 28 Septembre 2014 à 20:01

    Je débute dans le métier puisque je suis PES, j'avais envisagé de compter mes heures, mais j'y ai très vite renoncé... Mes amis ne comprennent pas que j'aille parfois le dimanche à l'école travailler...

    96
    Dimanche 28 Septembre 2014 à 20:04

    La "PAUSE" du midi connais pas ! Je corrige en mangeant alors non ce n'est pas une pause et je cours après le temps ! 12h/13h20 trop court ! parfois même pas le temps de passer aux toilettes dans la journée ... et je n'abuse pas ... 

    La récré c'est pour les mômes pas pour nous ! soit t'es dans la cour et tu surveilles et tu règles X conflits en 15/20 minutes + les bobos en tout genre ... soit tu corriges encore ... pas de temps perdu ! 

    Mon papa qui travaillait souvent près de l'école de mon village a compris très vite que vu le bruit supporté et les tracas à gérer ce n'était pas une pause pour les instits !

    97
    Hagopsan
    Dimanche 28 Septembre 2014 à 20:24

    Bien dit !!! Et on pourra pas dire que t'es nulle en math en plus !!! Courage. 

    98
    Dimanche 28 Septembre 2014 à 20:35

    @j_cypher_c : Le texte officiel où apparaissent les 1607 heures est le Décret n°2000-815 du 25 août 2000 disponible ici (article 1) :

    http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000208382

    he Alors ? C'est qui le patroooooooooon ?

    99
    elihah
    Dimanche 28 Septembre 2014 à 20:38
    La patronne :-)
    Merci :-)
    100
    Dimanche 28 Septembre 2014 à 20:41

    Merci!

    101
    Bernard
    Dimanche 28 Septembre 2014 à 20:47

    C'est sûr que ceux qui disent que les profs ne travaillent pas exagèrent. Il y a bien quelques spécimen qui font mal leur boulot en préparant leurs cours par dessus la jambe ou en en faisant le minimum, mais la grande majorité font ça bien et ont donc des semaines conséquentes. Il s'agit d'un travail prenant, qui demande d'allier capacités de réflexion et pédagogie, mais aussi surveillance et encadrement. A l'arrivée des grandes vacances, les enseignants sont en général fatigués de leur année, celles-ci sont donc bien méritées !


    Maintenant, il ne faut pas tomber dans l'excès inverse non plus en comptant les moindres 10mn de travail par ci à surveiller les élèves pendant la récré ou par là en mangeant en corrigeant les cahiers/copies. Il s'agit quand même d'une profession plutôt noble, les enseignants sont des cadres, ils bénéficient d'une certaine liberté en gérant leurs temps de préparation des cours comme ils veulent (dans une certaine mesure). On espère que ce sont des gens passionnés par leur travail. Par conséquent, on ne s'attend pas à ce qu'ils fassent un décompte de chaque minute travaillée, mais qu'ils fassent leur travail de la manière qui leur semble la plus efficace. Il s'agit de ne pas tomber dans un excès de justification intensive de temps de travail !

    102
    elihah
    Dimanche 28 Septembre 2014 à 20:54
    Et donc un grand bravo à Bernard....qui ne comprend apparemment pas que c'est justement parce que jamais ces minutes ne sont décomptées et que toujours on compte sur notre conscience pro et morale qu'on en vient à faire ces calculs.
    Le ras-le-bol, vous voyez l'idée?
    Voilà... et dans quelle autre profession ces 'minutes' (qui deviennent vite des heures)devraient-elles être passées à l'as au motif de la 'noblesse' d'un boulot?
    ...et non nous ne sommes plus des cadres mais des professions intermédiaires.
    NB: les services de récré font parte de notre temps de travail;
    et mangez donc en effectuant votre boulot vous me donnerez des nouvelles de votre capacité au calme et à la digestion saine, ensuite;
    quant à la liberté des horaires on vous a répondu plus haut.
    103
    Dimanche 28 Septembre 2014 à 20:59

    Bien entendu Bernard, je ne vais pas me mettre à compter mon temps à la minute près ! L'objectif est plus de montrer que nous ne comptons déjà pas nos heures puisque nous faisons tous déjà des dizaines d'heures supplémentaires bénévoles. Or on nous en demande toujours plus, mais nos salaires eux, ne bougent pas. A force de tirer sur la corde elle finit par casser..

    Il y a de plus en plus d'enseignants en burn out professionnel, c'est une réalité et ce n'est pas pour rien !

    Je rebondis sur des commentaires que j'ai commencé à lire à droite, à gauche de personnes d'autres professions qui nous conseillent de venir dans le privé, qui font des tonnes d'heures en plus...

    Que les choses soient bien claires, dans cet article, je n'ai jamais cherché à nous comparer à d'autres professions, encore moins à sous-entendre que nous bossions plus que tout le monde. Pour avoir vu ma mère cadre supérieur dans une banque bosser 12h par jour et ramener du travail à la maison, partir en formation sur Paris régulièrement, je sais que les enseignants ne sont pas seuls à bosser !

    Nous faisons beaucoup plus d'heure que ce pour quoi nous sommes payés, comme dans beaucoup de professions, mais nous sommes pourtant considérés comme des fainéants planqués... C'est injuste point barre. C'est la seule raison d'être de cet article.

    104
    Dimanche 28 Septembre 2014 à 21:27

    Chef oui chef, au rapport... winktongue

    Merci.

    105
    Dimanche 28 Septembre 2014 à 21:31

    Je te plussoie Mysticlolly !!! J'ai moi aussi un ras-le-bol d'être considérée comme une fainéante alors que nous sommes dimanche soir 21h30 et que je bosse encore pour ma classe pour leur préparer des choses intéressantes, motivantes et qui vont les faire progresser...c'est pour ça que j'ai choisi ce métier et je ne regrette pas ! Je ne compte pas, n'ai jamais compté et ne compterai jamais mes heures pour faire ce que j'aime et je n'ai jamais dit et ne dirai jamais que nous bossons plus que les autres et que nous sommes plus malheureux (issue de parents dans le privé, voyant mon père en déplacement 3 jours par semaine, lui ses heures sont encore plus incalculables...) mais simplement l'article de Mysticlolly est juste là pour demander à tous les critiques de respecter notre travail, de nous respecter (comme nous le faisons pour eux) et d'arrêter de penser que nous sommes sans arrêt en vacances et que nous foutons rien de nos journées...et non pour nous plaindre ou nous faire plaindre !

    106
    Tatlo
    Dimanche 28 Septembre 2014 à 21:37

    Tout d'abord, merci pour ton article si bien détaillé.

    J'ai juste une petite remarque : je viens du privé, j'ai passé ce concours après 16 ans d'expérience ailleurs et avec ou sans responsabilité, avec et sans RTT , avec et sans avantages divers.J'arrive dans un autre univers qui compte ses passionnés comme tous ceux qui alimentent les blogs et nous permettent, à nous débutants, de se former plus vite et moins sur le tas. Je remercie tous les bambins qui ne souffrent pas de la formation sur "le tas" qui nous est offerte.

    Bref, on ne compte pas nos heures et on aime les enfants MAIS c'est vrai que nous sommes victimes d'une campagne de communication négative de la part des médias et de nos politiques. Heureusement quelques études internationales viennent nous soutenir et contre balancer tout cela.

    Alors se plaindre non mais envoyer un TOUCHE PAS A MON IMAGE déjà bien ébranlée (on le voit en classe et dans les relations avec les familles)

    Oui, nous avons des avantages mais pas si énormes que cela. Oui, nous avons des vacances sans les chèques ou sans le budget ou les réductions de CE. Oui nous essayons d'avoir du temps pour nos enfants que nous ne pouvons pas récupérer à la sortie des classes et qui connaissent les cantines et les accueils péri-scolaires comme les autres.

    Non, nous ne nous plaignons pas de notre travail mais OUI arrêtez de dire à nos élèves que nous sommes des planqués et que nous leur devons quelque chose.

    Bref acceptez que nous râlions pour LES enfants et pas pour nous.

    Voilà j'arrête ..... et surtout continuons à apprendre

     

    107
    BIZEAU/retraitée
    Dimanche 28 Septembre 2014 à 21:39

    Lorsque j étais jeune je voulais devenir institutrice! mais au vu de élèves bruyants, qui n écoutent pas  etc... j ai renoncé & j admire ceux qui ont pris cette voie? Je suis abasourdie lorsque je vois des parents qui parlent du temps des vacances plus long que celui de l école. Ont ils seulement calculé les heures supplémentaires des devoirs préparés pour le lendemain, le temps passe à corriger le devoirs faits en classe etc.... Je suis de tout cœur avec tous ces instituteurs qui font leur travail avec leur cœur & leur amour. Continuez comme çà & nous aurons de futurs professeurs capables d éduquer nos enfants correctement parce que formés dès le départ avec beaucoup de cœur. Merci à tous, continuez & j éspère que salaires seront relevés en conséquence & que votre mari ne sera plus obligé de faite la cuisine à votre place le soir, pendant que les autres travailleurs regarderont la télé. Courage & Félicitationsyeswink2

    108
    lisou
    Dimanche 28 Septembre 2014 à 21:57

    Bonsoir, 21h50, un dimanche soir ordinaire, je suis devant mon ordi à imprimer mon cahier-journal, des leçons et des exercices pour demain, ( pour gagner du temps à la photocopieuse demain matin ) et à peaufiner quelques préps..... Je tombe sur ton article, envoyé par une copine instit'.  Et je m'y retrouve tellement ! Je n'ai jamais fait le calcul, ton décompte me paraît fort juste et réaliste . Oui je continuerai à passer toutes ces heures, supplémentaires et non payées, mais je suis parfois lassée que mon travail ne soit pas reconnu, que ce soit par le grand public mais aussi par une hiérarchie souvent pointilleuse.... BRAVO !

    109
    mangereve
    Dimanche 28 Septembre 2014 à 23:02

    Merci pour ce calcul, ça rassure de voir qu'on n'est pas des extraterrestres quand on dit que la paye ne correspond pas à ce qu'on fournit comme travail. 

    J'ai arrêté d'avoir une classe à l'année, trop de travail, trop d'investissement, .... Je suis devenue remplaçante pour souffler...

    110
    kris
    Dimanche 28 Septembre 2014 à 23:18
    J'ajoute que :
    En tant que cadre A de la fonction publique, nous ne sommes payés que sur 10 mois... Notre salaire est néanmoins réparti sur 12 mois. Nos vacances d'été ne font donc pas partie de nos congés payés. Tu peux donc refaire tes calculs sur 10 mois... Ce qui est encore pire que ton constat, mais hélas la triste réalité...
    Force et courage à tous! :-)
    111
    Chris
    Lundi 29 Septembre 2014 à 00:06

    Ne sont-ce pas des "heures" de ... 50min?

    112
    Lundi 29 Septembre 2014 à 00:54

    Prof... le seul métier où tu bosses chez toi pour pouvoir bosser sur ton lieu de travail ^^ car finalement si on ne produit rien en amont, on ne peut rien faire en classe. C'est pas compliqué à comprendre et pourtant, pas compris par grand monde.

    @kris : non ça c'est un mythe en fait, mais j'y ai longtemps cru aussi.

    113
    Bernard
    Lundi 29 Septembre 2014 à 01:37

    C'est sûr que les enseignants bénéficient d'une communication négative, pour ces raisons-là ce type d'article remet les choses à leur place.

    Maintenant, tous les jobs de cadre présupposent de faire des heures supp'. Vous trouvez que leur nombre a vraiment augmenté et vous aimeriez des augmentations de salaire, c'est bien ça ?

    Effectivement, ça ferait plaisir mais, malheureusement, je ne suis pas sûr que l'état puisse nous l'offrir actuellement.

    Après, il y a plein de métiers de cadres dans lesquels les heures supplémentaires gratuites sont des sous-entendus : tous les métiers d'ingénieur bien sûr, mais aussi conseiller financier par exemple.

    Je suis également enseignant, mais pour des plus grands (enseignant-chercheur). Nous aussi, nous ne comptons pas nos heures (pour la plupart, il y a bien sûr également quelques rares éléments qui profitent de la liberté qu'on a pour faire le strict minimum). Et les salaires n'ont pas augmenté depuis un moment.

    De la même façon, on nous confie également toujours plus de tâches, administratives notamment.

    C'est bien de communiquer là-dessus pour que le grand public ne voit plus les enseignants comme des fainéants, je suis d'accord. Après, je ne m'estime pas être une victime du système non plus, et je ne me sens pas exploité car j'aime ce que je fais. Mais, là où je vous rejoins, c'est que les conditions du métier évoluent. Après, si les places deviennent chères, peut-être faut-il être prêt à accepter tout ça désormais... (cependant, partager son ras-le-bol fait toujours du bien... je lance simplement le débat !)

    114
    elihah
    Lundi 29 Septembre 2014 à 03:53
    "je ne me sens pas exploité car j'aime ce que je fais." ... pouffpoufff....
    On peut aimer ce qu'on fait ET se sentir exploitée, l'accepter, c'est autre chose.
    "peut-être faut-il être prêt à accepter tout ça désormais..." ..ha tiens, le Medef est dans la place....
    115
    Lundi 29 Septembre 2014 à 07:34

    Je n'aime pas que mes propos soient déformés.

    Je n'ai pas écrit cet article pour demander une augmentation (même si cette demande serait légitime).

    Je l'ai écrit car on nous traite de fainéants, de planqués, on dit de nous que nous sommes toujours en vacances, en grève. C'est faux. Voilà le but de cet article.

    Ensuite, pour revenir sur vos propos, je ne vois pas en quoi le fait d'aimer son métier devrait autoriser l'employeur à exploiter ses employés (et ma remarque est valable pour absolument tous les domaines). Pourquoi ne pas travailler bénévolement dans ce cas ? Et les footballeurs ? Ils aiment leur boulot non ? Pourtant, il me semble qu'ils sont loin de gagner comme nous !

    Et comme cela a été très justement dit, les professeurs des écoles ne sont plus considérés comme des cadres. Donc vos propos ne sont pas justes à ce sujet non plus.

    116
    dread
    Lundi 29 Septembre 2014 à 10:07
    Dans quel autre métier fait on des dizaines d'heures supp non payées... Tout les métiers du privés en ce moments, bienvenue dans le monde capitaliste a tous les enseignants.
    117
    Lundi 29 Septembre 2014 à 10:33

    Dread, vous faites-vous traiter de fainéants à longueur de temps ? J'en doute.

    118
    Lundi 29 Septembre 2014 à 10:45

    Bonjour. :-)

    Je n'ai volontairement pas lu les commentaires parce que je me doute déjà de certaines réactions... ;-P

    Par contre, j'ai bien lu ton article et je te remercie pour le calcul des heures de travail... Même si nous étions déjà certains de faire largement plus que ce qu'on nous demande (ou ce pour lequel nous recevons un salaire), c'est super d'avoir des chiffres sur tout ça. ;-) MERCI ! :-)

    ... D'un point de vue personnel, je suis "officiellement" à mi-temps... inutile de te dire que, proportionnellement, j'explose encore plus le quota d'heures de travail supplémentaire "bénévole" (mais essentiel pour les élèves)... ;oP (Et que je passe encore plus pour une "fainéante"/"planquée" -cocher au choix- tout en n'ayant de "mi-temps" que le temps de présence devant les élèves et... le salaire ! Of course !... gloups, gloups, gloups... ;oP)

    119
    jack
    Lundi 29 Septembre 2014 à 12:40
    Seul métier avec autant d'heures supp non payées?!!!! Regardez donc dehors. Le privé, le médical ou paramédical, l'armée et j'en passe...
    Au vu de votre emploi du temps vous êtes instit or ce sont majoritairement les profs qui sont critiqués il ne faut pas faire d'amalgame.
    120
    Lundi 29 Septembre 2014 à 13:23

    @jack : Vous ne faites peut être pas l'amalgame, mais l'immense majorité des gens ne fait pas de différence.

    121
    elihah
    Lundi 29 Septembre 2014 à 16:56
    "Le privé, le médical ou paramédical, l'armée et j'en passe."=> qu'on ne traite )pas de fainéant·e·s, eux.
    "ce sont majoritairement les profs qui sont critiqués il ne faut pas faire d'amalgame. " => inexact, les instits le sont aussi bcp parce que :" les petites classes, c'est plus facile et de toute façon, ils n'ont pas besoin de savoir/d'apprendre grand chose pour cet enseignement de base".
    122
    Véro Mance
    Lundi 29 Septembre 2014 à 18:46

    Je ne suis ni professeur des écoles, ni de collèges ou lycées. Je voulais simplement vous dire qu'il y a des parents conscients du travail que vous effectuez même celui de l'ombre. Je ne peux que remercier tous ceux que j'ai rencontré tout au long de la scolarité de mes enfants. J'ai été entourée, soutenue par eux lorsque j'ai du faire face à la démission de mon fils devant le travail scolaire. Ils ont même été au-delà de leurs compétences. Ils ont été là sans relâche. Quand ils sentaient que je baissais les bras, ils me redonnaient l'espoir, l'énergie et le courage nécessaires...Aujourd'hui mon fils a 16 ans et c'est un élève brillant et épanoui. Alors je vous dis merci, merci pour tout ce que vous faites pour l'avenir de nos enfants.

    123
    Lundi 29 Septembre 2014 à 18:48

    Merci beaucoup pour ce très gentil message, ça fait chaud au cœur ! oops

    124
    Floriline
    Lundi 29 Septembre 2014 à 19:37

    journée presque ordinaire d'une dirlo non déchargée

    J'arrive à 7h15 pour effectuer photocopies et tout et tout (27 élèves 3 niveaux cycle 3lundi et mardi matin sinon 18 élèves le reste du temps) à 7h30 mon avs m'appelle, elle a une réunion de formation cet après midi (elle le sait d'une autre avs) je cherche dans les mails de la semaine dernière. Aurai-je zappé un mail? Que neni rien, je téléphone donc au dirlo d'à côté et lui laisse un message.

    8h15 ma collègue arrive; 8h30 elle m'explique que les parents qui l'avaient sollicitée ne sont pas venus au RDV de 8h20.

    9h30 appel du dirlo d'à côté (je réponds, les gamins en profitent pour chahuter) oui effectivement il y a bien réunion des AVS, il m'envoie le mail que je n'ai jamais vu. Je laisse donc un message à la circo et même à la DSDEN d'où provient le mail, évidement j'ai un répondeur à chaque fois. J'"autorise" donc mon avs à partir sans avoir renvoyé avant hier un questionnaire pour sa réunion.

    10h récré: la collègue me montre un mot écrit au crayon à papier des fameux parents qui s'excusent de ne pas être venus au RDV de 8h20... La collègue a juste laissé ses enfants à la garderie 1/2 heure plus tôt ce matin...merci pour le respect!

    L'autre collègue m'explique qu'une maman de Ms à l'accueil lui a demandé si elle avait des ciseaux de gaucher car si il n'y en avait pas en classe, elle pouvait en apporter à l'école...pour son fils. Cette même collègue reçoit à 9h un sms d'un parent qui lui demande d'aller fouiller dans le sac du gamin pour y trouver les tickets de cantine!!! qui est responsable du ticket de cantine! n° de tél utilisé l'an passé en classe découverte!!!!!!!!

    Entre temps j'envoie un mail à la psy scolaire car il y aura 3 ESS un mercredi de novembre, elle me répond qu'étant à 80% elle ne pourra pas venir d'autant plus que c'est le lendemain du 11 novembre...

    Midi: on mange bien sûr à l'école et on réfléchit déjà aux horaires du ski car on va devoir dépasser les horaires (merci les nouveaux rythmes).

    C'est pas fini.

    13h: mot plus que désagréable d'une parent sur le cahier de liaison; son enfant est en souffrance (la maman aussi) car il y a peut être un trouble de l'attention mais elle pète un plomb et nous accuse de ne rien faire pour son fils, je renvoie un mail à la psy scolaire pour lui rappeler que je lui avait déjà demandé de voir cet enfant en priorité. je propose un RDV jeudi matin à la maman...

     

    16h: petit mot sympa dans mon bureau à la maman qui se permet de nous expliquer avec quel matériel son fils doit découper!!! J'en profite pour lui expliquer qu'il y a un e ligne téléphonique à l'école ainsi qu'un répondeur que je consulte régulièrement.

    ça va bien jusqu'à 17h30 quand je décide d'imprimer les étiquettes pour les élections; c'est trop bien cette année, on peut tout faire avec base élèves - sauf que je n'ai pas les bonnes étiquettes!!!!!!!!!!!!!!!!!

    et je vous passe le nombre impossible de mails reçus ce jour car la DSDEN nous demande de nous connecter sur le nouveau machin pour enregistrer les résultats des élections et que ça ne fonctionne pas!

     

    Je crois que c'est presque tout.

    Bilan: les enfants ont été sympas, ils ont bien travaillé...  

    Moi ce qui m'énerve ce n'est pas mon salaire car au final je ne le trouve pas si ridicule; ce qui m'énerve ce sont les parents qui viennent nous expliquer notre métier, ce sont ces heures perdues à courir après des informations, ce sont les justifications incessantes que l'on doit donner aux parents, c' est l'incompétence de la psy et le fait que je vais devoir expliquer aux parents que l'ESS de leur enfant aura lieu avec une équipe péda restreinte, c'est la paperasse, ce sont les 5 dossiers (sur 18 gamins) PPRE ou PAP et PPS que je vais devoir gratter, ce sont tous les docs à retaper pour tous ces enfants dys machin  ( entendons-nous,, ils ont droit à cela et moi à dormir la nuit!!!!!!) , ce sont les AVS gérées par 4 services différents, ce sont les employés municipaux qui ne livrent toujours pas les meubles commandés en juin, c'est la maintenance informatique qui me certifie avoir bien paramétré le réseau alors qu'aucun poste n'accède au réseau et 10 gamins qui à l'unisson crient "maitresse, ça marche pas!!!!!!!!"

     

    Alors ce soir quand je suis rentrée à 18h10, je me suis dit que j'allais déverser mes états d'âme sur ton site... suis désolée Mysticlolly...

     

    125
    Lundi 29 Septembre 2014 à 19:44

    Écoute, si ça t'a soulagée, alors tu as bien fait he

    126
    Jean-marc Arnal
    Lundi 29 Septembre 2014 à 20:36

    Coucou,moi je travaille dans le secteur privé et je fais beaucoup d'heures et pas toutes payées.Aussi ,en tant que tel ,je tiens à vous donner tout mon soutien pour que vous sachiez qu'il reste encore quelques personnes avec un regard admiratif sur votre travail et votre engagement .Au delà de trois enfants je ne sais plus gérer et je suis certain de ne pas être le seul ,alors de là à leur faire apprendre quelque chose n'en parlons pas .Je tiens à vous dire bravo et merci pour nos enfants et ne les laissez pas tomber svp . BON COURAGES A TOUS .  

    127
    Lundi 29 Septembre 2014 à 21:01

    Merci beaucoup Jean-Marc !! J'ai vraiment conscience que les heures supplémentaires non payées sont malheureusement le lot de nombreuses professions, je ne le remets pas du tout en question et encore une fois, je précise bien que le but de mon article n'était pas de nous faire plaindre ou de demander une augmentation mais simplement de tenter de montrer aux personnes extérieures à notre métier que notre travail ne s'arrête pas aux portes de l'école ^^

    Merci, vraiment merci de votre gentil message de soutien, ça fait tellement plaisir ! yes

    128
    une parente :)
    Lundi 29 Septembre 2014 à 21:17

    Bonjour à tous,

    ai-je le droit de m'incruster ? Oui, parce que je ne suis pas instit !

    je n'ai pas lu tous les posts ... beaucoup ! 

    Je reprends par exemple une remarque qui disait des instits glandeurs: "Qui sont moins de 10% d'un métier dans chaque métier.Donc pourquoi nous jeter la pierre spécifiquement? "

    = je vous réponds: et la minorité qui vous méprise, pourquoi leur donner du crédit ?

    Si vous êtes sûr de ce que vous avancez, pourquoi vous justifier ? 

    Par contre, lisez bien tous attentivement le document que vous avez lu peut-être un peu trop vite. Attention, ce n'est pas parce qu'il va dans votre sens qu'il faut oublier votre sens critique. Et oui, quitte à pinailler, pinaillons: 1 erreur (voir 2 si on chipote à 15 min par semaine) s'y sont glissées :)

    Maintenant, arrêtez de croire que vous êtes les seuls à trimer, les seuls sous-payés, les seuls scrutés par le haut. Travailler dans le privé devient un cauchemar. Les choses se sont dégradées partout. Arrêtez de donner de l'importance à ceux qui vous critiquent car en faisant cela, vous creuser un peu plus le fossé qui existe (on le ressent parfois) entre instits et parents. 

    Il est sûr: arrêtez de payer des fournitures avec votre argent personnel. En faisant cela, vous ne réglez pas le problème. Solution = mairie ou amicale laïque. Si une amicale n'existe pas = les parents paieront en leur expliquant les choses de manière pragmatique. Quel parent trouverait cela normal que vous payiez vous-mêmes les fournitures ?

    Je trouve ""très personnellement"" que votre métier devrait imposer tant d'heures de présence, changer les mentalités et les habitudes de travail. (Facile à dire oui). C'est à dire avec une organisation du travail stricte et qui ne sortirait pas de l'école. A 8h au taf, à 17h parti. Du lundi au vendredi. Et 5 semaines de vacances. Vous n'êtes pas tous égaux face à une optimisation de votre temps travail. Si je devais me mettre à travailler par exemple 1/3 de mon taf à domicile, ce serait l'horreur ! Ce 1/3 de travail prendrait une proportion bien supérieure à la moitié totale niveau timing, mais pas en terme de contenu. 

     

    voili voilou :)

     

    129
    Jean-marc Arnal
    Lundi 29 Septembre 2014 à 21:27

    Si je mentionne mes heures, c'est juste pour souligner mon regard sur votre profession et insister sur le fait que beaucoup de professions doivent cesser de croire qu'elles en font plus que les enseignants .Je sais pas si je suis clair mais vous êtes l'avenir de nos enfants et en soit c'est déjà suffisant pour vous respecter. 

    130
    Mx
    Lundi 29 Septembre 2014 à 21:35
    Je suis cadre sup. dans le privé.
    J'ai longtemps pensé que les profs étaient des gland eues ... Jusqu'à ce que mon epiuse devienne "prof des écoles ...

    Aujourd'hui c'est moi qui lui demande de lever le pied le weekend, ou qui lui envoie des t'écris le soir parce que les réunions s'éternisent ...

    La vérité est toujours bonne a dire !

    Bel article !!!

    État voleur, qui flique les entreprises privées et méprise les règles fondamentales du travail ...
    131
    tiris
    Lundi 29 Septembre 2014 à 22:47

    merci

    ce qui est décrit dans l'article est exactement ce que nous vivons au quotidien ...

    avec un ajout ... maîtresse en CP nous restons souvent (en tout cas de ce que nous voyons dans notre école) plus longtemps à la sortie .... et de ce fait je ne compte plus les rdv sur le trottoir ... qui durent de 5mins à ...... beaucoup plus, dont on se passerait bien mais qui sont essentiels pour les parents et de ce fait pour les élèves et donc ... pour nous ...

    et ce soir ... eh bien 22h45 je viens d'arrêter de travailler (bon ok j'ai des enfants donc je ne peux travailler que lorsqu'ils sont couchés... ce soir je n'ai commencé qu'à 20h30 ...)

     

    132
    IsaLM
    Lundi 29 Septembre 2014 à 23:26

    Dis donc toi ! Tu m'as espionnée quand pour calculer MES heures ?! intello

    133
    Lundi 29 Septembre 2014 à 23:29

    Merci Jean-Marc et Mx ^^ cool

    @IsaLM : he

    134
    Mardi 30 Septembre 2014 à 05:50

    Rien qu'à voir le nombre de commentaires, on voit bien que tu as soulevé un sujet brûlant et je t'en remercie.

    Malgré mes trente années d'enseignement, je tourne entre 60 et 70 heures par semaine, ce qui, même annualisé, reste bien lourd …

    Quand j'ai passé le concours, 15 postes pour 150 candidates (c'était l'époque où le concours n'était pas mixte pour "remasculiniser" la profession !)

    Depuis 2 ans, environ 10 % de candidats de moins que de postes au concours : cherchez l'erreur … Avec un master 2, qui accepte d'être payé 1600 euros pour 60h/semaine et de se faire traiter de fainéante ?

    Il faut rendre visible tout ce travail invisible, je connais même certaines enseignantes qui ont honte de passer tant de temps à travailler, qui pensent que c'est de leur faute, qu'elles ne s'organisent pas bien … c'est normal, ça ?

    Et si je suis debout depuis 2h, à votre avis, c'est pour quoi faire ? corriger et préparer, car hier soir, j'étais trop fatiguée …

    Merci pour ce superbe article, Mysticolly !

    135
    carmody
    Mardi 30 Septembre 2014 à 07:29
    Très bel article qui explique bien les heures réelles travaillées. Je rejoins certains commentaires sur le fait qu hélas vous n'êtes pas la seule profession à en faire. Et je vous rejoins sur le fait que vous êtes constamment critiquées. Les critiques sont à mon sens plus une critique du système que vous representez que des crtiques personnelles... vous portez involontairement les choix politiques incompris par les parents(lecture globale ), vos grèves sont comprises comme des refus d'évoluer et une minorité d'entre vous sont incompétents(je corrige un nombre incalculable de fautes de français jusque dans les bulletins trimestriels de mon fils!). Mais je reste d'accord avec vous sur le fond de votre article, et vous n'êtes payés que sur 10 mois!
    136
    Mardi 30 Septembre 2014 à 07:34

    Carmody, nous sommes payés sur 12 mois. L'histoire des 10 mois est un mythe, je le disais un peu plus haut :

    "D'ailleurs cette légende urbaine est très vicieuse car elle sous-entend qu'on ne travaille pas autant que dans les autres métiers, mais c'est faux, comme je viens de le démontrer, nous faisons annuellement et officiellement (puisque officieusement c'est bien plus), le même nombre d'heures !

    Donc heureusement que nous sommes bien payés pour 12 mois de travail !"

    Merci en tout cas de votre message.

    137
    stephane
    Mardi 30 Septembre 2014 à 07:34

    il te manque un petit détail, Juillet et Aout ne sont pas des vacances puisque nous ne sommes pas payé durant ces deux mois ! en effet, nous sommes payés sur 10 mois, mais le rendu est alors lissé sur 12 (surement pour éviter certains soucis). Bref, notre temps de travail est encore bien supérieur a ton calcul il me semble....


     


    tant que les gens (qui suivent bien trop les journalistes sans se renseigner par eux memes) ne s’intéresse pas à la réalité, tant que nos dirigeants peuvent "profiter" de ce système, cela restera en l'état je pense.

    138
    Gypsie
    Mardi 30 Septembre 2014 à 07:36

    Et tu oublies, dans le temps hors apprentissages mais de présence obligatoire, les 10 minutes d'accueil de chaque demie-journée, soit 1h30 par semaine, soit 54h par an. Non ?

    Bref, comme toi, marre des réflexions vu tout ce que je bosse pour donner le meilleur que je peux.

    139
    Mardi 30 Septembre 2014 à 07:46
    Déjà évoqué plus haut, les temps d'accueil, et voir la lettre envoyée par syndicat SUD en cliquant sur mon pseudo (ça mène à une page FB)

    Bonne journée les gens.
    140
    Mardi 30 Septembre 2014 à 07:53

    Stéphane, j'ai édité l'article pour ajouter une précision sur cette légende des 12 mois payés 10 :

    Edit du 30/09/2014 : Petite précision car je vois de nombreux commentaires "précisant" que nous sommes payés 10 mois sur 12. C'est une légende URBAINE :  Nous sommes payés pour 12 mois travaillés ! Et d'ailleurs cette légende urbaine est très vicieuse car elle sous-entend qu'on ne travaille pas autant que dans les autres métiers, mais c'est faux, comme je viens de le démontrer, nous faisons annuellement et officiellement (puisque officieusement c'est bien plus), le même nombre d'heures qu'un temps complet dans un autre métier ! Donc heureusement que nous sommes bien payés pour 12 mois de travail ! Ce qui compte c'est le temps de travail annuel. Que ce temps de travail soit réalisé sur 12 mois, 10 mois ou 6 mois, c'est la même chose ! La seule différence va se trouver au niveau du nombre d'heures par semaine qui sera plus important si on ne travaille que sur 10 mois que si on travaillait sur 12 !

    141
    Melly
    Mardi 30 Septembre 2014 à 10:25

    Très bon article, mais un seul point de vue. Loin de moi l'idée de dire que vous bossez moins que les autres, mais comme l'a dit Alexandra plus haut ce que vous décrivez est le quotidien de tous les salariés du privé, les grèves en moins.


    J'ai pour ma part un contrat de 37h30 avec 5 semaines de congés payés et 10 jours de RTT, cela me fait donc l'équivalent de 7 semaines de congés.


    Je travaille du lundi au vendredi, en arrivant à 8h45 au bureau, j'y reste jusqu'à 18h au minimum avec 45min de pause à midi que je passe bien souvent le nez dans un dossier. Mais même sans cela, je bosse donc 8h30 minimum par jour, soit 42,5h par semaine, soit 1912h par an, payées 1688h.


    Il va sans dire que je ne considère pas non plus le fait de lire et de répondre à mes mails pro le WE ou pendant mes congés pour ne pas être noyée au retour de vacances, ou encore les réunions qui s'éternisent jusqu'à 20h certains soir !


    Je pense que dans toutes les professions on peut faire ce genre de calculs, mais ce qui dessert le corps enseignant ce sont les grèves à répétition et la minorité bien trop visible qui est loin des 635h de boulot de préparation.

    142
    Jean-marc Arnal
    Mardi 30 Septembre 2014 à 15:49
    Attention , les grèves des enseignants ont le plus souvent pour but de défendre l'école plutôt que leurs propres droits .Hélas , le but de ces grèves sont souvent mal compris .J'ai souvent l'impression que nos politiques étouffent doucement l'école publique mais ceci est un autre débat .
    143
    Tahie77
    Mardi 30 Septembre 2014 à 17:18

    Melly je suis d'accord avec toi (je sais de quoi je parle j'ai travaillé 15 ans dans le privé avant de passer le concours) MAIS les autres professions sont-elles taxées de fainéants ? Non ! Sont-elles toujours attaquées comme la nôtre l'est ? Non !
    On demande juste d'arrêter de nous critiquer et de nous injurier !

    Les grèves... quand on a fait grève dans notre école à propos des rythmes (du moins l'organisation et l'emploi du temps proposé par la mairie) on s'est fait mal voir par les parents et on s'est fait encore traiter de fainéants et autres qualificatifs injurieux.
    Maintenant que les parents vivent et subissent la réforme et sont insatisfaits  on entend de leur part : "Mais vous n'avez rien dit ni fait pour que ce genre d'organisation ne passe pas !"

    No comment !



    144
    Lola
    Mardi 30 Septembre 2014 à 20:45

    Que de commentaires....de professeurs ou d'instituteurs pour la plupart !


    Sachez que ce ne sont pas les médias qui ternissent comme vous le dites votre image mais en grande partie vous même. j'ai une amie qui débute sa carrière d'institutrice, et son regret de la rentrée est qu'il n'y a pas de grève comme chaque année ! Quel dommage elle en aurait bien profité ! Vous voyez, sans l'aide des médias ! 


    Je ne travaille pas dans l'enseignement, mais je fais un nombre impressionnant d'heures supplémentaires non payées...comme 80 % des Français, avec un salaire très moyen....comme 80 % des Français. Sauf que nous autres n'avons même PAS le temps pour en parler ni faire grève car même si soi-disant c'est un droit dans les faits et bien non, on ne peut pas tous le faire ! 


    Sincèrement je n'ai rien contre vous (que ce soit vous Madame qui avez écrit l'article ou vous autres qui avez commentés) et je vous rejoints même sur plusieurs points :  votre métier n'est pas facile, vous avez beaucoup de travail, la réputation n'est certainement pas évidente à gérer, les enfants sont difficiles et vous faites plus que de la garderie...j'en suis consciente ! Mais faire grève sans cesse et ressentir trop régulièrement (soyons honnête) le besoin de raconter le négatif c'est usant. Le contexte économique et les difficultés dans le monde du travail sont les mêmes pour presque tous les Français, sauf qu'on entends que les profs, instits, employés de la sncf...en parler. Demandez-vous si ce n'est pas surtout cela qui ternit votre réputation, quand bien même vous faites un travail très honorable ? 


    Les grèves, même si la plupart ont un but et une conviction réelle...ça n'est pas toujours la solution à tout ! 


    En bref, cessons de nous apitoyer sur notre sort, penser que nous sommes les plus malheureux, être sans arrêt dans la revendication, les manifs etc...et déjà nous aurons fait un pas en avant, et je suis convaincue que votre réputation s'améliorera d'elle même. 


    Bon courage à toutes et à tous. 


    Lola 


     

    145
    Mardi 30 Septembre 2014 à 21:01

    Et PAN !  un petit préjugé supplémentaire !

     

    Dans la liste, j'avais compté :

    -"toujours en vacances",

    - "fainéants"

    - et voilà mes chères collègues, nous sommes également toujours en grève !!!!!

    Merci ! he

    146
    Mardi 30 Septembre 2014 à 21:05

    Je crois que j'ai choisi ce métier juste pour ça, quelle joie de pouvoir faire grève tous les quatre matins ! Tous les cinq même maintenant...

    Certains ne semblent pas comprendre le fond de cet article qui n'est pas une plainte mais un constat sur le regard extérieur que peuvent en avoir les gens...

    147
    Mardi 30 Septembre 2014 à 21:08

    Oui, j'avais commencé une tartine pour expliquer ENCORE une fois.. Mais je préfère profiter de ma soirée (je viens de terminer de préparer ma matinée de demain).

    Les gens qui ont des œillères sont irrécupérables. Laissons-les à leurs préjugés, ils ne changeront pas nos vies, ils sont déjà trop aigris de la leur...

    148
    JJ
    Mardi 30 Septembre 2014 à 21:13
    Si votre métier ne vous plait pas, ben alors changez de boulot !!!
    149
    Tahie77
    Mardi 30 Septembre 2014 à 21:16

    JJ relisez bien... certaines nuances vous ont échappé !

    150
    Mardi 30 Septembre 2014 à 21:40
    Guillaume

    Ben voilà, je viens de perdre 3/4 d'heure de travail à lire cet article et ses commentaires. ;-) Je me coucherai plus tard !


    Sinon, travaillant en CLIS, je n'ai pas ce regard négatif de la part des parents. Soit les parents sont totalement absents et il est difficile de les inclure au projet de leur enfant soit au contraire ils sont demandeurs et vont abonder dans le sens de mes propositions (parfois trop mais passons).


    Je vous avoue qu'en ce qui concerne les préparations, il y a pas mal de chose à faire...13 élèves seulement mais 13 niveaux différents (oui, la loi limite à 12 élèves les effectifs de CLIS mais mon IEN ASH "s'en fout, c'est qu'une circulaire" (je devais en avoir 14)).


    Niveau correction, c'est beaucoup plus léger... N'empêche qu'au final, je frôle le 45 - 50h / semaine.


    NIveau salaire, ça pourrait aller mais qui c'est qui paye la nounou de la petite ? C'est bibi ! Heureusement que le grand se garde tout seul et est responsable...


     


    Et pour couronner le tout, mon épouse qui décide de quitter son poste dans le privé (elle faisait des heures sup mais TRES souvent payées malgré les réunions à rallonge et compagnie) pour passer (et réussir) son concours de PE... pour profiter des enfants en vacances. Elle se retrouve à bosser et à moins les voir que lorsqu'elle avait sa précédente activité professionnelle...


     


    Question matériel acheté par bibi, depuis 5 ans, je me limite à 10€ par an environ. Si je ne peux pas faire, je sollicite la caisse de l'école (vive l'USEP), l'APE, la mairie ou bien j'annule...


    On a bien attendu 8 mois le photocopieur ; j'attends encore que le vidéoprojecteur du TBI soit sorti du carton et installé au plafond.... et j'ai du déplacer les tableaux moi-même car la mairie ne voulait pas le faire... Donc, c'est sympa, on fait aussi du bricolage, mais bon c'est magique la CLIS, on peut tout faire !


    Par rapport aux critiques, j'ai fini par arrêter d'en parler et je ne réponds plus aux provocations. Quand la hiérarchie arrêtera de nous prendre pour des imbéciles, peut-être que les parents d'élèves et les autres citoyens pourront commencer à changer de regard vis-à-vis de leurs enseignants.


     


    Allez, passez toutes et tous une belle soirée.


     

    151
    Lola
    Mardi 30 Septembre 2014 à 22:01

    Comment pouvez-vous vouloir que le regard sur vous changent...Vous n'avez même pas lu convenablement mon commentaire !!! c'est vraiment agaçant, cessez de vous regarder le nombril, de vous croire supérieurs au reste du monde et de faire "bloc" contre les autres...j'ai pris le temps de vous expliquer, sans animosité aucune et avec politesse si vous relisez bien, ce que certaines personnes non enseignantes peuvent penser, mais surtout mon message était clair : cessons de nous apitoyez et sans cesse être dans la revendication. 

    Il me semble que je vous accorde certaines choses....mais non, là encore les seuls retours sont ultra-négatif et aucun dialogue possible....merci. 

    Pour info vous vous permettez tout autant les préjugés : je ne suis absolument pas aigrie, encore une fois j'ai des amies prof et je les adore car l'habit ne fait pas le moine et le métier ne fais pas la valeur d'une personne (heureusement), et quant à mon métier désolé pour vous mais je l'adore.

    Alors par pitié ne prenez pas tout le temps tout au pieds de la lettre et SURTOUT relisez les commentaires écrits par des personnes qui exercent d'autres métiers (elles ont le droit) avec simplement un peu plus d'ouverture d'esprit mais surtout moins de hargne....on a le droit de ne pas être toujours d'accord avec vous et de vous le dire, sinon à quoi servent tout vos articles ? Le débat a le droit d'être ouvert non ? 

    Je suis sincèrement écœurée de vos réactions, vous dites que les gens ne vous respectent pas, et au final quand une personne qui n'est pas 100% d'accord avec vous et n'arrive pas pour "râler" (comme vous le faites bcp depuis le début de ces commentaires) comme vous mais avoir un discours différent vous avez les mêmes œillères que celles que vous reprochez aux autres...

    Dommage

     

    152
    Lola
    Mardi 30 Septembre 2014 à 22:03

    PS : encore une fois relisez mon 1er commentaire, je ne dis absolument pas que vous êtes toujours en grève ! Ne lisez et ne comprenez pas que ce qui vous arrange. 

     

    153
    Bernardin
    Mardi 30 Septembre 2014 à 22:11

    Le problème de l éducation nationale, ce n est pas les enseignants, mais plutôt tous les non enseignants. C est cela qui coûte cher!beaucoup de personnes improductives qui font exploser le budget de l éducation nationale. Les instituteurs travaillent évidemment bcp, mais certains profs, notamment les agrégés qui travaillent 12h/ semaine font bcp de mal aux autres.


    alors chers amis instits, c est à vous de dénoncer ces aberrations au sein de l éducation nationale, pour redorer votre blason.

    154
    Mardi 30 Septembre 2014 à 22:49

    @Lola : "En bref, cessons de nous apitoyer sur notre sort, penser que nous sommes les plus malheureux, être sans arrêt dans la revendication, les manifs etc...et déjà nous aurons fait un pas en avant, et je suis convaincue que votre réputation s'améliorera d'elle même. "

    1 - Je ne m'apitoie pas sur mon sort, j'explique par A + B que nous travaillons autant que n'importe quel autre citoyen qui exerce n'importe quelle autre profession et que, de ce fait, nous ne méritons pas les qualificatifs de fainéants/privilégiés/glandeurs/planqués et le mépris qu'on nous témoigne...

    2 - Je n'ai jamais dit/écrit/pensé être la plus malheureuse, bien au contraire, j'ai la chance de faire un métier que j'aime, et pas seulement un métier alimentaire.

    3 - L'an dernier j'ai fait grève et été dans une manifestation 1 jour, contre la réforme des rythmes scolaires telle qu'elle était sur le point d'être appliquée et ce, parce que j'étais convaincue qu'elle n'était pas dans l'intérêt des enfants. Est-ce cela que vous considérez comme exagéré et comme néfaste à l'image de notre profession ?

    4 - Vous dites : "Le contexte économique et les difficultés dans le monde du travail sont les mêmes pour presque tous les Français, sauf qu'on entends que les profs, instits, employés de la sncf..." : j'entends aussi les pharmaciens, les agriculteurs, les commerçants, les professionnels du tourisme, les magistrats, les artisans, les banquiers, les éducateurs....

    5 - Vous dites : "Comment pouvez-vous vouloir que le regard sur vous changent...Vous n'avez même pas lu convenablement mon commentaire !!! c'est vraiment agaçant, cessez de vous regarder le nombril" : vous n'avez pas pris la peine de comprendre le fond de mon article et avez déformé tous mes propos. Commencez par appliquer vos propres conseils.

    Pour finir, contrairement à vous, je suis convaincue que c'est davantage de solidarité, de tolérance et de compassion qui nous ferons tous faire un pas en avant.

    155
    Mercredi 1er Octobre 2014 à 01:04

    Lola, le problème concernant les grèves n'est pas si simple.

    Quand j'étais jeune enseignante, j'ai fait des grèves en pensant réellement que j'allais pouvoir améliorer la situation des enfants dans les classes, les conditions de travail pour le bien des enfants, etc … Je me prenais les réflexions des parents, des "amies" qui ne comprenaient pas, je serrais les dents quand j'avais ma retenue sur salaire (ben oui, détail, on n'est pas payée quand on fait grève!), j'assumais.

    Au bout d'un certain temps, lassée de voir l'inutilité de la démarche, je ne faisais plus grève, et tout le monde semblait content.

    L'année dernière, convaincue que la réforme des rythmes risquait de creuser encore plus les inégalités, j'ai fait grève une journée, provoquant l'ire de certains parents. Les mêmes cette année se retournent vers les enseignants : "ça ne va pas du tout cette réforme, les enfants sont encore plus fatigués, les parents n'ont aucun poids, c'est à vous de faire bouger les choses, faites grève, soutenez-nous !"

    Ah bon, parce qu'une grève ça pourrait servir à défendre les enfants ? Ca n'est pas juste une façon déguisée de s'octroyer une belle journée de vacances (non payée) ? C'est nouveau, ça !

    Mais là, je ne suis plus sûre d'avoir encore envie d'y laisser une partie de mon salaire …

    156
    Melly
    Mercredi 1er Octobre 2014 à 09:21

    Guillaume, que votre épouse fasse des heures sup payées c'est possible, mais que ce soit le cas de la plupart des français je ne crois pas. Et des français ayant un diplôme de niveau équivalent à celui d'un enseignant (bac+5 et donc la plupart du temps cadre) encore moins !

    Je rejoins Lola, ce qui vous donne une mauvaise image c'est que, comme pour la SNCF, c'est en général les enseignants que l'on voit le plus souvent faire grève. Je ne crois pas avoir jamais vu les caissières, les magasinier ou les femmes de ménage descendre dans la rue et pourtant je pense qu'ils auraient autant de motifs que vous, sinon plus, de le faire.

    Encore une fois nous ne remettons pas en cause votre travail, simplement le fait que nous vous entendons bien (trop)souvent vous plaindre !

    157
    Isabysse
    Mercredi 1er Octobre 2014 à 09:42

    Bah, tu as tout dit Mysti. Tout le monde se retrouve dans cet article !

    Tu devrais l'envoyer à notre nouveau ministre !

     

    158
    Half
    Mercredi 1er Octobre 2014 à 11:18

    Bonjour, 


    je viens de voir cet article sur Facebook et je tenais à réagir, je ne sais pas si vous lirez mon commentaire, bref engageons. 


    Je suis actuellement un "jeune actif", dans le domaine de la technologie à un poste d'ingénieur. Je me suis renseigné assez rapidement sur le sujet (c'est vrai que du coup, dans mon métier je peux jeter un oeil à l'internet sans que toute une classe d'élèves ne hurle) et les chiffres du gouvernement, avec les indemnités comprises, montrent que les salaires d'un nouvel employé dans mon domaine et dans l'enseignement sont sensiblement égaux. Le privé va augmenter assez rapidement en salaire, mais le salaire de départ est assez proche. Sauf que hors du public, il n'y a pas la même sécurité de l'emploi. 

    De plus, vous travaillez 72h de plus par an ? La plupart des start up ou bien alors des personnes travaillant dans des milieux technologiques font des journées de bien plus de 10h, même le weekend parfois et dépassent amplement ces 72h de travail en plus. 

    Je ne suis pas très fan de l'éducation nationale française. On étudie plus que les autres pays, et nous avons pourtant de moins bons résultats, et même si cette réaction est un peu biaisée, je pense tout de même qu'il n'y a pas de mauvais élève, il n'y a que de mauvais professeurs. 


    De récents évènements assez tragiques m'ont fait dire que les instituteurs et autres professeurs avaient bien trop de pouvoir sur les enfants, dû à ce temps d'école, et ne s'en rendaient pas forcément compte. 
    "On réduit notre travail à de l'animation voire à de la simple garderie" 


    Ma foi, avant les études supérieurs (post bac), le programme est bien trop facile et ne demande pas une présence complète en cours pour atteindre des mentions. Néanmoins, le fait d'aller à l'école permet de créer un contact social avec d'autres personnes, et le rôle de l'enseignant est celui du tuteur. Dans la Grèce antique, les professeurs, les tuteurs, accompagnaient leurs élèves pas seulement pour leur apprendre mathématiques et autres, mais aussi sur un plan social. Il est donc normal qu'on demande à un enseignant de provoquer un intérêt à sa classe, quand les cours étudiés sont bien trop faciles, mais qu'il y a sûrement d'autres choses à apprendre, non ? (N'y voyez pas là une agression, c'est un constat assez personnel je dois avouer) 

    J'aurai potentiellement quelques remarques supplémentaires, mais peut-être plus dans un échange direct, ce genre de discussion épistolaire peut être mal interprétée. 

    Merci pour votre lecture. 

    159
    Mercredi 1er Octobre 2014 à 14:36

    Les 72 heures supplémentaires sont celles qui se font de manière officielle. Il y a des dizaines et des dizaines d'heures supplémentaires en plus chaque weekend, soirée, vacances scolaires...

    Le programme est bien trop facile ? Amusez-vous à apprendre la lecture et l'écriture à un enfant dyslexique, dyspraxique. Demandez aux parents dont les enfants n'arrivent pas à retenir leurs tables de multiplication, la méthode pour poser une multiplication/addition/soustraction, s'ils trouvent ça facile au moment des devoirs ?

    L'école n'est facile que pour les bons élèves, et effectivement, cela n'ont pas besoin de nous, si ce n'est pour leur fournir du contenu. L'essentiel de notre travail est dans la gestion des élèves en difficulté scolaire, dans la différenciation des activités, dans l'adaptation des supports et des contenus.

    C'est pour ces enfants que nous travaillons, et non, ce n'est pas "facile" d'apprendre à compter, à lire, à écrire. Si c'était si simple, on ne nous rebattrait pas les oreilles avec des "les enfants ne savent plus lire, écrire ou compter", il n'y aurait pas des dizaines et des dizaines de pédagogies différentes, une seule suffirait.

    160
    Half
    Mercredi 1er Octobre 2014 à 14:55

    C'est justement là où, selon moi, l'éducation nationale a tort. La plupart des élèves avec des facilités, voire même les surdoués n'apprennent pas en cours, mais bien en dehors avec d'autres moyens. Pour ma part, c'est les jeux vidéos qui ont développé la plupart de mes réflexes. La gamification et l'utilisation de moyens vidéoludiques en notre temps est un des meilleurs moyens pour apprendre aux plus jeunes. 

    J'ai des neveux de 7ans, et je leur ai créé des jeux à utiliser sur tablette tactile avec des sortes de "devoirs" sur l'orthographe et autres, ils ont rapidement compris le fonctionnement des jeux, et maintenant ils s'en sortent plus que haut la main. 

    Ce genre de programme mettrait fin à la plupart des "heures supplémentaires", le logiciel ferait tout, et pour autant, le rôle de l'enseignant est encore important si quelques élèves ont du mal à suivre. (Le problème c'est que ce genre de programme mettrait fin à l'individualité des programmes, mais développerait considérablement la production ...) 

    161
    Mercredi 1er Octobre 2014 à 15:07

    Vous répondez : "C'est justement là où, selon moi, l'éducation nationale a tort. La plupart des élèves avec des facilités, voire même les surdoués n'apprennent pas en cours, mais bien en dehors avec d'autres moyens."

    Alors que j'ai dit juste au-dessus : "L'école n'est facile que pour les bons élèves, et effectivement, cela n'ont pas besoin de nous, si ce n'est pour leur fournir du contenu."

    "le rôle de l'enseignant est encore important si quelques élèves ont du mal à suivre" : il vous faut inverser les choses : nous avons plus d'élèves qui ont du mal que d'élèves brillants qui n'ont pas besoin de nous.

    Ensuite, l'apprentissage passe par le jeu, l'échange entre les enfants, le travail de groupe, la coopération.

    Entre être capable de faire des jeux sur tablette et acquérir des savoirs et des compétences, il y a une marge immense. Je suis une fervente utilisatrice de l'informatique à l'école (ordinateurs, tablettes, vidéoprojecteur). Cependant je ne me verrais pas coller mes élèves devant des applis toute la journée en espérant qu'à la fin de l'année ils sachent lire et compter. Si vous y croyez, testez-le avec vos neveux : déscolarisez-les (l'éducation est obligatoire, pas l'école) et proposez-leur des jeux éducatifs et des vidéos pédagogiques sur tablette ! On en reparle au bout d'un an.

     

    162
    Melly
    Mercredi 1er Octobre 2014 à 15:51

    Étant moi même également ingénieur, je rejoins Half pour dire qu'ayant parmi mes amis des enseignants (une dizaine au total, du primaire au lycée) je constate que j'ai nettement moins de temps libre qu'eux ! Et je pense pourtant qu'ils font leur travail correctement.

    Mais j'ai également derrière moi 10 ans d'expérience de prof particulier, du primaire au bts avec 5 à 10 élèves par an. Et j'ai bien souvent constaté que les méthodes utilisées pour enseigner étaient bien souvent obscures pour les élèves aussi bien que pour les parents ! Je me souviens notamment avoir réexpliqué les divisions à un élève, dont 3 camarades sont ensuite venus me voir pour le même problème !! Et ce n'était pas de mauvais élèves.

    Bien souvent les enfants que j'avais en cours particuliers étaient découragés par l'étiquette "élève médiocre" que les enseignants leur avait collé, alors que ces enfants n'adhéraient tout simplement pas à la méthode !

    163
    Mercredi 1er Octobre 2014 à 16:00

    Vous êtes ingénieur et avez nettement moins de temps libre que vos amis enseignants (mais certainement pas le même salaire non plus ?). C'est très intéressant ! J'ai également un cousin ingénieur qui travaille énormément, sûrement plus que moi.

    Et sinon, le lien avec mon article ?

    Bon et pour le reste... j'ai même plus envie de répondre tellement je suis lassée.

    Vous avez donné des cours particuliers à 5 à 10 enfants par an ? Il est certain qu'en relation duelle, il est beaucoup plus simple d'expliquer les choses à un enfant que lorsqu'on en a 30 tous les jours de l'année. M'enfin bon, quand on fait grève pour demander des classes moins chargées, on nous traite de fainéants et d'emmerdeurs râleurs. Fichtre, c'est le serpent qui se mord la queue.

    164
    cécé
    Mercredi 1er Octobre 2014 à 16:07

    on peut peut être clore le débat hein? c'est peine perdue... 

    allez un autre article sympatoche s'il te plait  Miss :) 

    bon mercredi  après midi de repos à tous! 

    Cécé

    165
    Mercredi 1er Octobre 2014 à 16:56

    Je suis cet article et ses comms et je suis de plus en plus en "agacée" comme à chaque fois ...

    A quoi bon ! rien ne changera ! quand on lit les comms des non enseignants ... cela ne changera pas ! 

    Chacun est campé sur ses idées, chacun ne regarde que son nombril ... "pourquoi vous plaignez-vous ? Il y a pire ailleurs !" voilà ce qu'on lit ... Nous ne disons pas le contraire nous disons juste que notre charge de travail est méconnue ... que nous sommes injustement dénigrés ... que lorsque nous ouvrons notre "gueule" pour nous plaindre c'est toujours dans l'intérêt des enfants et non pour le notre comme le laissent entendre nos syndicats et les journaux télévisés en mettant en avant uniquement les revendications pour nos salaires ... 

    Moi j'ai de la chance dans ma commune les parents se sont battus avec les enseignants contre cette réforme et chacun a agi à son échelle ... communiquons et comprenons-nous avant de juger et catégoriser les gens !

    L'école de notre enfance a bien changé ! alors oublions un fonctionnement archaïque révolu !

    Le travail d'instit d'autrefois n'est plus ! le travail de professeur des écoles a grandement évolué et pas dans le bon sens ... nos enseignants près de la retraite le disent ... ce n'est plus le même boulot ! on croule sous la bureaucratie au détriment de la préparation de classe !

    Pourtant eux autrefois leur métier c'était signe de réussite  ... ça ne l'est plus ... nos jeunes ne veulent même plus enseigner ... il y a une pénurie grave de volontaires ... en 10 ans de carrière j'ai vu déjà une telle évolution que je les comprends ... Tout ce qui se passe tue les vocations ! La mauvaise image donnée aux enseignants, les réformes, l'absence de communication avec ceux qui nous gouvernent, les longues études avec un salaire qui ne suit pas, les élèves de plus en plus difficiles, les parents menaçants, agressifs ... 

    La vocation ... joli mot qui nous habite nous les passionnés ... métier pour lequel on ne sait pas décrocher au grand désespoir de nos conjoints et nos enfants ... métier pour lequel nous, passionnés, nous réagissons de manière passionnée en ouvrant notre "gueule" en manifestant notre désaccord ... comment nous taire quand il s'agit de nos élèves et de notre bien être ensemble ... nous n'avons pas le droit de nous taire ! nous avons le devoir de nous manifester haut et fort et de défendre les valeurs auxquelles nous croyons ! 

    C'est possible de travailler ensemble parents et enseignants ... pour nos enfants ... mais de plus en plus difficile selon les communes où nous sommes ... les quartiers ... 

    Moi j'ai de la chance la communication existe ...  nous avons su nous allier dans l'intérêt des enfants ... mais comme les gouvernements successifs ne savent plus écouter les principaux acteurs de l'éducation ... voilà ... 

    166
    Mercredi 1er Octobre 2014 à 17:18

    Merci copinette !

    167
    MumuK
    Mercredi 1er Octobre 2014 à 22:48

    Merci pour ton article qui reflète tout à fait ma pensée :

    - Il est temps que les gens arrêtent de penser que l'on finit à 15h45 tous les jours avec des vacances tout le temps!!(Je n'ai pas besoin de chercher bien loin, même mon frère le pense!!)

    - Qu'ils commencent à penser que nous avons du boulot en dehors des horaires de classe devant les enfants!!! A savoir avant 8h20, entre 11h30 et 13h20 et après 15h45...
     ...
    Et surtout qu'ils arrêtent de nous juger et cataloguer de fainéants !!! Rares sont les planqués!!

     

    168
    une parente :)
    Mercredi 1er Octobre 2014 à 22:48

    mon post de l'autre jour n'a eu aucune réponse, pourtant j'aurai bien aimé connaître votre avis sur ma suggestion non détaillée je sais:

    "je trouve que votre métier devrait imposer tant d'heures de présence, changer les mentalités et les habitudes de travail. C'est à dire avec une organisation du travail stricte et qui ne sortirait pas de l'école. A 8h au taf, à 17h parti. Du lundi au vendredi. Et 5 semaines de vacances. " pas de boulo à la maison, pas de paiement de fourniture avec son argent personnel mais on ne va pas non plus se plaindre de "perdre" une journée à la kermesse de fin d'année.

    Vous inondez facebook de post et blog de ce genre, vous allez creuser un peu plus le fossé si vous n'arrivez pas à dialoguer plus sereinement.

    J'ai un beau frère et une belle soeur instit et ai moi-même du mal à parler avec eux de leur métier. Je les sens sincèrement très éloignés du monde du travail d'aujourd'hui. Et ce qui m'a choqué, c'est qu'ils critiquent eux-mêmes les profs du collège en disant qu'ils sont payés à rien foutre. Je leur ai suggéré de faire prof, mais aucun argument n'a commenté leur "non".

    Dans les posts laissés par les rares "non-enseignants", vous ne lisez que ce que vous voulez. Vous êtes-vous intéressés à la vie d'un employé du privé, si divers soient les cas, peut-être comprendrez-vous qu'à un moment, une lassitude vient s'ajouter parfois à des comparaisons inappropriées ?

    On a compris votre message. Mais où est-ce que vous invitez à la tolérance et au dialogue ? Quand je lis que vous prenez les parents pour des "aigris" !!! Mais que répondre à cela ? ça me choque.

    merci de me dire en quoi votre profession ne pourrait pas s'adapter au temps de travail du privé ?

    merci et ... zénitude, nous discutons ! 

    169
    Mercredi 1er Octobre 2014 à 23:02

    Nos conjoints sont dans le privé ... nous connaissons les conditions de travail dans d'autres professions ... 

    D'autres professions sont décriées, dénigrées et catégorisées ... rien ne les empêchent de prendre aussi leurs plumes, écrire et crier à l'injustice ! 

    Cet article n'est pas là pour dire "Nous sommes à plaindre" ... il est là pour dire "voilà la vérité qui n'est pas "votre" vérité ... celle qui est véhiculée depuis quelques décennies"

    Nous en avons marre d'être catalogués "fainéants" ... on ne peut plus, on ne veut plus , entendre ces propos même dans la bouche de nos amis, parents ... avec cette pointe d'ironie ... c'est blessant, c'est rageant car injuste ! 

    Notre métier est dévorant comme toute passion ... parce qu'on aime ce qu'on fait et on fait ce qu'on aime mais ... comment accepter l'opinion publique quand on sait le temps investi dans nos préparations et la gestion de nos classes ... 

    170
    gg45
    Jeudi 2 Octobre 2014 à 05:25

    15 ans d'ancienneté, on bosse quand même de moins en moins plus les années passent.  Le pire était la maternelle : je préparais mes cours de la semaine (classe multi niveaux TPS/PS/MS/GS) en un dimanche, les corrections se faisaient en 10 minutes le soir. Par contre physiquement j'étais crevé. Les cycles 3, c'est plutôt l'inverse.

    Mais ça fait longtemps que je ne fais plus 4 heures de boulot le soir. Je passe plus de temps pour la "paperasse" (PPRE, cahier journal, PRI, ESS...)

    171
    Gaëlle
    Jeudi 2 Octobre 2014 à 06:14

    Juste merci de l'avoir fait. Parler un peu de l'invisible ça soulage.yes

    172
    Jeudi 2 Octobre 2014 à 07:42

    @une parente :) : J'avais vu votre commentaire en me disant qu'il fallait que je vous réponde, et puis, je me suis perdue dans le flot de toutes les réponses ^^

    Franchement, je serais prête à tester une annualisation de notre temps de travail du type : 8h30 - 17h30 sur 47 semaines ! Si cela nous enlevait les heures et les heures de travail à la maison où nos conjoints nous reprochent gentiment de trop travailler, je pense que ça pourrait être bon pour nos vies personnelles !

    Et quelque part, ça rendrait visible notre temps de travail (qui serait vraiment comparable à celui de quelqu'un du privé). J'avoue que oui, je tenterais bien !

    Après, question technique sur les vacances : comment les prend-on nos 5 semaines ? A travailler comme tout le monde, autant pouvoir les poser aux moments qui nous intéressent he ? Mais là, j'ai essayé d'y réfléchir ça m'a semblé très compliqué ^^

    Bref, moi cette suggestion ne me choque pas, au contraire, j'y ai déjà songé.

    Par contre, je me permets de revenir sur la vie des employés du privé, comme le dit Séverine, on la connait : par nos conjoints, notre famille, nos amis. Nous ne vivons tout de même pas dans une bulle. smile J'ai vu ma mère bosser 60h par semaine (payées 35h) et ramener du travail à la maison, je sais ce que c'est ! Ce qui m'avait agacée dans ces commentaires, c'était que le but de mon article était détourné. Je mettais juste en lumière notre travail de l'ombre, sans chercher à nous faire plaindre ou à nous comparer aux autres, juste pour dire "regardez, nous travaillons plus de 24h par semaine !". Et de voir les gens commenter en disant "ne vous plaignez pas, nous on fait beaucoup plus, et on n'a pas la sécurité de l'emploi", ça m'a agacée parce que le but de mon message était détourné.

    J'espère avoir un peu éclairci les choses smile

    173
    Melly
    Jeudi 2 Octobre 2014 à 10:27

    "Vous êtes ingénieur et avez nettement moins de temps libre que vos amis enseignants (mais certainement pas le même salaire non plus ?)".

    Je pense qu'en termes de salaire, entre un ingénieur débutant et un enseignant débutant, cela se vaut ! Par la suite, effectivement un ingénieur cadre sup gagne plus qu'un enseignant expérimenté, mais au prix de semaines de 70h, de congés non pris et de fréquents déplacements. Je pense donc qu'un ingénieur passe plus de temps à bosser qu'un enseignant si on fait le bilan d'une carrière. Il partira également plus tard à la retraite !

    Dans les 2 cas c'est un choix personnel, on en connait les inconvénients avant de démarrer.

    Le sens de votre article, que vous dites avoir été détourné, n'était pas clair pour moi, j'ai réellement eu l'impression que le but était de vous entendre dire "oh les pauvres, ils travaillent le soir ". Si tel n'était pas le cas j'en suis désolé, mais ne voyez pas non plus mes commentaires comme des attaques sur le fond de votre métier, que je pense effectivement difficile avec 30 enfants à gérer.

     

    Je trouve que l'idée d'annualiser le temps de travail corrigerait très certainement une part des préjugés à votre égard, mais ne vous garantirait pas de "déborder" parfois sur le temps libre, comme dans les autres professions.

    Quant aux congés, les salariés du privé ne sont pas si libres que ça de les prendre à leur guise : par exemple sur 5 semaines de congés, 4 me sont imposées (3 en aout, 1 à Noël), ainsi que la moitié de mes rtt. C'est d'ailleurs le maximum légal.

     

     

    174
    julien
    Jeudi 2 Octobre 2014 à 17:18

    En même temps, 16 semaines pour préparer une année scolaire ça devrait suffir quand même!


    Quand on entend certains profs se plaindre toute l'année, il suffit de changer de métier si les conditions sont si horribles!


    Allez faire un tour dans certaines sociétés privées, vous verrez ce que c'est un travail pénible.


    Vous êtes déconnecté du monde réel depuis un bon moment déjà.


    Je ne suis pas un anti profs mais les pleurnichages ça suffit!

    175
    une parente :)
    Jeudi 2 Octobre 2014 à 17:50

    Pour en revenir sur un temps de travail des instits comme dans le privé, le seul gros souci, c'est tous les syndicats du "Tourisme" qui bloquent toute progression de ce côté-là.

    Pourtant, il a été montré par des microbiologistes que diminuer considérablement les vacances d'été serait bénéfique pour l'enfant. Vous auriez 1 semaine de congés à noël, 3 l'été et 1 autre à pâques, ou 4 en été. Mon conjoint travaille dans le BTP et ses 5 semaines de congés leurs sont imposées.

    Acceptez de bouger dans ce sens pour faire de votre métier un métier parmi d'autre, cela changerait les mentalités, toutes les mentalités.

    Si je ne me trompe pas, vous avez 11 mois de salaire aujourd'hui, lissé sur 12 mois. Ainsi, vous pourriez prétendre à une augmentation de salaire dans mon hypothèse ci-dessus. 

    Bon ba oui, il y aura encore des grèves :), mais vous n'oublierez pas d'expliquer aux gens les raisons de celles-ci.

    Pour en revenir à mon beau-frère et ma belle-sœur qui sont instits (que j'adore !), eh bien pour la semaine des 4.5 jours, je ne les ai pas entendu se plaindre du rythme de l'enfant ou de je ne sais quoi mais uniquement du fait que l'un travaillerait le mercredi et l'autre le samedi. Oui c'est con, mais niveau argument de grève, c'est juste.

     

    176
    Jeudi 2 Octobre 2014 à 17:53

    Moi perso lors des vacances scolaires je n'ai jamais assez de temps pour préparer tellement j'ai de projets à préparer, de docs pédagogiques à concevoir ...

    Sur deux mois je pars parfois quand mes finances le permettent deux semaines et voilà le moment où je profite vraiment où je me repose ... le reste du temps je me lève à 8h et travaille toute la journée ou presque ... et je cours après le temps ... arrive la rentrée je n'ai pas fini tout ce que j'avais prévu dans ma tête qui fourmille de projets pédagogiques ... 

    Dans ma classe aucun manuel ! tout est crée par moi même ou mes copines blogueuses chez qui je pioche aussi un peu ... ensuite quand les docs sont prêts il faut imprimer, plastifier, ranger ... donc deux semaines avant la rentrée je retourne en classe pour tout ça !

    Les petites vacances je bosse aussi ... de toute façon pas les finances pour partir ... jamais !

    Une hyperactive intellectuelle qui a toujours un projet en cours ? Oui mais je suis loin d'être la seule ... Créer pour nos élèves c'est aussi notre boulot ! et j'adore çà ! 

    Par contre on constate de plus en plus de burn out dans ce métier ... fatigue nerveuse due à la gestion de la classe (gérer 25 à 30 enfants alors que certains ont tant de mal à en gérer 1 ou 2 à la maison) mais aussi parce qu'on ne sait pas s'arrêter et souffler ... toujours à préparer ... une passion dévorante et usante ... qui parfois entraîne à la cassure ... surtout quand malgré tout le travail qu'on accomplit on se justifie, on se sent fliqué par notre hiérarchie, incompris aussi, peu entendu ... et que s'ajoute à cela des réformes, des conflits, des agressions verbales voir physiques ... 

    La cassure de plus en plus fréquente ... la démission aussi ... quel dommage surtout quand cela arrive à des collègues qui pourtant adoraient leur boulot, s'investissaient à fond et faisaient un super boulot ... oui quel dommage !

    177
    Half
    Jeudi 2 Octobre 2014 à 18:03

    Du coup arrive une question : Pourquoi ne pas suivre le programme scolaire ? 

    Faire des docs personnels, des fiches et caetera, c'est bien mais ça prend du temps. Aller chercher des docs sur des blogs, pourquoi pas, mais est-ce adapté à l'éducation ? (j'ai vu il y a peu une sorte de fiche de notation du comportement de l'élève avec un petit lion, je ne me souviens plus du nom mais ça m'a outré quant à la retombée mentale sur l'élève. Oui, ça peut aider le professeur à tenir sa classe, mais si c'est pour casser un élève, ce n'est pas la peine). 

    Si je comprends bien le problème, alors, c'est que vous vous plaignez de trop travailler parce que VOUS ajoutez du travail personnel au lieu de suivre le programme fourni par l'Etat. 

    Ne faites pas des manifestations pour X ou Y raison, il n'y en a plus qu'une seule selon moi : Créer un programme national (ou régional, je sais qu'on peut être un peu attaché à l'histoire de sa région parfois) où tout vous sera délivré, fait par des enseignants, l'Etat, les parents et bien sûr des psychologues, et potentiellement des métiers autres (pensez à l'informatique, pensez-y !) 

    A partir de là, il n'y a plus de débat à avoir, vous serez des exécutants comme un technicien normal et vous ne ferez plus d'heures sup' ... 

      • Une enseignante
        Vendredi 22 Avril à 13:55

        Mais, elle le suit le programme. Seulement, le programme, c'est seulement une sorte de liste d'objectif à atteindre. Pour les atteindre, ces objectifs, chaque enseignant doit créer des séances d'apprentissage en lien avec les programmes, mais aussi et surtout en relation avec ses élèves pour pouvoir s'adapter aux difficultés de chacun.

        S'il y avait une façon de faire efficace et prouvée, éprouvée et approuvée, vous pensez bien que nous ferions la queue pour nous la procurer !!!

        En résumé, NON, vous n'avez pas bien compris quans vous dites : "Si je comprends bien le problème, alors, c'est que vous vous plaignez de trop travailler parce que VOUS ajoutez du travail personnel au lieu de suivre le programme fourni par l'Etat."

        Un enseignant ne peut pas n'être qu'un exécutant car nous travaillons avec des êtres humains (vos enfants) qui ne sont pas des machines à programmer. Chacun est différent, et c'est ce qui fait la richesse de l'humanité. Il nous faut nous mettre à leur hauteur pour pouvoir leur permettre de grandir dans les meilleurs conditions possibles.

        Et c'est pour cela que nous choisissons de travailler plus que de raison et que nous aimerions simplement qu'on ne nous traite plus de fainéant.

        De la même façon, je ne me permettrais pas de vous traiter de fainéant ou de quoi que ce soit d'autre d'ailleurs...

        Je crois que l'article que nous commentons n'a, en fait, été écrit que pour cela.

    178
    Jeudi 2 Octobre 2014 à 18:09

    Je préfère me désabonnez aux notifications ....histoire de rester zen wink2

    Bon courage winktongue

    179
    Jeudi 2 Octobre 2014 à 18:17

    Comme tu dis Loustics ... à quoi bon ... 

    On ne se plaint pas ... on explique ... mais c'est le serpent qui se mord la queue ... je quitte ce post ... 

    Merci Mysticlolly ... he

    180
    bajole
    Jeudi 2 Octobre 2014 à 19:59

    Mais cé Thorrrible heureusement pour moi je fais des ménages ( chez des profs ) et pour mon plus grand bonheur je né qu'une semaine de vacances !!! Vraiment je les plaint les pôôôvres

    181
    une parente :)
    Jeudi 2 Octobre 2014 à 20:30

    chacun dit du vrai mais personne ne fusionne ses idées.

    dommage que je n'ai pas eu d'arguments solides pour m'expliquer pourquoi un lissage de votre temps de travail comme tout le monde ne serait pas possible.

    Le post de "Half" est vif, certes, mais quand je vous ai lu "maitresse séverine", j'ai eu le sentiment qu'après tout vous faisiez le choix de faire du +, comme dans d'autres métiers. Moi personnellement, il va m'arriver de déborder car enfin j'ai un boulo qui me plait et je découvre quel luxe c'est. Les initiatives que je vais prendre liées à mon boulo mais hors temps de travail sont mon problème, je ne vais pas les reprocher à mon employeur ou je ne sais qui. Ainsi, je rejoins "Half" avec moins d'ardeur, mais surtout je vais continuer dans ma proposition d'un temps de travail comme tout le monde: pour organiser, planifier le temps de travail.

    Je trouve cela grave et inquiétant mais encore une fois, le burn-out arrive dans tous les métiers et c'est nouveau pour tout le monde; ne pas avoir d'argent pour partir en vacances, c'est valable pour beaucoup trop de monde qui pourtant travaille. C'est un problème de société comme je l'expliquais plus haut.

    Ainsi, inonder les réseaux sociaux de messages (4 en l'espace de 5 jours sur le facebook de mon bof) avec parfois des titres qui marquent le fossé entre parents et instits ... ça ne fera qu'empirer le sentiment de ras le bol de la majorité de ceux qui vous respectent et qui ne vous demandent pas de vous justifier. Les cons qui vous font ce genre de remarques: vous n'avez toujours pas compris qu'ils ne changeront pas ? Vous savez que la société va mal, qu'on forme les employés à gérer les clients agressifs, à gérer le stress pour prévenir du burn-out ? Oh non ce n'est pas l'apothéose, il ne faut pas s'en satisfaire... mais encore une fois, comprenez qu'à un moment, vos ptits bobos du boulo deviennent indécents à lire ou à entendre comparé à ce qu'est devenu le monde du travail aujourd'hui.

    Je radote mais encore une fois, votre métier a besoin d'un changement profond dans la gestion du temps de travail. Vous n'en ressortirez qu'apaisés et en phase avec la société. 

    182
    Pointe
    Jeudi 2 Octobre 2014 à 20:39

    Vous proposez aux gens qui trouvent que vous ne bossez pas tant que ça de passer le concours, je vous propose moi de changer de métier c'est largement plus simple que le concours et on en reparle....

    Pour info je suis comptable en cabinet - 15 ans d'expérience après mon BAC+3 je fais à minima 40H/semaine au bureau (payé 35 et sans récup on est payé "à la tâche" ) je vous épargne les soirées où je ramène du boulot pour être chez moi malgré tout... Tout ça pour moins de 1500€/mois et pourquoi je l'accepte? Je n'ai aucune garantie de garder mon boulot et tout le monde connait l'état du marché de l'emploi.

    Y'a un moment faut arrêter de voir le mieux du voisin et voir les bons côtés de son métier!

    183
    Jeudi 2 Octobre 2014 à 21:02

    Purée !!!  mad

    Mais on ne dit pas qu'on est les seuls ou les plus mal lotis !!

    On dit juste qu'on en a RAZ LE BOL d'entendre tout le monde, et même nos propres connaissances dire :

    - qu'on est des planqués
    - qu'avec toutes les vacances qu'on a, on ne doit pas être souvent fatigués
    - qu'on ne fout rien et qu'on ressort les mêmes cours tous les ans !

    On reconnait que des tas d'autres métiers sont difficiles (pour ne pas dire presque tous) alors ayez l'amabilité de reconnaitre que nous aussi on mérite notre salaire et que notre profession n'est pas uniquement organisée autour des vacances !

    MERCI !!!

    Et cette fois je ne reviendrai plus....

    184
    lisou
    Jeudi 2 Octobre 2014 à 21:24

    @ Half :


    mais qui a dit que les instits qui créent bcp de supports toutes seules ne suivent pas les programmes scolaires ?  Je vous rassure, elles ( ils, pardon mes chers collègues hommes !) les suivent... Il y a juste 1001 façons d'enseigner la lecture ou les mathématiques, la grammaire ou la géographie... Simplement, nous essayons de faire justement un peu plus que le "minimum syndical" , un peu mieux que des choses toutes faites ( il y a de bons manuels, mais aucun n'est parfait !), et SURTOUT, un peu plus proches de la réalité de nos classes.... car oui, nous n'avons pas, loin s'en faut, que des bons élèves, n'en déplaise à certains.


    Un exemple tout simple, qui me vient à l'esprit ( ce n'est pas forcément le + marquant mais c'est celui qui me vient à l'esprit ) : quand je mets les prénoms de mes élèves dans un exercice de conjugaison, ou des phrases qui parlent de la vie de l'école ( " en février, nous irons en classe de neige" ), bizarrement, cela leur parle plus et ils sont plus concentrés, plus attentifs, et j'ai moins l'impression de les faire répéter et répéter des choses sans intérêt pour eux.


    ( Petite parenthèse, la classe de neige, ce n'est pas une semaine de vacances gratis pour les instits !!  ;-))  )


    Alors oui, nous nous rajoutons du travail, et effectivement, nous pourrions en faire beaucoup moins, mais il est difficile d'enseigner avec un support qui ne nous corresponde pas.


    C'est peut-être qu'on souhaite ajouter à notre gagne-pain un petit supplément d'âme..


    Les programmes nous sont fournis par l'Etat, et nous les suivons, même si parfois nous aimerions, comme vous le suggérez, être partie prenante dans leur création...


    Ce sont les méthodes et les supports qui sont différents, et qui sont (encore) dans une certaine mesure, libres. Heureusement, car nous sommes tous différents, et surtout, encore une fois, nos élèves sont différents ! Et il me paraît évident qu'on ne peut enseigner de la même façon la lecture par exemple dans le 16ème à Paris et dans une banlieue marseillaise, avec la moitié d'une classe qui parle à peine le Français ( ceci n'a rien d'une critique ou d'une attaque, que je sois claire, c'est un constat de bon sens ! et l'injustice et l'hypocrisie serait de croire que ces 2 classes peuvent avoir le même type d'enseignement ) Vous conviendrez que dans cet exemple, heureusement que nous, maîtresses, faisons "notre propre sauce" pour que nos jeunes élèves apprennent.


    Et concernant les petits lions du comportements, cela permet aussi et surtout à des enfants qui, par définition, sont tout le temps dans l'immédiateté, de visualiser concrètement, au cours et à la fin de la semaine, leurs écarts....  Oui, certains ont un lion très en colère à la fin de la semaine, et alors ? Je n'ai jusqu'à présent vu aucun enfant traumatisé ! Certains s'en fichent ( mais dans ce cas, aucun stress et aucun impact sur leur santé mentale ), d'autres se vexent un chouïa, mais sont tellement contents de voir leurs progrès la semaine suivante... et c'est l'occasion d'en discuter, d'aider l'enfant à intégrer les règles de vie...  Mais on pourrait aussi, comme me l'a dit une maman récemment, " se donner moins de mal pour qu'ils apprennent à se tenir correctement, puisque de toutes les façons, en 6ème ils oublient tout et c'est n'importe quoi au collège "....  Perso je ne préfère pas baisser les bras !


     


    Dernière chose, à la maman qui souhaite qu'on fasse + d'heures à l'école. moi je suis preneuse, et depuis des années je le dis, afin que la partie immergée de l'iceberg soit un peu plus visible... mais pour ne rien rapporter à la maison, il faudrait que je m'installe un lit de camp à l'école !!!


     


    Bonne soirée à tous, il est dommage que ton article Mistyclolly, qui était pour moi un état d'âme bien légitime, déraille à ce point et donne encore une fois lieu à de tels propos.... C'est marrant, j'ai l'impression que le même genre de texte sur un blog d'une autre profession aurait moins fait grincer des dents...


     

    185
    PES57
    Jeudi 2 Octobre 2014 à 21:30

    PES effectuant 2 mi temps en maternelle et complètement absorbée par le boulot, moi aussi, je voulais m'y remettre mais un lien du magazine la classe m'a attirée vers ce post. Je veux répondre à Half:

    Loooooooooool ! Je me permets aussi de te tutoyer après mon grand rire jaune ! Tu crois honnêtement qu'on va encore s'amuser à ne pas suivre le programme de l'éducation nationale ? On se dit "ah tiens, je n'ai pas assez de boulot, je vais inventer un nouveau truc complètement hors programme" .. elle est bonne celle là !

    Le programme, c'est juste une "liste" de ce que les gamins "devraient" savoir à tel ou tel niveau. Point barre ! Pour le reste, on se démerde et il y a mastercard aussi ;)

    J'ai mis "devraient" entre guillemets car même, si ce n'est pas acquis pour quelques items, on fait quoi ? Du à la carte pour tout ce qui n'est pas acquis pour 30 gamins ? On en fait redoubler car il ne connait pas la date de la chute de l'empire romain ? Au faut, on veut rendre les redoublements exceptionnels ;) (enfin l'état hein !)

    Pour finir, moi aussi, j'ai eu ces préjugés avant de vraiment entrer dans le métier. J'étais dans le commerce international auparavant. Je bossait beaucoup également mais au moins, ça se voyait, même si maintenant avec les gamins je m'éclate plus au quotidien (et ils me font plus de compliments que des collègues de bureau ou des clients !). Là, je dois, me taper les blagues à deux balles et les "ah tu rentres tard" quand je rentre à 18h45.

    186
    une parente :)
    Jeudi 2 Octobre 2014 à 21:55

    dans tous ces posts, il y a de la communication. Dans toute communication, il y a différents avis, avec plus ou moins de tact :) alors ne boudez pas, ça devient gritesque. Pourtant on ne se connaît pas et vous m'avez atteinte en disant que j'étais aigrie !!!!!

    ne vous plaignez pas d'avoir eu tous ces messages après avoir échanger votre blog sur un réseau social enfin ! 

    pour le lit de camp si vous passiez aux 35h et 5 semaines de vacances: c'est une réponse typique pour se plaindre mais ne pas vouloir changer les choses. Réfléchissez-y.

     

     

    187
    Jeudi 2 Octobre 2014 à 23:11

    Énorme merci pour cet article qui est très juste! Quand aux commentaires, que dire, qu'avant de juger un métier (je devrais dire des métiers car nous sommes un peu tout à la fois ) il faudrait réellement le connaitre! Vous n'avez que la partie émergée de l'iceberg= La partie présence auprès des enfants).  J'ai 2 soeurs qui sont en train de devenir professeurs des écoles et elles s'étonnent de la quantité de travail à fournir car pour bien faire il faudrait y passer ses nuits. Et me demande souvent comment fais-tu avec tes 3 enfants? Je réponds, je fais ce que je peux! De plus, le mythe du prof assis à son bureau est révolu. Tenir, captiver, mettre en recherche, un groupe de 25 enfants en moyenne, c'est extrêmement physique en plus il faut différencier car il y a 50 niveaux dans la classe.


    J'adore ce que je fais, cette relation si riche avec les enfants. Ma plus grande fierté c'est de voir le chemin parcouru en fin d'année ! J'adore être dans la classe et mes élèves me le rendent bien!


    Pourtant en lisant certains messages, je m'interroge? Je sens du mépris, de l'exaspération et ça me gêne car il est là le problème, il y a 50 ans l'enseignant était admiré, respecté et écouté. Aujourd'hui il est (pas pour tous mais pour un certain nombre quand même) méprisé, critiqué et discrédité. Le pire, les calomnies de certains parents qui racontent n'importe quoi! Je me victimise? Non c'est une réalité, certains messages au-dessus illustrent d'ailleurs très bien mes propos!!!! 


    Quand au salaire d'un ingénieur, je ne suis pas d'accord, ma meilleure amie est ingénieur, on a débuté ensemble elle à 3000 euros , moi à 1200 euros. Aujourd'hui je ne vous dirai pas combien elle gagne ni moi non plus mais l'écart s'est encore creusé! Vous trouvez que c'est pareil vous? Ce n'est pas le même métier, certes.


    Mes horaires de classe : 8h-11h30         13h30- 16h30 . Je fais 5h30 d'heures sup de préparation ou  correction par jour. Et je ne parle ni des réunions, ni des rendez-vous bien-sûr!  Mes enfants parlent mieux  que moi de ce métier chronophage. Ma fille: "Je ne veux surtout pas être enseignante, trop de travail , tu ne te reposes jamais Maman. Je veux un travail où j'ai des vraies vacances , de vraies soirées". Vous croyez qu'elle sort ça d'où?


    Je me plains? Absolument pas, c'est là le problème mais je trouve qu'avec l'investissement passé, ma profession mérite au moins UN PEU DE CONSIDÉRATION. JE DEMANDE DU RESPECT COMME N'IMPORTE QUEL ÊTRE HUMAIN. Je suis enseignante et humaine en même temps comme vous! Vous êtes sur un blog enseignant, laissez nous parler de la réalité de notre métier sans transformer le propos en une discussion stérile... Si vous n'êtes pas d'accord avec les propos de ma cybercollègue.... c'est que vous ne connaissez pas réellement notre métier, vous ne pouvez donc pas comprendre!  !  no


    Gros bisous mysticlloly


     


     


     


     

    188
    Half
    Vendredi 3 Octobre 2014 à 00:32

    Alors visiblement mon commentaire a fait réagir du monde. 


    Je suis effectivement un peu vif, non pas par énervement, mais comme une sorte de para-tonnerre, les grandes lignes passent et on peut revenir ensuite sur certains points. 

    Alors tout d'abord Pointe, et puis beaucoup d'autres personnes, on ne veut pas comparer les différents métiers. Ce n'est pas possible, déjà il y a une différence entre public et privé, à la limite on pourrait comparer un enseignant à un médecin, mais eux aussi ont des heures supplémentaires et des différences d'horaires, le métier d'enseignant est comme il est, on ne peut pas demander à un enseignant de n'être qu'un technicien à la chaîne qui va former des gens toute la journée. 


     


    Je vais partir de mon expérience personnelle, en école primaire j'ai été en pleine ville puis ensuite en pleine campagne pour cause de déménagement, et que ce soit dit, un enfant reste un enfant. Même plus loin, j'étais dans une classe d'un petit village où il y avait une sorte d'association pour les enfants battus qui étaient dans ma classe. Entre mes anciens camarades avec des origines de tous les pays possibles en ville, jusqu'au français quasiment pure souche de la campagne avec des parents aimants ou non, c'était les mêmes choses qui atteignaient les enfants. 


    Pratiquer des mathématiques sous forme de jeu était bien mieux pour apprendre par exemple, donc je pense que dans une classe d'enfants, et même si c'est d'un raisonnement empirique, on peut enseigner à n'importe quel enfant en France métropolitaine de la même manière. 


     


    Si le support pour enseigner n'est pas le bon, je pense que ce n'est pas au public qu'il faut en vouloir. Je me rappelle effectivement n'avoir utilisé que peu de fois le manuel de l'école, maintenant est-ce le cas de tous les enseignants ? Si oui, il faut manifester pour ça et demander à avoir des choix à faire. Si ce n'est pas le cas, et que vous êtes une minorité négligeable à voir ces manuels comme peu utiles, alors je pense que c'est négligeable, il faut savoir entrer dans le moule, surtout pour une profession d'enseignant où on est utile à la société en formant une part de la population qui deviendra à son tour active. 


    Une autre solution, le fait qu'une enseignante aille sur le blog d'autres enseignants pour prendre certains cours. C'est parfait, pourquoi ne pas faire ça à échelle nationale ? 


    Avec les nouvelles start-up qui naissent, l'esprit de "co-working" et d'entraide est super développé. Une entreprise peut échanger un service à une autre entreprise, sans avoir besoin d'un contrat ou d'un partenariat. Trouvez des groupes de travail qui fonctionnent comme vous, que chacun fasse une partie du programme, et ensuite il suffit de déposer sur la toile son travail pour les futures années. (Je ne veux pas paraître prétentieux, mais actuellement on trouve absolument tout sur internet, avec la pédagogie en moins car c'est une grosse partie du travail d'enseignant, je suis quasiment sûr de pouvoir trouver tous les documents utiles à fournir un cours entier à une classe de 30 élèves en quelques clics, il suffit de développer ça encore plus et la préparation des cours sera plus rapide)


     


    Pour les lions du comportement, je n'en démords pas, c'est à la limite des expériences de Pavlov, et ça rejeté sur un enfant. 


    Les enseignants ont un pouvoir énorme sur leurs classes. J'ai eu moi-même de très bons enseignants parfois, et d'autres qui ont influé jusqu'à mon comportement (au moins en cours). Cela peut aller très loin (je ne m'étendrai pas trop sur le sujet) avec par exemple ma petite cousine qui a été jusqu'au suicide à cause de remarques de son professeur. 


    Les personnes lambda ne vous demandent pas de faire garderie, mais il me semble qu'une grande partie du travail de professeur est basée sur la pédagogie, vous avez des stages dans des classes pour vous remettre en question, cela ne me semble pas bien compliqué d'enseigner à une classe, même de 30 élèves, quand un enfant peut être fasciné par quelques appareils technologiques et tenu calme. (ça a l'air agressif, j'en conviens, mais je n'arrive pas à tourner la phrase autrement à une heure avancée de la nuit. Désolé si j'offense quelques personnes) 


     


    J'en reviens ensuite à ce que j'ai dit plus haut, les professeurs ont une liste de choses à apprendre aux élèves, avec un temps imparti pour ça. Je pense que tout le monde prépare des Gant (enfin, je pense que ça a un autre nom vu que vos élèves ne sont pas vraiment des "ressources", si quelqu'un a le terme exact ?) avec les réunions et différentes zones critiques prévues (sur une année c'est compliqué, mais on peut estimer les semaines qui peuvent être critiques avec le retour de maladies en Octobre/Novembre, une possible blessure pendant les vacances ...) ensuite, il n'est pas réellement possible de s'attarder sur un ou deux élèves, la classe n'est pas un troupeau de moutons avançant à la vitesse du plus lent, ce sont de futurs éléments actifs qui sont là pour être formés. Lorsque je coach (domaine sportif), je prends un "étalon", pas l'élément le plus faible, pas le plus fort, quelqu'un à peu près au centre, et j'avance à sa vitesse. Les plus forts vont se caler à son rythme ou bien pousser pour aller plus loin, et les plus faibles vont tout faire pour le rattraper, si certains décrochent (là je parlerai bien de Darwin, mais ça risque de choquer certaines personnes) on peut sûrement organiser des classes d'été comme dans d'autres pays, et pour aller plus loin, pourquoi ne pas laisser ces classes à des étudiants futurs enseignants. Le rythme sera moins soutenu, les élèves moins nombres et pourront apprendre comme il faut, et pour l'étudiant il gagne en compétences. (Bon, c'est plus à l'Etat qu'il faut proposer ça, mais peut-être qu'en postant un commentaire ça peut prendre un peu plus d'ampleur ...) 


     


    Je pense qu'ici la plupart des gens respectent le métier d'enseignant, sinon on ne prendrait pas le temps de défendre nos idées, nos positions. Même moi qui suis un peu abrupte, j'ai un profond respect pour les enseignants. 


    La communication via messages pose cependant un problème de lecture. Il vaudrait mieux avoir ce genre de débat autour d'une table, et bien sûr en présence de représentants de l'éducation Nationale, qui au finale est probablement ce qui pose problème. 

    189
    HeleneB
    Vendredi 3 Octobre 2014 à 08:48

    Je pense que beaucoup de professions sont très mal perçues et que, quelles qu'elles soient, elles méritent toutes le respect.


    Le problème, c'est qu'il y aura malheureusement toujours des gens qui sont "supérieurs" et qui ne  reconnaissent pas (cela ne les ferait-il pas tomber de leurs piédestaux sur lesquels ils sont montés tout seul ?) les valeurs humaines et professionnelles de chaque métier !


    Je suis Assistante Maternelle, et quand j'annonce ce titre flambant, les regards sont souvent éloquents : "elle n'a pas de cerveau..." Je me suis froissée au départ, parce que je ne comprenais pas ces réactions et je balançais mes diplômes sur la table. Et puis j'ai réalisé que je m'en fichais. Je sais ce que je vaux. Je suis les enfants comme vous le faites. Je les accompagne dans leur évolution, je leur montre qu'ils sont capables d'un peu plus, tranquillement. Je leur donne confiance pour qu'il y ait une continuité entre leur départ de chez nounou et l'entrée avec un autre adulte et plein d'autres enfants. Aucun de "mes" petits n'a pleuré en maternelle, et sur les 12 dont je me suis occupée, 5 ont un an d'avance (dont les deux miennes). Je suis fière d'eux, je suis fière de moi et je suis fière des enseignants, des Atsem, des Cantinières, des gardiennes, des femmes de ménage et de tous les gens qui se respectent mutuellement.


    Enseignants et autres professions, soyez passionnés dans ce que vous faites et soyez fiers de vous, quoi que d'autres puissent dire !!

    190
    Vendredi 3 Octobre 2014 à 11:30

    Half, apprend-on au boulanger à faire du pain ou à un cordonnier à faire des chaussures? Non surtout si on est pas du métier :-)

     

    Je ne vais pas vous expliquer en quoi consiste mon métier puisqu'il faut après 3 ans d'études 2 ans de spécialisation (sans parler du concours très sélectif) et pas mal de pratique pour parvenir à le comprendre en profondeur! Je ne suis pas du tout méprisante en disant cela, j'énonce simplement un fait! Tout métier est honorable alors pourquoi systématiquement  les personnes qui n'ont pas les compétences et la pratique requises veulent donner des leçons aux professeurs des écoles? Je ne me permettrai jamais de le faire pour votre métier car je n'ai pas les compétences, la formation et la pratique pour en juger. Contrairement aux apparences et à votre perception, basée sur des souvenirs, ce métier  est très loin de ce que vous imaginez!

    Sachez que vos propos  "surtout la partie sur les élèves en difficultés" feraient bondir un inspecteur ou un maitre formateur (à juste titre), qui eux, sont formés pour nous faire avancer et grandir dans notre pratique! Voulez-vous également leur dire comment faire?

    Finalement, vous soulevez par vos commentaires, un autre problème que nous rencontrons,au quotidien, nous, les enseignants du primaire, c'est l'image de notre métier sur les autres qui s'improvisent souvent en donneur de leçon.... sauf que forcément n'ayant pas les connaissances nécessaires, ils tombent complètement ....... à côté!

    A mon tour de vous donner un conseil: LAISSEZ NOUS FAIRE NOTRE TRAVAIL, NOUS NE SOMMES PAS "COMPLÈTEMENT"IDIOTS, NOUS ADAPTER NOUS SAVONS FAIRE! ET SI NOUS AVONS ENVIE DE PARLER DE CERTAINES RÉALITÉS DU MÉTIER, NE VOUS IMPROVISEZ PAS EN DONNEUR DE LEÇON SURTOUT QUAND VOTRE SUJET EST SI MAL MAITRISE, UN PEU DE RESPECT!

    Mysticlloly, je suis désolée mais là je t'avoue que trop c'est trop! J'avais besoin de dire les choses! Bonne continuation à toi!

    191
    Vendredi 3 Octobre 2014 à 12:34

    Non, non, ne sois pas désolée ^^ Merci plutôt winktongue

    192
    Half
    Vendredi 3 Octobre 2014 à 14:04

    Et bien ma foi, c'est une profession publique qui touche absolument tout le monde et toute la société, bien sûr que chaque citoyen doit avoir un avis dessus. Sans aller jusqu'à une élection des professeurs de notre école, tout le monde doit être capable de voir concrètement ce qui se passe dans votre profession. 

    Et je ne commente pas pour vous apprendre à faire votre métier, mais mysticlolly soulève un problème dans son post originel, le rend public, et nous exprime le fait que ce n'est pas juste pour se plaindre, c'est donc qu'elle cherche une solution au problème. 

    Vous ne voulez pas que les gens vous traitent de fainéants et tout, très bien, moi personnellement je m'en contrefiche, je n'ai pas d'enfants et je sais que le système français ne fonctionne pas, mais d'autres personnes veulent des comptes rendus. Or, ce n'est pas avec une grille de notation qu'on le fait, en tout cas pas pour un enfant. Le manque de visibilité, c'est le problème. 

     

    Bref, je ne vais pas plus étayer c'est se donner bien du mal pour, au final, pas grand chose. Je ne veux pas remuer le couteau dans la plaie, mais on peut remarquer en lisant les commentaires que les seules personnes s'énervant et se fermant à la discussion sont des enseignants.

    Donc au final, plus qu'un message, il vous faut apprendre à communiquer face au public. Et là, on peut clairement insinuer que c'est une attaque (gentillette, ce sont des compétences transversales après tout, tout le monde ne les développe pas, mais ça reste une remarque agressive) 

    193
    Luciole
    Vendredi 3 Octobre 2014 à 14:21

    Bonjour c'est également ma 6ème rentrée et je suis actuellement en arrêt pour burn out...je pense sérieusement à changer de métier...dur dur !!!

    194
    Oriane
    Vendredi 3 Octobre 2014 à 18:02

    Je suis d'accord avec toi sur le fait que notre métier a une mauvaise image, car les gens pensent que nous faisons bien moins que nous ne faisons réellement. Mais à vrai dire, je m'en fiche complètement, ça ne rend pas mon travail plus désagréable. Au contraire, si les gens sont un petit peu jaloux, ça ne peut que me faire plaisir ! J'aime à dire à mon ancien chef (qui me manageait dans une entreprise privée) "oula c'est beaucoup plus cool depuis que tu n'es plus sur mon dos ! Et j'ai même mes mercredi aprem sans diminution de salaire !".


     


    Tout ça pour dire : Tant mieux si ce temps est caché ! Je n'ai absolument pas envie que ce temps devienne un temps à justifier à notre employeur et nos détracteurs ! Déjà les 108h, c'est pénible, mais imaginez que l'on nous demande de rester à l'école jusqu'à 18h30 pour bien montrer que notre boulot est "normal", est "comparable à des horaires de cadres", est "vraiment très prenant"! (ça a été proposé par Ségolène Royal : http://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/des-profs-aux-35-heures-c-est-15534).


     


    Je travaille beaucoup, mais j'adore travailler devant Questions pour un Champion ou au bord de la piscine ! C'est MON temps à moi et je ne veux pas le justifier auprès des non-enseignants, même pour éviter la critique et le mépris !

    195
    ombeleen
    Vendredi 3 Octobre 2014 à 19:37
    Ma comm va bien, merci! Par contre posez vous la question ralf sur ce qui nous énerve? Vous êtes plein de préjugés sur un métier que vous ne connaissez pas. Je le défends c est tout. La seule personne que je vais laisser, c est vous et votre théorie de l évolution qui se chargera bien de vous... :-)
    196
    une parente :)
    Vendredi 3 Octobre 2014 à 20:25

    le lien de la proposition de ségo Royal n'a rien à voir avec ce qui a été proposé ci-dessus.

    je suis d'accord que ces posts n'ont pas permis de trouver ensemble une esquisse de solution.

    Je suis choquée de lire qu'on ne respecte pas votre métier. Vous avez des œillères de la taille de jupiter !  

    197
    Vendredi 3 Octobre 2014 à 20:39

    Heureusement que certaines personnes respectent encore notre métier, mais bien moins qu'avant, on ne peut pas le nier.

    Pour ce qui est de se plaindre, sans doute le fait-on davantage que d'autres catégories... Je trouve par exemple que les femmes de ménage et les atsem sont bien mal traitées par leur supérieurs directs dans mon école, ce sont des pions disponibles à loisir alors qu'elles font un boulot formidable !


    Pour finir je suis choquée du paragraphe sur les élèves en difficulté... dans ma classe de CE2, sur 26 élèves j'ai deux enfant non-lecteurs, un élève non scripteur et cinq élèves en très très grosses difficultés en mathématiques, j'en fais quoi, je les laisse sur le carreau et tant pis pour eux ??? Bel état d'esprit d'ouverture et de tolérance !

    198
    Half
    Vendredi 3 Octobre 2014 à 21:30

    http://leparisienmagazine.fr/education-90-minutes-pour-devenir-prof-112276/

    C'est plus une critique contre l'éducation nationale, mais bon j'ai bien aimé le côté ironique de tomber sur cet article au moment où je discute avec quelques professeurs en colère. 

     

    Et encore, tous ceux qui sont choqués de ce que j'ai dit sur les élèves en difficulté, j'ai occulté la partie avec Darwin, l'évolution et tout ... Mais c'est ainsi, on n’entraîne pas des gens vers le bas, il faut les pousser à aller plus loin. Si dès le début les élèves étaient entraînés dans cette voix, il n'y aurait pas d'élèves plus faibles que d'autres. Après pour les troubles physiques, mentaux et caetera c'est autre chose, mais bon là encore la culture nous a permis d'aller contre ça en inventant des techniques différentes ... 

    Donc voilà, plaignez-vous à vos collègues d'avoir mal appris aux nouveaux élèves de votre classe. En entrant à l'école, il y a des enfants qui en savent plus que d'autre (c'est normal, certains sont plus curieux) mais il me semble que pour entrer au CP il faut savoir lire et peut-être même compter, donc en partant de cette base tous les élèves sont égaux, si quelque chose se passe mal au cours de la formation, cela ne peut venir que de peu de facteurs ... 

     

    (Je vais encore une fois m'attirer les foudres avec ce raisonnement cartésien, mais cela semble assez juste et personne ne semble dire quelque chose contre ...) 

    199
    lisou
    Vendredi 3 Octobre 2014 à 22:06
    @ half : heu, en fait, même si les enseignants de maternelle font un boulot considérable, j'ai le regret de vous annoncer qu'il vous "semble mal". Comme je m'en doutais un peu, vous ne connaissez pas les programmes. Pour votre information, c'est en CP, l'apprentissage de la lecture... Certains élèves comprennent déjà un peu le principe en maternelle, grâce à leurs instits, à leurs propres compétences ( tous les élèves n'ont pas la même maturité, le même goût d'apprendre, la même intelligence, aussi...), leur milieu familial et social...)...
    Mais être déjà lecteur n'est en aucun cas une exigence en début de CP ! Une telle erreur m'étonne d'un spécialiste comme vous..... Je ne sais toujours pas si je dois en rire ou en pleurer...

    Ah oui, et concernant les nouvelles technologies et leur utilisation pleine de promesses et sources de toute solutions à l'échec scolaire, venez voir dans nos classes, il n'y a pas de TBI dans chaque classe ni même dans chaque école, et pas de tablette pour chaque élève. Mais peut-être l'ignorez vous aussi...
    L'éducation nationale n'est pas parfaite, loin s'en faut, mais on sait ce qu'on fait, on le fait avec détermination, coeur, intelligence, passion souvent, de notre mieux, et avec les moyens qu'on nous donne ( tiens, c'est drôle, l'échec scolaire est moindre en Finlande, où les classes comptent en gros une quinzaine d'élèves, par exemple.... Et pourquoi donc ?!! ) Et puis sans psy scolaire, sans AVS pour les élèves qui en auraient besoin, ben il faut bien qu'on se débrouille...

    Sinon, aujourd'hui, 4 de mes parents d'élèves ( + 2 lundi ) m'ont félicitée et remerciée pour les "petits lions du comportement", qui aident leurs enfants à expliquer leurs bêtises au lieu de juste dire " je sais pas pourquoi la maîtresse m'a grondé ! ", et à faire des efforts pour rester " avec le lion qui sourit ". Certaines mamans envisagent même de l'instaurer à la maison... J'ai pensé à vous !
    200
    Vendredi 3 Octobre 2014 à 22:09

    Je crois qu'il est temps de clore un débat plus que stérile. Disons que mon article aura peut être servi à déculpabiliser certains enseignants par rapport à leurs vacances. Vous les méritez !

    Des commentaires de personnes extérieures, je crois que le plus important à retenir est "Ne nous préoccupons plus de ce que les autres pensent de notre travail. Nous savons pourquoi nous sommes payés (et aussi pourquoi nous ne le sommes pas assez :o) ) !

    Ne gardons en tête que les sourires de nos élèves, leurs petits mots bien à eux, leurs yeux qui brillent quand ils réussissent. Gardons en tête nos fous rires avec les collègues, les parents sympas avec qui on aime bien discuter au portail. Semer des petites graines de curiosité et d'émerveillement dans les esprits de nos petits élèves, permettre à chacun d'avancer et de progresser à son niveau, permettre à chacun de donner le meilleur de lui-même, voilà ce qui au fond nous fait vibrer et nous fait continuer malgré tout.

    Mes collègues, je vous aime ! Vous faites un travail formidable auprès de petits êtres formidables, des adultes en devenir. Vous êtes le ciment de notre société. Alors continuez de vous donner à fond, pas pour nos dirigeants, par pour tenter de vous justifier aux yeux des autres, mais parce que vous aimez travailler avec tous ces enfants et les aider chaque jour à se construire un peu plus.

    Je finirai par une citation de mon auteur préféré, Bernard Werber, qui a su résumer les problèmes de communication dans cette simple phrase :

    "Entre ce que je pense, ce que je veux dire, ce que je crois dire, ce que je dis, ce que vous voulez entendre, ce que vous entendez, ce que vous croyez en comprendre, ce que vous voulez comprendre, et ce que vous comprenez, il y a au moins neuf possibilités de ne pas se comprendre."

    201
    Titiouchka
    Samedi 4 Octobre 2014 à 10:51

    Mysti, je crois que tu as parfaitement conclu le sujet...

    J'en profite pour remercier tous nos merveilleuses blogueuses et blogueurs qui nous font profiter de leur fantastique travail (palliant les carences de l'E.N.) car si nous ne faisions qu'appliquer les programmes sans rechercher les formes les plus adaptées aux intelligences multiplies de nos élèves si différents les uns des autres et sans se poser de questions (la pédagogie en somme, qui n'est pas indiquée dans les programmes) , là je crois que nous laisserions beaucoup de nos élèves sur le bord du chemin....

    A tous mes chers collègues, soyez fiers de faire ce beau métier pour l'avenir de tous nos petits élèves ... C'est un sacerdoce mais d'une telle utilité ! surtout maintenant que peu de jeunes veulent s'engager dans cette mission.

    Bravo à tous et très bon weekend

    202
    Dimanche 5 Octobre 2014 à 08:53

    Extra ! Et tellement juste ! Seuls nos conjoints voient le temps que nous y passons. Et encore, ils ont l'impression qu'on en fait plus que les autres et qu'on devrait apprendre à moins en faire.

    Pensons aussi aux nouveaux titulaires et à ceux qui changent de niveau chaque année. Ils doivent tout découvrir chaque année, ce qui augmente considérablement le temps de travail. 

    203
    Dimanche 5 Octobre 2014 à 19:18

    J'adore la citation de Werber...elle est tout à fait vraie...

    204
    Dimanche 5 Octobre 2014 à 22:19

    MERCI pour ce billet. yes

    205
    JMP
    Lundi 6 Octobre 2014 à 22:04

    Bonjour,


    Agréablement surpris du résultat du calcul et un peu rassuré !


    Premièrement j'espère que tous les enseignants de mes filles prépareront leurs cours autant que vous ! Mais j'ai tout de même quelques remarques simples pour nuancer la conclusion : votre formation de bac + 5 ne doit pas forcément être comparée au rythme des travailleurs du privé à 35h. Je ne connais personnellement pas de bac+5 non cadre. Je travaille en moyenne 45h par semaine, 45 semaines par an soit 2025h/an avec également des réunions ou des déplacements qui nous font totalement sortir de ces horaires.


    Un autre point lié au premier, les bac+5, de part leur statut de cadre sont le plus souvent en forfait journée pour accomplir leur travail sans parler d'heures supplémentaires rémunérées ou non.


    J'ai des oncles et tantes instituteurs qui profitent aujourd'hui d'une retraite à 55ans qu'ils n'auraient pas eu dans le privé.


    Je conclue en pensant que vous n'êtes pas à plaindre, que vous méritez vos salaires mais que la masse de travail que vous avez est tout à fait raisonnable pour vos études, la sécurité de l'emploi que vous avez et l'absence de contrôle hebdomadaire de votre efficacité dans le travail. Vous ne pourrez également nier qu'une fois passées quelques années le travail de préparation demande de moins en moins de temps, non ?

    206
    Mardi 7 Octobre 2014 à 01:50

    bonsoir JMp,

    tu as apporté à la discussion un argument de poids à mes yeux, celui qui m'a fait basculer du privé vers l'éducation nationale, c'est la liberté de notre pédagogie, et l'absence d'une présence physique et contraignante du supérieur hiérarchique au quotidien.

    C'est un luxe, en tout cas pour moi.

    Par contre, je tente encore une fois de te faire comprendre (et de faire comprendre aux non-enseignants) que le temps de préparation n'a que peu à voir avec l'ancienneté, mais tient plus à la nature de la classe (cours simple, cours double, voire triple) et à son pourcentage d'élèves en difficultés : plus on en a, plus on passe de temps à affiner notre pédagogie pour essayer de les aider, mais aussi plus on fait de réunions avec les parents et les différents intervenants …

    Malgré 30 ans de métier, je suis passée d'un ce1 "simple" à un CP-CE1 à 27 élèves, et mon temps de travail a augmenté de plus d'un tiers.

    Ce n'est pas une plainte, c'est une constatation, chaque métier a ses avantages et ses inconvénients. Il est toujours plus facile de voir les inconvénients de notre propre métier et les avantages des métiers que l'on ne connaît pas …

    En tout cas, cette discussion m'aura aussi permis de remettre en lumière tous les avantages de ce merveilleux métier, mais si énergivore et chronophage, mdr !!!

    Merci, Mysticolly !

    207
    EMMA
    Mercredi 8 Octobre 2014 à 18:01

    Très bonne analyse et tellement vrai! Par contre, je suis affligée par la bêtise et l'esprit borné de certains commentaires. De toute façon, pour comprendre, il faut avant tout le vivre ce métier, sinon il vaut mieux se taire.

    208
    Samedi 11 Octobre 2014 à 10:02

    Un grand merci et bravo pour l'analyse objective de notre situation.cool Si tous nos détracteurs pouvaient la lire, ils changeraient peut-être leur regard sur la profession... 

    209
    iza
    Samedi 11 Octobre 2014 à 11:33
    Bonjour
    Je me pose des questions sur les 10 minutes par demi journée que nous faisons soit 6h par mois
    Tous les matin accueil des enfants dans la classe à 7h50.
    J'ai beau regarder les textes je vois 24h de présence devant les enfants...
    Surtout qu'on en fait autant sans la présence des enfants
    J'aimerai que quelqu'un me trouve le texte officiel pour faire ou ne pas faire ce temps.
    Au bout d'une quinzaine d'année d'enseignement j'aimerai et d'une qu'on arrête de nous mettre à toutes les corvées et de 2 pouvoir commencer à m'occuper de mes propres enfants que j'élève seule et que je ne vois que peu car trop occupée par mes élèves ....

    Merci pour cette information
    210
    elihah
    Samedi 11 Octobre 2014 à 18:14
    les 10mn d'accueil, on avait reçu ce qui suit par SUD, début septembre, dans mon coingg:
    Je trouve que c'est facile de laisser monter les instits au créneau, en attendant de voir si ça peut être utile/bon pour l'image que le syndicat s'en charge ...




    ""Prénom, Nom :
    Fonction :
    Nom et adresse de l'école :

    À …..…........................., le ….........................
    À M. le Directeur Académique
    des Services de l’Éducation Nationale,S/C de M. ou Mme …………….…..................., I.E.N. de circonscription.

    Objet : décompte des temps d’accueil des élèves dans le 1er degré

    Monsieur le DASEN,

    Les obligations réglementaires de service des enseignant-e-s (24 heures hebdomadaires devant la classe et 108 heures annualisées) entrent en contradiction avec l'article D 321-12 du Code de l’Éducation qui indique explicitement que «l'accueil des élèves est assuré dix minutes avant l'entrée en classe».

    Conformément à la consigne donnée par le syndicat SUD éducation des Bouches-du-Rhône, je vous informe que je décompterai donc ces heures d’accueil des élèves que j'effectue tout au long de l'année scolaire des 108 heures annualisées dédiées à l'APC, et à toutes les réunions qui concernent sa mise en place et son suivi.

    Je vous prie de croire, Monsieur le Directeur Académique, en mon profond attachement au service public de l’Education nationale, et au respect du droit de ses agents.

    Signature""

    Après tout, zut quoi, comptez 90mn/semaine (et les années où l'on a fait que 4 jours, 80mn) , 36 semaines/an, sur 40 ans... tout travail mérite salaire... voilà voilà...

    EDIT, en fait, l'action en question n'est valable que pour mon département ET n'est pas prise en charge pas me syndicat, l'idée étant que les instits fassent la démarche, et s'illes se font taper sur les doigts ben... On sait pas.donc foutage de gueule syndicale, merci SUD
    Voici le mail qui allait avec la lettre-type:

    "Cher collègue, chère collègue,

    Le numéro 55 de SUD info, journal de SUD éducation, vous avait fait part en mars dernier de l'intention de notre syndicat d'interpeller le DASEN au sujet du décompte des temps d'accueil (de 8h20 et 13h20). Plusieurs demandes d'audience ont été effectuées, tant auprès du DASEN que du recteur, qui sont restées sans réponse. Conformément à ce que nous annoncions dans l'article "Halte au travail gratuit dans le premier degré", nous avons informé le DASEN et le recteur que nous appelions l'ensemble des enseignant-e-s des Bouches-du-Rhône à décompter ces temps d'accueil des 108 heures annualisées. En effet, ils n'entrent pas dans les obligations de service des enseignant-e-s du primaire (voir décret n°2008-775 du 30 juillet 2008).

    En pièce-jointe, vous trouverez un courrier-type à compléter et à adresser au DASEN.

    Si vous envisagez de suivre cette consigne syndicale, merci de nous tenir au courant.
    En cas de pressions de la part de la hiérarchie, n'hésitez pas à nous contacter."

    Autant vous dire que je n'ai vu ni entendu qui que ce soit faire quoi que ce soit, du coup.
    A part ça ma dirlo me soutient que depuis 2008 ce temps d'accueil est légal( ce qu'il n'était pas avant cette date) même si non comptabilisé dans nos salaires, mais la seule chose que je trouve (mais j'ai pas le temps de chercher plus là), c'est ceci
    http://www.education.gouv.fr/cid22100/menh0800652c.html
    211
    ulymar
    Samedi 11 Octobre 2014 à 20:12

    Bonsoir,

    j'ai mis un certain temps à lire l'article et la majorité des très nombreux commentaires... Enseignante depuis 15 ans j'ai à nouveau (comme tous les 3/4 ans : fermeture de classe, déménagement , rapprochement de conjoint donc changement d'école...)changé de niveau d'enseignement et je travaille énormément!... j'avais choisi ce métier pour avoir du temps avec mes -futurs- enfants. Alors , oui , je les reprends le soir après l'école le plus tôt possible pour faire les devoirs avec eux... Oui , j'ai les vacances et comme mes enfants adorent l'école , ils ont la joie et l'honneur d'y retourner les WE et pendant les vacances !!! (par ex : les affichages ne se font pas tt seul au mois d'août et ne tombent pas seuls en juillet , c'est pas comme les arbres ...) Ils me colorient aussi mes belles affiches , l'imprimante couleur , ce n'est pas pour mon école. Ils rangeaient le coin dinette quand j'avais des maternelles...j'en passe et des meilleures...Et quand n°2 a pleuré parce que je "refusais" d'accompagner à sa sortie scolaire, eh bien ma foi , on a expliqué... Et quand le médecin me donne une journée de garde d'enfant malade (ça , il faut bien reconnaître que beaucoup dans le privé n'ont pas , c'est un gros point positif pour les enseignants), eh ben je ne la prends pas systématiquement : comme ils sont "sages" , je les laisse tt seul à la maison et je rentre passer 25 minutes avec eux durant la pause : plutôt que de s'occuper du mien , je préfère ne pas laisser 25 enfants/parents dans la mouise... L'an passé : je n'ai pas gardé n°2 (encore lui) le jour de notre sortie scolaire... En fait je dois juste être une mère indigne!!!

    Mais mon mari commence à être excédé de mes refus répétitif d'aller dans la famille (à + de 2h de route, donc journée complète et lourde) car je n'arrive pas à m'avancer assez dans la semaine pour avoir un WE "tranquille"... Avec les 3 enfants, je ne travaille pas mes cours avant 20h30 et après 23h , je ne suis + bonne à rien... Alors j'adore mon travail cette année (GS et CP : c'est formidable !!! une de mes élève s'est surprise elle-même à déchiffrer seule une phrase inconnue : vous auriez vu son regard !!!!!!!!!!!! c'est magique , et ça a embelli ma journée , ma semaine et ce WE pluvieux !!!). J'aime donner de "belles" feuilles à mes élèves, pas des photocops mal faites... L'inspectrice qui est venue l'an passé m'a dit que je donnais une magnifique image de l'école , que l'on voyait que je passais beaucoup de temps dans ma classe... Mais ça ne change rien à mon salaire, ni aux petites réflexions  (pas méchantes , mais c'est dit quand - même)...

    Alors oui , je suis heureuse au travail ces 5/6 dernières années (avant j'ai vraiment failli démissionner), mais je le paie cher , ma famille aussi... Tant que mon époux reste compréhensif et mes enfants patients, tout va bien...  Et de toute façon , JAMAIS les non-enseignants n'admettront que nous travaillons souvent beaucoup, le dire , le répéter ne changera rien , sinon leur faire croire que nous mentons , exagérons... Mysti , ton article est excellent, je le salue , te remercie , même si c'est une pierre dans l'eau... Comme mon commentaire d'ailleurs

    Bon WE !!!!!

    212
    Wilson
    Mardi 21 Octobre 2014 à 03:41
    Je ne suis pas dans l'enseignement mais connais plusieurs de mes ami(e)s qui y sont. Et franchement, je suis d'accord avec vous sur la majorité des points et j'en rajouterai même un (félicitations a vous de ne pas l'avoir souligné) c'est le manque de respect et l'ingratitude grandissante de certains étudiants.
    Par contre, sans remettre en cause le fond du problème, il y a un seul point pour lequel je ne suis d'accord, c'est celui des heures non payées et des frais personnels, pas que vous ne le fassiez pas, je ne suis juste pas d'accord quand vous dîtes être les seuls ou le seul corps de métier dans cette situation. Et à celá je vais rajouter une petite liste imcomplète.
    J'ai travaillé pour la poste pendant un temps où les employés touchent (monétairement) à peu de chose près pareil que vous et reconnus comme vous, comme des fainéants, horaires prévus 6h - 13h. Ceci dis tant que votre tournée n'est pas finie, que ce soit sous la pluie, la neige ou la glace, vous ne rentrez pas et les heures en plus ne sont pas payées.
    Je suis actuellement producteur de musique, et tout ce qui touche aux arts, nous ne sommes plus des fainéants mais des gigas fainéants doublés de saltimbanques évoluant hors de la société. Pour être clair, vous bossez entre 90 et 110h/semaine, vous êtes bien souvent payé au lances pierres voir pas du tout, et lorsque vous bossez assez dur pour prétendre à de meilleures rémunérations (cachets uniques), on vous rétorque que vous faites ce qui vous passionne dans la vie et que par conséquent vous n'avez aucune utilité à être payé. Hors chaque centime que l'on gagne est bien souvent gagné dans la passion mais aussi la souffrance à cause de gens qui viennent à nous exploiter. De plus vous pouvez compter les frais pour le matériel, déplacements et frais annexes (promotion, communication etc) au final ce n'est pas un job que l'on a mes 8. En sachant que pour nous, nuit, jour, week end sont tous considérés comme lundi matin 8h. Comme vous on tient le coup et on lutte car on aime ca. Et a ce niveau tous les arts sont tous très touchés.
    Prenez le journalisme, le jeune journaliste finance lui-même son aller-retour en zone de guerre pour écrire un article, qui, s'il a de la chance sera repéré mais certainement non payé, beaucoup de chance lui ouvrira des portes ou un emploi. Avec le risque entre temps d'être décédé sous les balles.
    Il y a de nombreux autres métiers comme le vôtre où l'on fait un choix de vie et de carrière et on s'y tient contre l'avis de tous et que tous vous désapprouvent, vous critiquent au point de devenir un pariat de la sociéte et cela malgré les sacrifices accomplis et le courage dont l'on fait preuve tous les jours.
    votre souffrance au jour le jour, vos sacrifices et votre courage en tant qu'enseignant est réel, d'autant plus qu'il est au service de la société. Et je penses que les gens qui comme vous souffrent du même genre de pressions sociales, horaires et honoraires, ne peuvent que se rendre compte de votre désarroi car au final, même si c'est d'une manière un peu différente, nous sommes tous dans le même bâteau.
    213
    JLAV33
    Jeudi 23 Octobre 2014 à 22:18

    Et combien de temps as-tu passé à écrire cet article? Nous avons aussi la chance de passer toutes les vacances avec nos enfants, de sortir plus tôt que les autres parents pour aller faire nos courses tranquilles, de passer à la poste car elle est encore ouverte...

    Arrêtons de nous plaindre, ça changera peut-être notre image ou changeons de métier avant de devenir d'affreux râleurs aigris.

    Et puis je suis certaine que tu n'as pas compté toutes les heures que tu passes derrière ton ordi pour faire vivre ton super blog. Et si tu ne l'as pas fait c'est sans doute (et je l'espère) que tu es passionnée par ce boulot oh combien gratifiant, passionnant, important,...

    Merci de partager tout ça (docs et coups de G....) avec nous et continue à prendre du plaisir.

    214
    RB
    Mardi 4 Novembre 2014 à 07:41

    Chère collègue,

    Pour autant que je me souvienne de mes études, la "légende urbaine" selon laquelle les enseignants sont payés sur 10 mois répartis sur 12 est fondée.

    Il ne s'agit pas d'une répartition d'heures, mais en son temps d'une décote sur le point d'indice tel qu'indexé sur la grille générale des fonctionnaires de catégorie A. Comparez avec un grade et indice équivalent dans un autre corps, par exemple le Trésor ou l'Intérieur, et vous observerez la correspondance. Cela remonte aux débuts du statut, et c''est en corrélation avec le droit au cumul d'emploi sur les vacances d'été sans autorisation hiérarchique.

    Notez aussi que l'origine desdites vacances tient plus à un pic de travail agricole qu'aux rythmes de l'enfant. Aux origines, il fallait bien convaincre une population essentiellement agricole d'envoyer ses enfants, mais l’État était conscient de la perte de main d’œuvre que cela représentait. D'un autre côté, il semblait difficile de laisser des employés de l'état pendant deux mois soit sans ressources, soit oisifs. La politique était déjà alors l'art des possibles!

    En vous remerciant pour votre témoignage.

    215
    dring
    Mercredi 5 Novembre 2014 à 09:20
    La manière la plus efficace de savoir si les instits ont du temps libre le soir, c'est de demander à leurs enfants s'ils veulent faire ce métier plus tard !!!! Ils
    répondent non !! Tout est dit !
    Ca vaut tous les discours !
    216
    Cassandra 1322
    Mercredi 12 Novembre 2014 à 08:04

    Cher collègue éloigner,

    Beau témoignage certe, mais je n'ai pas appréciée le fait que vous dites « simple garderie ». Je suis éducatrice à la petite enfance et je peux vous dire qu'il n'y a rien de « simple » en garderie. Je vous rappelle ici que les 5 premières années de vie de l'enfant sont les plus importants puisque c'est ici que ce forge les bases de la personnalité. Nous sommes aussi un guide dans les sphères de son développement global et nous souhaitons toujours apporter l'enfant plus loin. Il y a donc une contradiction dans votre texte. Vous vous défendez en tant qu'enseignante pour mettre fin aux préjugés relier à votre métier, mais vous en créer d'autres. « On réduit notre travail à de l'animation voire à de la simple garderie. »....

    Quelle déception de finir un texte de cette sorte,

     

    Signée, une éducatrice dévouée

    217
    Babs
    Jeudi 13 Novembre 2014 à 15:27

    Merci beaucoup pour ton article, tellement vrai...


     


    Maman de deux jeunes enfants, et directrice, je passe énormément de temps en préparation, corrections, administratif à la maison, sans compter tout ce qui doit se faire à l'école. Il est bien rare que j'arrête de travailler avant 23h, pour me lever à 6h. Les mercredis et weekends sont bien remplis, et il n'est pas rare que je refuse d'aller déjeuner dans la famille car "je n'ai pas fini mes corrections/ma préparation"... Je conçois tout à fait que d'autres professions aient le même rythme de travail, mais je n'ai pas l'impression qu'on leur jette autant la pierre.


     


    Cela fait 10 ans que j'enseigne, et je n'ai pas le sentiment d'être mal organisé, j'essaie simplement de trouver la meilleure des solutions pour chacun de mes élèves.


     


    J'ai choisi mon métier, je l'aime, et j'essaie de ne pas le faire subir à mes enfants. Dur pour eux, mon conjoint aussi est professeur des écoles ! he


     


    Merci à tous les collègues qui prennent ce métier à cœur, ceux qui le font comme un job "alimentaire" doivent être bien malheureux...


     


    Je ne demande même pas de reconnaissance, mais qu'on arrête simplement de nous critiquer pour tout et surtout n'importe quoi.

    218
    stikipik
    Lundi 5 Janvier 2015 à 13:07

    J'ai grandement pensé à faire ce magnifique métier dans le cadre d'une reconversion FLE vers prof des écoles. Après un stage dans une classe, je me suis rendue compte de l'extraordinaire disponibilité des instits pour les enfants, les parents, le fonctionnement de leur classe, le fonctionnement de l'école, de la préparation des cours,... et je me suis demandée si j'aurais  encore du temps pour mes enfants, de les voir grandir, prendre du temps pour jouer avec elles. Ce métier très passionnant ressemble à un vrai sacerdoce. J'ai une très grande admiration pour vous, les enseignant(e)s.

    219
    bibi
    Mercredi 11 Février 2015 à 16:19

    Quelque soit le métier ou le domaine, il y a des gens qui font bien leur boulot et d'autre non... c'est le reflet de la société ! 


    Dans chaque métier, il y a des bons et des mauvais côtés et que l'on soit dans le privé ou dans le public, on a tendance à voir le mauvais côté !


    Les problèmes que vous rencontrées sont aussi rencontrées dans les autres métiers. Wilson et JMP ont bien résumé la chose.


    Quelque soit la personne en face de nous, elle mérite le respect... c'est par forcément le cas de certains quand ils sont face à un prof ou à un instit...


    Bonne journée


    bibi


     


     


     

    220
    Bertrand
    Vendredi 13 Février 2015 à 00:10

    Etre enseignant est un très beau métier, le plus souvent fait avec passion comme souligné par plusieurs témoignages sur ce forum.


    Je suis entièrement d'accord avec vous bibi, on trouve partout des gens qui abusent et des gens qui font très minutieusement leur boulot. La société est comme ça, à tous les âges et dans tous les milieux.


    Maintenant, pour les heures sup, Wilson et JMP ont en effet bien résumé la situation et remis les choses dans leur contexte : de nombreux emplois bac+5 y sont confrontés - et il faut bien pour que les métiers tournent bien - et tant que ça reste modéré ça ne me paraît pas dérangeant, surtout que ça va souvent avec une liberté de gérer son travail comme on l'entend afin de le mener de manière optimale.


    Personnellement, entendre des enseignants réclamer qu'on leur compte 10 minutes de travail supplémentaire par jour me faire rigoler, ou m'attriste, tout dépend comme on le voit. Ces gens-là en sont-ils vraiment à compter leur travail à la minute près, comme s'ils travaillaient à la chaine ? Il ne faut pas exagérer me semble-t-il. Vous ne voudriez pas non plus qu'on vienne chronométrer chaque minute de votre temps de présence dans la journée, pour voir par exemple si à chaque minute des récréations vous surveillez effectivement les élèves sans relâche. Cela semblerait aberrant, non ? Si les heures supplémentaires non payées qu'on vous demandait d'assurer représentaient une demi-heure, une heure ou plus chaque jour, je veux bien, mais 10 minutes de votre temps ! pour un travail ou vous n'êtes pas fliqué, que vous pouvez gérer comme vous l'entendez, où vous avez quand même la chance d'avoir de nombreux jours de vacances dans l'année (ce qui ne veut en aucun cas dire que vous êtes des fainéants)... relativisez, regardez les autres professions, pas de victimisation rapide svp !

    221
    Dimanche 15 Mars 2015 à 14:32

    Merci Mysticlolly


    Le métier vu de l'intérieur...Bien vu!


    A diffuser auprès du plus grand nombre !


    J'ai quitté le navire "Education Nationale" mais reste pour toujours une enseignante dans l'âme et de tout coeur solidaire de la nouvelle génération!


    Bon courage!yes     Suzyzen

    222
    LaPintade
    Lundi 20 Juillet 2015 à 23:13
    C'est quand même marrant ces gens qui vous disent de regarder vers le privé comme ils bossent dur. Justement je suis du privé et jamais je n'ai bossé comme vous semblez. D'ailleurs je sais déjà que je vais en baver, ayant passé le crpe cette année...
    223
    MCh
    Mercredi 5 Août 2015 à 09:39

    Bonjour et merci pour ce résumé effectif de ce que je vis également. Et je me retrouve souvent avec des semaines de 48h à 50 h surtout celles de la rentrée et des évaluations avec les livrets de compétences à remplir !!


    Cela me fera 25 ans d'ancienneté en octobre 2015, ouh là je vieillis en plus et j'avoue être exténuée lsq je rentre chez moi le plus souvent à 18h30. C'est qu'avec l'âge, on a l'expérience mais moins d'énergie et je passe plus de temps à faire des petites choses :(, en clair, je perds en efficacité. cry J'aime les enfants, j'aime faire apprendre mais la paperasse qu'on nous demande encore et encore plus me fatigue... Pour ce qui est des vacances, heureusement qu'elles sont là pour récupérer d'une telle dépense d'énergie et pour prendre de l'avance dans les préparations. D'ailleurs ? Qu'est-ce que je suis en train de faire un 5 août ? ohJe prépare la rentrée pour mes loulous de CP/CE1 bien sûr!!!


    Je te remercie encore pour cette mise au point qui devrait passer dans les consciences de plus de personnes . Il faut vraiment aimer ce métier pour le "supporter" ;) Réfléchissez bien les jeunes...


    winktongue MCh


     

    224
    Squidy
    Jeudi 20 Août 2015 à 15:00

    Alors là, je lâche ma souris pour applaudir !!! Et, je peux y rajouter 1h de plus par semaine car je suis dans le privé (Mouahaha ! Quelle idée !) où les heures de bénévolat pleuvent aussi... où tu peux entendre : "normal que ça ne compte pas, ça s'appelle de la conscience professionnelle" ! FOUTAISE ! C'est bon, faut arrêter, si j'avais voulu faire du bénévolat, je serais allée chez Emmaüs ou aux restos du coeur... 

    Merci en tout cas, pour ton travail, tes superbes dessins dont je suis admirative ! :)

    225
    BALZHA
    Mardi 19 Janvier à 14:28

    Je ne trouve pas dans e décret 2000-185 le détail des 1607 heures. Il est fait état d'un annualisation du temps de travail à hauteur de 1607 h mais pas du tout des trois catégories de temps de travail. Ce texte est général à la fonction publique d'état...Il y est précisé que des dérogations pourront être aménagées, peut-être est-ce notre cas?

     

    merci de me donner des éléments sur la source de ces trois temps de travail, si tu le peux bien sûr!

     

    Bonne journée

     

      • Mardi 8 Mars à 12:59

        C'est dans l'article : Après des recherches difficiles sur Internet, j'ai enfin trouvé un document (à destination de Professeurs stagiaires) où apparaissait notre nombre d'heures de travail ANNUEL : 1607 heures. Pour comparaison, quelqu'un qui travaille 35h par semaine travaille 1645 heures par an. smile

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :